AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 welcome to my life. [ S E R P. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel M. Sheridan
Serpentard
Serpentard


Féminin Nombre de messages : 8
Age : 23
Année : Sixième.
Amour : Passionel & déchirant. Pour lui-même.
Passions : Sexe, mensonges et trahisons.
Date d'inscription : 20/11/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: welcome to my life. [ S E R P. ]   Jeu 20 Nov - 20:32



Adriel Morgan Christopher Sheridan.


Découvrez Saez!





            « Les enfants, je vous prie de bien attacher vos ceintures. Non pas que la visite guidée dans l'esprit et la mémoire du jeune Adriel soit un tant soit peu dangereuse, non, c'est tout bonnement que lui-même fera tout pour vous blesser s'il en a l'occasion. Ne laissez guère traîner d'objets de valeurs, il n'a aucune morale. Pas un seul commentaire, je vous prie, ou il vous crachera à la figure. Que dire, encore ... ? Rien, je crois. Une bonne visite à chacun d'entre vous, on se retrouve plus tard et on en parle, okay ? »



      « Alors, quoi, on a peur du grand méchant
      Adriel ? Mais il faut pas... Allez, ressuie tes
      larmes, stupides, et admire plutôt l'horrible
      chose que je suis et qui allimentera tes
      cauchemars pour un long moment...
      »




Dernière édition par Adriel M. Sheridan le Sam 22 Nov - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel M. Sheridan
Serpentard
Serpentard


Féminin Nombre de messages : 8
Age : 23
Année : Sixième.
Amour : Passionel & déchirant. Pour lui-même.
Passions : Sexe, mensonges et trahisons.
Date d'inscription : 20/11/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Ven 21 Nov - 18:20

      1. l'État Civil




    • Prénoms : « Adriel, prénom masculin d'origine hébraïque qui signifie " Celui qui suit Dieu ". Dieu ? Chez les Sorciers, il n'y a guère de Dieu, alors ? Dieu étant la puissance incarnée, mes parents m'avaient bien deviné : Je suis la puissance, non pas le Bien, non pas mes Idées, juste ce qui me mènera à mon destin. Mais mes parents, avant de choisir ce doux nom avaient d'abord hésité avec Morgan, prénom de mon père. Ils ont finis par me le mettre en second. Christopher, enfin, qui vient de Christophe, qui vient lui même du latin " Celui qui porte le Christ ". Incroyable, ils méprisent les Moldus et tout ce qui s'y approche, la religion aussi, donc, mais mes parents ont choisis ces prénoms en pleine connaissance de cause. Je ne sais pas vraiment pourquoi... Il n'empêche que là aussi, ils m'avaient compris : Je suis là pour soutenir jusqu'au bout, tout du moins, ceux en qui j'ai confiance, ceux qui, je pense, mérite mon aide. Les autres peuvent aller voir ailleurs. »

    • Nom : « Sheridan. Ce n'est pas un nom très répandu, ce qui nous rend d'autant plus fiers, ma famille et moi-même. Certes quelque peu banal, mais cela est chose bonne, puisqu'il permet à certains d'entre nous de passer inaperçus. Je m'explique : Nous sommes peut-être une famille de sangs-purs, mais nous avons toujours eu une incroyable capacité à enfanter des Cracmols. Par Merlin, je jurerait qu'il s'agit de ma plus grande honte... Enfin ! Toujours est il que ces Cracmols ont eux, eut toujours le don de devenir célèbres parmi les Moldus... L'un est devenu un Colonel hautement réputé, l'autre une Actrice, et je ne sais quel autre stupidité encore. C'est là que la banalité de mon nom intervient, fort heureusement : Personne ne songe à faire le lien entre eux et nous, à la grâce de Salazar. »

    • Date de Naissance : « Je suis né le 22 Septembre 1980, le jour même de l'Automne. Ma saison préférée, par ailleurs. Comme quoi, j'étais destiné à arriver pile au bon moment, comme le merveilleux opportuniste que je suis. Cela fait aussi de moi un Vierge. Pas de commentaires, je vous prie. C'est la ville de Worthing, dans le Sussex qui m'accueillit à ma naissance. Non pas que j'y vive, c'est une sale ville de Moldus, mais mes parents y étaient de passage, pour je ne sais quelle raison. »

    • Age : « 16 ans... Sans aucun intérêt. Tant que je ne suis pas majeur, on s'en fout. »

    • Sexe : « T'as besoin de demander, idiot ? Vérifie d'abord le tien avant de poser des questions stupides ! »

    • Année Scolaire : « Je suis en sixième année, la magnifique sixième année de répit entre les BUSE et les ASPIC, celle où l'on est tout de même assez âgé pour terrifier les premières années... J'adore. »

    • Lieu de Résidence : « Moi, j'habite dans un grand manoir tout froid et tout vide en pleine cambrousse. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel M. Sheridan
Serpentard
Serpentard


Féminin Nombre de messages : 8
Age : 23
Année : Sixième.
Amour : Passionel & déchirant. Pour lui-même.
Passions : Sexe, mensonges et trahisons.
Date d'inscription : 20/11/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Ven 21 Nov - 21:16

      2. l'Histoire de mon personnage



        « Ouais, parce que moi aussi j'ai eu une enfance, tu sais ? J'suis pas venu au monde comme ça, beau, grand, intelligent, terrible. J'ai été un gosse qui bouffait du chocolat en cachette, moi aussi. Même que je le prenais quelques fois directement à la main. Mais ça, c'était avant... Avant quoi ? Laisse-moi finir et tu sauras. je préfère juste te prévenir : Prépare toi un verre d'eau, j'suis assez long et porté sur le détail, moi. »




    chapter o1. Même les plus grands salopards sont d'anciens enfants adorables. __

    Découvrez Yann Tiersen!


    Trois petits pas discrets. Coup d'œil à gauche, coup d'œil à droite. Un petit pas silencieux. Je retiens mon souffle. Un, deux, trois... Pas de bruits ? Alors, c'est que la voie est libre. Je cours alors jusqu'à la cuisine, qui se trouve tellement, tellement loin ! J'ai peur que Maman me surprenne. C'est que, voyez-vous, j'ai au moins deux mètres à parcourir. Mais ça vaut bien la peine de tenter cette aventure hors du commun, si mes informations sont exactes. Il paraitrait, d'après Tamara, que le pot de chocolat se trouve dans la première armoire, juste à l'entrée de la cuisine. Oui, bon, elle fait toujours que de se moquer de moi, mais là, c'est vrai. C'est sûr, hein ! On rigole pas avec le chocolat, c'est même elle qui l'a dit, alors. Je m'arrête sur le pas de la porte, et je vérifie une dernière fois que personne n'est dans les parages. Pas de Maman. Pas de Papa. Pas de Bettina. Pas de Tamara. Pas de Winona. Fonce, petit espion, fonce ! La voie est libre ! C'est tellement rare... Non, mais c'est vrai, on est que six dans cette immense, gigantesque, gargantuesque maison, mais les autres ils sont toujours sur mon dos... Tout ça parce je suis le seul garçon et que je suis le plus petit. Elles sont embêtantes, toujours en train de me faire des bizoux et de me dire que je suis le plus beau de tout les garçons du monde. Je le sais déjà, ça, je vois pas pourquoi elles continuent toutes à me le dire. Il y a que Papa, lui, il sait tout, c'est mon Papa, le plus fort de tous. Il dit qu'il faut pas me gâter de trop, parce qu'après, je croirais que je suis plus fort que les autres, et que même si c'est vrai il faut pas. Des fois, il dit des choses que je comprend pas, mais je suis quand même d'accord. Enfin bref, trêve de bêtises, passons aux choses sérieuses : Le pot de chocolat. Pour une fois, Tamara ne s'était pas moqué de moi, je suis content, il est bien là, à sa place. Tout seul. Sûrement qu'il s'ennuyait. Sûrement qu'il attendait ma venue avec impatience. En fait, je suis trop gentil, moi, je risque chèrement ma peau juste pour que ce pot ne meure pas d'ennui. Tiens, si j'étais méchant, je partirais de suite et tant pis pour lui. Nah. Mais je suis pas méchant. C'est Bettina qui dit ça des fois, mais Maman elle dit que si je fais des bobos aux petits animaux et aux insectes, c'est pas grave, c'est juste que je suis tout petit. Maman aussi elle dit des choses bizarres, parfois, parce que, quand même, je suis grand. Plus grand que les petits animaux et les insectes, en tout cas. Enfin, qu'importe les parents un petit peu bêbête des fois. Je m'empare du pot de chocolat, maintenant tout à fait confiant, sûr que personne ne me surprendra en flagrant délit de vol de délice. Personne n'est là, de toutes façons, je suis seul, seul, seul, complètement seul, je peux faire tout ce qui me passe par l'esprit, je suis libre ! Je prend une petite cuillère en argent dans un tiroir proche et j'attaque le pot. Hmm... Incontestablement la plus meilleure bonne chose du monde entier et de toutes les galaxies. Maman dit toujours qu'il faut pas en prendre à la petite cuillère, que c'est caca, qu'il faut prendre avec du pain. Mais Bettina, Tamara et Winona s'accorde à dire que c'est toujours meilleur avec une cuillère ou les doigts. Mais moi j'aime bien mes sœurs et j'aime pas me salir, alors je prend à la petite cuillère. Une petite cuillère timide, une un peu plus grande, une qui débord et dégouline de partout... C'est tellement bon, j'ai presque envie de renoncer à ma propreté habituelle. Cousin Arthur dit que c'est pas normal, que comme tous les enfants du monde, je devrais être sale, au moins un peu, mais que je le suis pas. Il est fou, lui. Si je suis sale, je serais plus beau. Et qui est-ce-qui me fera des bizoux ?

    Nemesis - « Adriel Sheridan, j'espérais faire de vous autre chose qu'un petit chapardeur amateur. »

    Oh, non... C'est la voix de Maman. Et elle me parle, à moi ! Non, ce n'est pas possible, ce n'est qu'une illusion, rien de plus, je n'y crois pas. Comment aurait-elle pu venir jusqu'à moi sans faire le moindre bruit ? C'est une Sorcière, assez douée, oui, mais quand même !

    Bettina - « Mauvaise graine. »

    Par la barbe de Merlin. Ce ne peut être un rêve, un cauchemar. C'est bien simple : Je ne suis pas assez maso pour rêver d'elle, j'en ait déjà assez toute la journée. Bettina est l'aînée de la famille, et, en tant que telle, pense se trouver au même niveau que Papa et Maman. Elle fait toujours que de nous commander, et sans jamais rien faire. Elle, c'est une méchante, je l'aime pas. Je me retourne et je les voie, toutes les deux, plantées là, devant moi. Maman a sourit dès qu'elle s'est aperçue que j'avais des moustaches de chocolat autours de la bouche, mais l'autre imbécile, qui avait du mal à cacher sa joie, croyait encore que je me ferais disputer. C'est rigolo, au bout de six années de vie commune, elle a toujours pas compris qu'il suffisait que je montre ma frimousse pour que tout me soit pardonné. Elle est un peu stupide, non ? Pourtant, elle a déjà treize, elle est déjà à Poudlard ! Mais elle ne comprend toujours rien à la vie. Papa et Maman ne la critique jamais. Ils ne disent pas non plus du bien, d'elle, mais bon. Ils se laissent aller, comme s'il était normal qu'elle agisse ainsi, comme si elle avait toujours raison. Je crois que c'est parce qu'elle est à Serpentard, alors que Tamara est à Poufsouffle et Winona à Serdaigle. Winona dit que si elle est méchante encore plus avec moi, c'est parce qu'elle est sûre que je finirais à Gryffondor. Tout le monde dit que c'est absurde, et impossible, mais elle dit que comme on est quatre, et que les trois premières ont été envoyées dans trois maisons différentes... Ben c'est obligé. Vous voyez, elle est bête.

    Adriel - « Non, Maman, je te jure, je volais rien, je faisais rien. »

    Mensonge, quel est ton pouvoir ? Sûrement pas assez fort, vu le coup d'œil que me jette ma Maman. Je ne sais pas lire dans les pensées, mais je suis sûr que ça signifiait qu'elle ne me croyait pas. Mais je peux me tromper.

    Nemesis - « Oui, bien sûr. Quand tu auras finit ton petit goûter improvisé inexistant, n'oublie quand même pas de tout ranger, de tout nettoyer. Sans oublier tes mains et ton visage, bien sûr. »

    Elle me lance un coup d'œil et je lui souris à mon tour. Je l'aime bien ma Maman, elle est gentille et même drôle. C'est la meilleure des Maman du monde entier et jusqu'aux étoiles. Quand Papa il est là, elle est un peu moins drôle et gentille, mais c'est pas grave. Papa il est presque jamais là. Elle me tourne le dos et s'éloigne tranquillement, l'incident est clos. Enfin, non, il y a encore la petite crise habituelle de Bettina, mais il ne faut pas y faire attention.

    Bettina - « Quoi, et tu l'engueule pas ? Évidemment, j'suis bête, c'est ton préféré, hein ? Mais c'est qu'un sale gosse, Maman, et toi tu vois rien ! Tu vois pas qu'il fait des grimaces dans ton dos, tu vois pas qu'il touche toujours à ma baguette quand je la laisse sans surveillance, tu vois pas qu'il gribouille sur mes parchemins neufs ! »

    Maman s'arrête. Je garde le silence. Elle a pas tout à fait tort, pour une fois, alors... Maman tourne un peu la tête, on voit son visage de profil. Son nez bien droit, ses lèvres pulpeuses, sa peau pâle et quelques tâches de rousseur. Elle est belle, ma Maman, on dirait une fée des bois. Mais d'autres fois, comme là, elle ressemble plus à une reine terrible qui a tout un royaume à ses pieds. On peut dire que j'ai été chanceux. Elle n'a pas vraiment fait attention à ce que venait de lui dire ma sœur.

    Nemesis - « Tu ferais mieux de te passer de commentaires. Vous êtes tous deux sortis du même moule. »

    Sans rien ajouter, elle s'en est allée. Bettina est restée un instant en silence, et moi aussi. Je n'attends qu'une chose : Qu'elle s'en aille. On a tous les deux l'habitude qu'elle cherche à monter Maman contre moi mais que ses tentatives échoues. Au bout de quelques minutes, elle s'est ressuyée le visage, peut-être qu'elle avait pleuré. Elle s'est tournée vers moi.

    Bettina - « Ne-m'adresse-plus-jamais-la-parole ! »

    Et elle est partit en courant, sûrement pour envoyer un hiboux à Ben, son petit ami. Moi, je suis petit, on dit que je ne comprend rien. Mais je sais pourquoi elle et moi ne nous parlerons plus jamais, pourquoi nos regards s'éviteront, pourquoi au Collège, plus tard, je ferais croire aux professeurs qu'elle n'est pas ma grande sœur. Maman n'a pas démenti me préférer.

    C'est la rançon du succès.


Dernière édition par Adriel M. Sheridan le Sam 22 Nov - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel M. Sheridan
Serpentard
Serpentard


Féminin Nombre de messages : 8
Age : 23
Année : Sixième.
Amour : Passionel & déchirant. Pour lui-même.
Passions : Sexe, mensonges et trahisons.
Date d'inscription : 20/11/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Ven 21 Nov - 21:55





    02. à huit ans, on n'a pas le droit de perdre un papa.____

    Découvrez Sylvain Chauveau!


Le 27 Décembre 1988,___________


    ___Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Winona et Tamara, et Papa est mort. Il est parti, comme ça, pfuit, en fumée, oublié, affaire classée. J'en ai même oublié comment ça c'est passé... Comment ça meurt, un Papa ? Mais non, je mens, je me souviens très bien comment ça c'est passé. Je l'oublierais jamais.

    ___Le mien, il était juste parti pour chercher les cadeaux. On était dans le Salon, on a entendu un cri, et puis... On a couru pour voir. Il était tombé des escaliers, sa tête avait sûrement dû rebondir sur les marches en marbre. Il y avait du sang un peu sur lui et autour, mais j'ai pas pu voir parce que Maman nous a enfermé dans le petit salon. Les filles ont pleurés, et plusieurs fois on a entendu Maman hurler à la mort, comme une bête sauvage. C'était triste et presque beau. Moi j'ai pas pu pleurer, j'suis un méchant. Bettina l'a pas dit, mais j'l'ai vu dans son regard : Méchant, méchant, méchant ! Tu ne pleure même pas la mort de ton père ! Comme s'il s'agissait d'une démarche obligatoire à suivre... Moi j'ai pas pleuré juste parce que c'était bloqué en moi, mais sinon, j'avais mal. Très mal.

    ___Ça brulait en moi, comme si j'avais un monstre sauvage dans le ventre qui voulait sortir, et qui griffait tout. Je jure que je voulais pleurer, que je veux encore pleurer, et que je voudrais toujours pleurer ! Mais c'est pas si facile. D'habitude, je sais pleurer n'importe quand et pour n'importe quoi. Je suis habitué, parce que quand je pleure, les gens ont pitié et me donne des Sucacides ou d'autres bonbons. Je suis tellement méchant, ça me donne presque plus envie de pleurer que papa est mort. Je me dégoute, je suis un monstre, un méchant garçon. Je me hais. Je n'oserais plus jamais regarder Maman en face, parce qu'elle le verra. Elle le verra dans mes yeux tous secs que j'ai pas pleuré la mort de papa.

    ___Papa, papa, papa. Je pourrais plus jamais te dire ces mots ? Je pourrais plus te demander de me faire faire le balai volant en me faisant tournoyer vite, vite, vite ? Je pourrais plus jamais te regarder en douce quand tu bois une tasse de thé, que tu lève ton petit doigt, petit mouvement de grâce immobilisé, vite oublié ? Papa, plus jamais tu ne pourras me sermonner parce que je ne veux pas aller dormir ? Papa, papa. Tu me manque déjà, reviens. Où tu vas aller, de toutes manières ? Reviens à la maison, papa, c'est ici, ta place. Je te promets que j'essaierai de reparler à Bettina, que je m'entrainerais plus sur mon balai ! Je t'en prie, papa, je suis plus rien, sans toi. C'est toi le plus fort, qui est-ce-qui va me protéger si t'es pas là ? Et maman ? Elle va être triste, elle va pleurer tout le temps ! Papa, je t'en prie... Avec qui je vais pouvoir jouer aux Echecs Magiques ?

    ___Dans une famille, il y a un papa, une maman, et des enfants. Si tu n'es plus là, papa, qu'est-ce-qu'on est ? On est plus rien, sans toi, on est des gens vides qui nous baladons sous le même toit, qui avons un grain de beauté en commun, des yeux qui se ressemblent... Sans toi, nous sommes des pantins qui marchent, mangent, et parlent, sans plus jamais pouvoir en ressentir le plaisir. Papa, j'me sens comme un ballon gonflable, j'me sens bête. C'est comme si j'étais rempli de tristesse, et que je me retenais d'exploser pour ne pas avoir à déverser mes larmes. J'imagine le monde, sans toi, mais je ne le vois pas. « Et ton papa, qu'est-ce-qu'il fait dans la vie ? » Papa, je saurais pas quoi répondre. Il fait des affaires ? Il est absent ? Il fait le mort ? Il est mort ? ... Papa, j'ai peur du monde, je veux être avec toi. Jamais on s'embrassaient, avant, tout les deux, tu te souviens ? Maintenant, plus que jamais, j'ai besoin de tes mains, ta voix et de tes bras. Je veux que tu me serre fort, fort, fort, pour que j'en oublie tout.

    ___J'ai l'impression d'avoir été emporté dans un tourbillon tout gris, noir, blanc. Un tourbillon de tristesse et de colère. Oui, de colère aussi, papa, parce que même si je suis triste, même si je veux pas que tu sois mort, je te hais. C'est de ta faute, papa. Trébucher sur une marche, tu te rends compte ?! J'ai honte pour toi, et je te hais, je te hais, pour avoir, d'un seul faux pas, plonger ta famille dans la tristesse. Papa, t'es pas un vrai papa, t'es pas mort en papa. Un papa, ça meurt très vieux et malade, ou dans une guerre. T'avais encore plein de temps devant toi et t'as précipité la chose. Papa, c'est pas bien, t'as pas pensé à nous en nous quittant.

    ___Mon papa. Ça y est. Je pleure. Il y aura au moins eu quelque chose de réussit aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel M. Sheridan
Serpentard
Serpentard


Féminin Nombre de messages : 8
Age : 23
Année : Sixième.
Amour : Passionel & déchirant. Pour lui-même.
Passions : Sexe, mensonges et trahisons.
Date d'inscription : 20/11/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Sam 22 Nov - 16:37





    o3. les confidences sont la source de la confiance. __

    Découvrez Pearl Jam!


    Il est à peu près deux heures du matin. Je dis à peu près parce que Winona me cache le réveil, donc je ne suis pas bien sûr. Mais je sais qu'elle et Tamara s'infiltrent dans ma chambre à peu près vers une heure du matin, alors vu que ça fait presque une heure qu'on discute... Ben voilà. Enfin, discuter... C'est une façon de parler. Parce qu'après être entrées dans ma chambre, on a tous les trois conversé des choses habituelles : Les nouvelles du monde, les nouvelles robes de Winona, les B.U.S.E.S. des deux... Mais bien sûr, on finit par se taire. Le truc chiant, c'est qu'on peut pas parler librement la journée, Bettina ou Maman traînent toujours autour de nous. Alors, on se rejoint la nuit, mais du coup, on est fatigués. Elles ne comprennent pas pourquoi on se réveille tout les trois avec des cernes, mais je crois que Bettina se doute de quelques choses. C'est pas qu'elle soit plus intelligente que je le pense, mais comme elle croit toujours qu'on complote dans son dos... Ben l'idée de réunions secrètes lui sont venues à l'esprit. Elle pense vraiment que le monde entier est contre elle, cette idiote, franchement. Elle n'est assez importante que pour faire battre le cœur de vieux pervers qui s'imagine des choses avec elle... C'est tout. Sinon, elle n'est rien. Elle est bête, méchante, et en plus, elle n'a pas assez d'A.S.P.I.C.S. pour avoir un bon métier. Elle remplace quelques fois des comptables dans des boutiques, mais à part ça. Rien. Néant.

    Tamara - « Tu sais, Ad'... »

    Je me tourne vers elle, étonné. Depuis près de dix minutes, personnes n'a prononcé le moindre mot, et entendre une voix me surprend, autant que Winona, apparemment. Cependant, je regarde Tamara avec curiosité, je ne sais pas du tout ce qu'elle veut me dire, alors que Winona me regarde attentivement, comme si elle attendait déjà ma réaction. Elle, elle sait sûrement déjà ce que Tamara veut me dire. Ça, c'est vraiment des grandes sœurs. Elles se concertent, prévoient une discussion au mot près, et ensuite seulement décident de venir me voir. Mais d'abord connaître son texte sur le bout des doigts, pour avoir l'air d'être les grandes qui savent exactement ce qu'elles veulent dire.

    Tamara - « Dans deux semaines à peine, tu vas faire ton entrée à Poudlard. Tu n'y a jamais mis les pieds, mais bon, tu seras pas perdu, tu seras avec les autres premières années... »

    Winona - « Oui, et puis, nous, on sera encore là pour t'aider, te guider... »

    Adriel - « Bordel, on est en pleine séquence émotion. Vive la famille, on sera toujours là les uns pour les autres, et blablabla, et blablabla... Bientôt vous me direz qu'il faut que je reparle à Bettina ? Rêvez. Ça fait cinq ans et on se porte très bien comme ça. Maintenant dites moi ce que vous voulez me dire, ou alors je vous vire de ma chambre, bande de squatteuses ! »

    Les deux filles se jettent un coup d'œil qui signifie clairement "C'est mal parti' dans la semi-pénombre. Elles pensent sans doute que je n'ai rien vu, que je ne vois rien. Oublient-elles que je suis un garçon intelligent ? Extrêmement intelligent, même, pour mon âge. Enfin, ça c'est mon père qui le disait quand il voyait à quel point je savais déjà persuader les gens, à quel point je les observe pour tout connaître d'eux et savoir ensuite les manipuler... Bettina dit que c'est malsain, mais bon, ce qu'elle dit, elle...

    Winona - « Okay, tu veux qu'on aille droit au but ? »

    Elle me regarde méchamment, tout à coup, ce qui est pour le moins étonnant, quand on la connait. Elle est la douceur incarnée, elle pleure pour un rien, elle a un sens de la famille sur développé et on a toujours peur de la briser en deux quand on souffle dans sa direction. Je n'ait néanmoins pas le temps d'y prendre garde que Tamara reprend déjà la relève.

    Tamara - « Alors, on ira droit au but. »

    Beaucoup de mots pour ne rien dire, entre nous, mais c'est tout de même assez impressionnant. Winona et Tamara sont des jumelles, mais ne se ressemble pas du tout. Physiquement, on admet qu'elles sont de la même famille. Des jumelles ? On a du mal à y croire. Mentalement, Tamara est l'exacte opposée de Winona : Elle est exubérante, passe son temps à rire et s'énerve facilement, elle a du mal à avouer ses sentiments. Lorsque tout à coup, elles s'unissent dans ce genre, lorsque l'une commence une phrase et que l'autre la finit... Et ben je peux vous dire que vous écoutez attentivement sans rien dire.

    Winona - « En fait, on a juste une question à te poser. »

    Tamara - « On a seize ans, on a oublié notre première année. On veut te faire prendre conscience de ce que tu vis en ce moment. C'est pas banal, tu sais ? Tu fais tes premiers pas dans le monde la magie ! »

    Je me sens mal, tout à coup. Je déteste quand elles sont comme ça. Elles jouent les grandes nostalgiques, elles font comme si elles étaient veilles, si vieilles, tellement veilles qu'elles sont sur le point de mourir. c'est pas que je trouve ça ridicule, quoique, quand même un peu beaucoup, mais ça me fait peur. Je le dis pas, hein, mais... Enfin... J'ai peur de grandir, peur d'oublier ce que c'est qu'être un enfant. C'est nul, on est des sorciers ! On pourrait remédier au vieillissement, j'en suis sûr... Mais personne ne se penche sur la question. Que des imbéciles.

    Winona - « Ad', est-ce-que tu as peur ? »

    Je les regarde toutes les deux, tour à tour. Je tente de sourire d'un air moqueur, comme j'ai si bien l'habitude de le faire. Mais je n'y arrive pas, je vois leur visage si sérieux, qui me scrute, qui m'observe, qui cherche dans mes yeux une lueur de réponse, qui attende le moindre mouvement de mes lèvres qui signifie que je vais leur répondre. Je réalise qu'elles sont sérieuses, qu'elles ont besoin de savoir, que ce sont mes sœurs. Malheureusement pour elles, ma gorge est sèche et je n'arrive pas à prononcer un mot. Ma gorge me brûle et j'ai envie de pleurer. Est-ce seulement à cause de cette douleur ? J'attends un moment, puis je finit par hocher la tête d'un air incertain.

    Tamara - « De quoi ? Et à quel point ? »

    Elles se sont toutes les deux approchées de moi, avides de confidences, de réponses à leur question. Ah, la curiosité... Une qualité chez les uns, un défaut chez les autres. Un gène immanquable dans ma famille. Je sais, la scène doit vous paraître comique, à vous, mais j'aimerais bien vous y voir ! J'avale ma salive, je bois un coup dans le verre posé sur ma table de nuit. Et je prend la parole.

    Adriel - « J'ai peur... Comme jamais. J'ai peur de ne pas me faire des amis, j'ai peur que tout le monde me déteste, d'être différent, de me rendre ridicule devant les autres, de ne pas être un bon sorcier, d'avoir des mauvaises notes... J'ai peur que les Profs me demandent en plein cours si je suis bien le frère de Bettina, j'ai peur de devoir mentir devant tout le monde, j'ai peur de dire la vérité, tellement moche. J'ai peur d'avoir des ennuis. J'ai peur de me faire renvoyer, j'ai peur de presque plus voir Maman... De la laisser toute seule ici, à la maison. J'ai tellement peur. J'ai envie de vomir. J'ai envie de courir et de laisser ma peur loin derrière moi, j'ai envie de voler et de la laisser à terre, j'ai envie de nager et de la noyer... J'ai peur d'avoir peur. »

    Les larmes ont commencées à couler dès que j'ai commencé à parler, mais c'est franchement parce que je pleurais à torrents que j'ai dû arrêter de parler. Pourtant j'avais encore des choses à dire. Winona a détourné le visage, sûrement parce qu'elle est émue de me voir ainsi à découvert, pour la toute première fois. Bizarrement, ça me fait du bien. Tamara amorce un geste, une caresse ? Mais les escaliers grincent à cet instant et elles quittent toutes deux ma chambre précipitamment. J'enfonce mon visage dans mon oreiller et m'endort sans difficulté jusqu'au lendemain.

    Ni Winona, ni Tamara ni moi n'avons recherché à reparler une seule fois de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel M. Sheridan
Serpentard
Serpentard


Féminin Nombre de messages : 8
Age : 23
Année : Sixième.
Amour : Passionel & déchirant. Pour lui-même.
Passions : Sexe, mensonges et trahisons.
Date d'inscription : 20/11/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Sam 22 Nov - 16:54





    o4. et moi, moi je ne suis qu'un fou.

    Découvrez Aerosmith!


    « Il arrive, paraît-il, un âge où l'on est capable de dire : Je suis moi, je suis bien. Selon les personnes, cela peut arriver à dix, quinze, vingt-cinq ou quarante-trois ans. Moi, je dis que j'y suis enfin. Écoutez-moi... "Enfin", comme si j'avais fait des années de quête à plein temps et que je méritais pleinement de réussir avant-même mes vingt ans. Bien sûr que je le mérite. Mais je ne l'ai pas cherché, là est toute la différence. Parce que même avant que je me trouve pleinement heureux du moindre millimètre carré de ma peau, je me trouvais très bien. Il faut dire, oui, j'ai était gâté. Je pourrais jouer les modestes, mais je ne vois pas bien à quoi cela pourrait servir. Je suis beau, riche, intelligent, j'ai un avenir tout tracé, je suis heureux. Pourquoi m'en cacher ? Pourquoi faire semblant que cela ne fait pas mon bonheur ? Pour ne pas rendre jaloux les autres ? Alors que c'est une des raisons qui fait que je suis encore plus heureux ? Non. C'est stupide. La vie est courte, autant en profiter jusqu'au bout et bien faire chier les gens qui n'ont pas tout ce que vous avez, non ?

    Et puis, je crois que si j'y suis arrivé, c'est parce que, contrairement aux autres, j'assume pleinement mes défauts. J'en ai énormément, même moi je l'avoue, et puis ils sont pas très beau. Je suis manipulateur, dragueur, lâcheur, balance, menteur, quelques fois voleur, opportuniste, et en plus, je suis accro aux cigarettes et je bois trop d'alcool. Jeunesse dorée, jeunesse dépravée. Non, vraiment, je suis un personnage horrible. Mais moins horrible que les autres. Mais oui ! Voyez le nombre considérable de jeunes filles qui se vautrent dans mes draps ! Et pourtant, ne suis-je pas un monstre ? Et bien, non. En tout cas, moins qu'elles et moins que ces rares personnes qui se considèrent comme étant mes amis. La preuve : Malgré que je sois horrible, ces gens-là m'aiment, ils aiment mes défauts, ils aiment le peu de qualité que j'ai. Oui, car, tout de même, j'ai des qualité. Je suis intelligent, travailleur, volontaire et honnête en amitié. Ah oui, et réaliste, aussi.

    Réaliste, c'est quand même ma plus grande qualité. Enfin, ma plus grande, ma plus importante, quoi ! Parce que c'est quand même grâce à ça que je suis en mesure de vous dire, sans état d'âme et sans la moindre hésitation, que je suis horrible, qu'il faudrait qu'on m'abatte sur place. Vraiment, hein ? Je ne plaisante pas. Je suis un fléau pour l'humanité, je le sais... Un poids pour les finances de mes parents, une blessure dans le cœur des jeunes filles, une honte pour tout le genre humain... Bon, évidemment, je vous le dis à vous, parce que, étrangement, vous avez envie de tout savoir sur moi. Donc, voilà. Mais je suis pas du genre à, en pleine discussion, proposer à l'autre de m'étrangler avec ce qui lui passe sous la main ou de me fracasser la tête contre je ne sais quoi... Non, non, ce n'est pas mon style. Je suis tourmenté, certes, mais jamais je ne laisserais les autres s'en apercevoir. C'est pour cela, et pour rien d'autre, que je suis aussi discret et silencieux. Je ne veux pas me trahir moi-même... Mais bon, des fois, ça sort quand même. Je peux plus m'en empêcher, je redeviens moi, et... Ben voilà, les gens savent que je suis fou. Ça arrive un peu trop souvent, mais bon... Mieux vaut que les gens sachent à quel point je suis dangereux, fou, psychopathe. De toutes manières, les insultes, les regards méchants, m'indiffèrent ou me font plaisir selon le cas. Et me retrouver tout seul m'enivre d'un plaisir insoupçonné.

    J'aime bien être faux, j'adore jouer un personnage, à chaque heure du jour ou de la nuit. Je trouve ça géniale d'utiliser certaines expressions juste parce que ça colle bien avec l'idée que je me fais de moi... Bon, entre nous, si j'aime tant ça, c'est parce que je n'ai pas beaucoup d'effort à faire. Je veux dire que je ne me change pas complètement, c'est juste que j'oublie un peu mes pulsions suicidaires et auto-destructrice, et puis j'essaie de rentrer dans la masse compacte des élèves. J'aime ça, être parmis les autres, mais ne pas être comme les autres... Double face. Schizophrène. Fou. Je ne sais pas quel est le terme exact. Mais ça me convient parfaitement.

    Bon, je suis encore censé vous parler de moi. Vous n'en finissez pas, hein ? C'est chiant quand les gens n'ont rien de mieux à faire que de raconter leur vie, je vous comprend. Admettons que la mienne, au moins, est intéressante, non ? ...

    Que vous dire, bordel, mais que vous dire ? ... J'aime la musique. J'ai une cicatrice sur le genou gauche due à une chute quand j'avais six ans. Je joue du piano. Il paraitrait que c'est depuis la mort de mon père que je suis comme ça. Je ne parle plus à la plus grande de mes sœurs depuis onze ans. Je suis un monstre. Mais je suis quand même le meilleur. Comme le disait un humoriste français du vingtième siècle : Je suis capable du pire comme du meilleur. Dans le pire, c'est moi le meilleur. Je crois que ça résume bien, non ?

    Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter de ne jamais me rencontrer. Au Revoir, ami lecteur. J'ai été ravi de pouvoir te raconter ce qui me passait par l'esprit.
    »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adriel M. Sheridan
Serpentard
Serpentard


Féminin Nombre de messages : 8
Age : 23
Année : Sixième.
Amour : Passionel & déchirant. Pour lui-même.
Passions : Sexe, mensonges et trahisons.
Date d'inscription : 20/11/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Sam 22 Nov - 17:18

      3. Les trucs en plus.


    • Comment avez-vous connu le forum ? : « J'y étais inscrite il y a un bon moment en tant que Daphnée Greengrass... J'avais abandonné ce personnage, mais j'ai reçu un mail pour la MAJ et ça m'a donné envie de revenir sous Adriel <3 »
    • Pourquoi vous êtes-vous inscrit ? : « Parce que le forum est tout simplement génial, enfin... »
    • Comment trouvez-vous le design ? : « Depuis ma première visite ici, j'ai continué à suivre les designs du forum, même en y passant simplement en tant qu'invité... Tout ce que je peux dire c'est que Cedric s'améliore toujours et que c'est de plus en plus magnifique... »
    • Avez-vous lu la chronologie de LMDP ? : « Oui, parce que je suis le membre parfait et que je le vaut bien. »
    • Avez-vous lu l'intrigue en cours ? : « Bien sûr. »
    • Célébrité sur l'avatar : « Jamie Bell. »
    • Code : « CODE OK PENNY »


          Zi end.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope Strong
Serdaigle [Admin]
Serdaigle [Admin]


Féminin Nombre de messages : 759
Age : 24
Date d'inscription : 20/07/2007

•Perso•
Niveau: 2
♣Message:
MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Dim 30 Nov - 0:33

Bienvenue Adriel!
J'ai pris énormément de plaisir à lire ta fiche, elle est vraiment excellente et c'est avec plaisir que je te répartie =).

S.lytherin

Amuse toi bien sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: welcome to my life. [ S E R P. ]   Aujourd'hui à 5:27

Revenir en haut Aller en bas
 
welcome to my life. [ S E R P. ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: FIRST :: oh, c'est ici les présentations ? :: LES ELEVES :: REPARTIONS TERMINEES-
Sauter vers: