AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Encre rouge et bleue...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Encre rouge et bleue...   Sam 14 Juin - 18:30

    Un brin d'herbe s'envolait. Puis deux. Et à nouveau un. Ils tourbillonnaient dans les airs, formant des figures compliquées sous la légère brise. Peu à peu, ils s'élevaient dans le ciel. Le ciel qui était d'un bleu sans aucune trace de blanc. Un ciel sans nuages, une après-midi sans rien de vraiment spécial. Les BUSEs et les les ASPICs approchant, on voyait des groupes d'élèves sous les chênes, révisant avec assiduité. D'autres élèves, heureux de ne pas avoir d'examens, s'étaient pour la plupart rendus à Pré-au-Lard. Certains jouaient au Quidditch sur le terrain, et leurs cris parvenaient parfois aux oreilles d'une jeune demoiselle, haut perchée.

    La tour des Serdaigles. Depuis la fenêtre de son dortoir - bien entendu vide à cette heure tardive dans la journée - Luna surplombait le parc, assise sur un rebord de pierre. La brise qui soufflait d'une façon agréable faisait voleter ses longs cheveux blonds, dont les mèches lui chatouillaient parfois le nez. Ses yeux rêveurs étaient posés sur le journal qu'elle tenait sur ses genoux. Le Chicaneur, bien sûr. De temps en temps, notre jeune rêveuse levait les yeux de sa lecture afin de les promener sur le parc. Cette fois-là, quand elle vit un groupe de Serpentards de la même année qu'elle se balader dans le parc, elle ne retourna pas tout de suite à sa lecture. Les yeux plissés, elle les suivit du regard pendant un petit moment. Lorsqu'elle ne put plus les voir, elle resta cependant le regard dans le vide.


[…]


    Un bout de papier froissé. Une moue d'étonnement. Ses yeux protubérants grands ouverts sous l'effet de la surprise, Luna déchiffra les pattes de mouche sur le parchemin qu'elle avait trouvé dans sa poche.


J'aime beaucoup la façon dont tu parles des créatures magiques. J'aimerai bien en savoir plus sur elles.. et sur toi ausssi. Rendez-vous si tu le veux bien à 23h00 près des Sabliers.


    Intriguée et curieuse de voir qui se cachait derrière cette écriture en pattes de mouche, Luna s'était - sans trop réfléchir - rendue dans le Hall à 23h00. Il était désert. Se disant qu'elle était sûrement en avance, Luna avait alors patienté. Mais pas longtemps. Car ce n'était pas un élève passionné de créatures magiques qui lui avait écrit. Non, c'était un groupe de Serpentards malicieux qui souhaitaient faire une bonne blague. Après avoir glissé un mot dans la poche leur infortunée victime à la fin du cours de potions, ils en avaient rédigé un autre à l'intention d'Ombrage. La Grande Inquisitrice avait ainsi vu, lorsqu'elle s'était rendue dans son bureau après le dîner, un parchemin inconnu posé sur sa table. Il y était écrit :


Madame la Grande Inquisitrice,
Je sais de source sûre qu'une élève se promène quotidiennement dans les couloirs la nuit. Si vous vous rendez dans le Hall de l'école ce soir à 23h00, vous la trouverez sans aucun doute à roder par là.
Un ami.


    Sans chercher à savoir de qui venait cette précieuse information, Dolorès s’était rendue dans le Hall à l’heure dit, toute heureuse d’avoir une occasion de martyriser un élève. Et bien spur, elle avait trouvé Luna, qui était toute étonnée de voir Ombrage à la place d’un élève intéressé par les créatures magiques. La professeur de DCFM avait, sans ménagement et avec un cynisme évident, entraîné Luna à sa suite dans son bureau. Faisant asseoir la jeune Serdaigle désorientée à une table recouverte d’un napperon, elle lui avait tendu un parchemin et une plume et lui avait demandé d’écrire « Je ne peux pas me balader quand ça me plaît. » Son regard rêveur posé sur le nœud rose que la Grande Inquisitrice avait dans les cheveux, Luna ne comprenait pas pourquoi elle s’était fait prendre. Comment Ombrage avait-elle pu savoir qu’elle se trouverait là. Alors qu’elle écrivait, récrivait et re-écrivait à l’encre rouge, et que sa main gauche devenait plus douloureuse à chaque syllabe, Luna comprit.

    Enfin, non, elle ne comprenait pas vraiment. Elle ne comprenait pas qu’une telle méchanceté puisse exister.


[…]


    Cela cicatrisait, se refermait à peine. Mais Luna savait que, même si toute trace physique de cette nuit disparaissait, elle n’oublierait pas. Le sourire rêveur qu’elle affichait habituellement sans raison aucun n’était pas présent. Notre jeune Serdaigle retournait assez tristement à son journal quand elle entendit un hululement au loin. Relevant la tête, elle aperçut Saphir, la chouette de son père, qui se dirigeait d’un vol rapide vers elle. Surprise mais heureuse, Luna attendit impatiemment que Saphir se pose près d’elle. Lorsque ce fut fait, elle descendit de sa fenêtre, alla chercher un Miamhibou dans sa valise et le donna à Saphir. Pendant que celle-ci mangeait avec délices, Luna détacha la lettre qu’elle portait et la déplia avec fébrilité. Reconnaissant l’écriture de son père, elle lit rapidement :


Ma Luna,

J’espère que tu vas bien. Ici tout va pour le mieux (les Boullus d’eau douce que nous avons pêchés grandissent vite !), et j’ai une bonne nouvelle à t’annoncer : tu te souviens quand je te disais que nous ne pourrions peut-être pas aller à la recherche de Ronflak Cornus cet été, car nous avions de petits problèmes d’argent ? Eh bien, nous n’en avons plus ! Les ventes du Chicaneur ont triplés ce mois-ci, au détriment de la Gazette du Sorcier. Je suppose que c’ets grâce à notre article sur les Enormus à Babille, mais Peris, qui est venu me rendre visite hier, soutient que c’est parce que nous disons la vérité sur ce qui se passe. Il a peut-être raison.

Quoi qu’il en soit, nous pourrons rechercher des Ronflaks Cornus cet été ! Je suis sûr que tu es aussi heureuse que moi !

J’espère que tout va bien pour toi à Poudlard.

Je t’embrasse

Papa.


    C’est sautillante que Luna termina de lire la lettre de son père. Souriant à Saphir et lui ébouriffant ses plumes en le caressant, elle lui dit doucement :



« Tu peux partir Saphir, j’enverrai ma lettre avec un hibou de l’école, je ne vais tout de même pas te faire attendre. Et puis, Papa doit avoir besoin de toi. »


    La chouette cligna des yeux en signe d’approbation et, caressant Luna de son aile au passage, s’envola par la fenêtre toujours ouverte. Luna, après l’avoir suivie des yeux pendant quelques mètres, pivota sur ses talons, attrapa un plume et un rouleau de parchemin dans sa valise et sortit en chantonnant du dortoir, puis de la salle commune. Elle avait dans l’idée d’aller écrire sa lettre au soleil, dans le parc. C’est donc ce qu’elle fit et cinq minutes plus tard, elle s’asseyait tranquillement dans l’herbe bien verte, à quelques mètres du lac. Luna trempa sa plume dans son encre, mit le parchemin bien à plat sur ses genoux et écrivit :


Cher Papa,

Je suis tellement contente que tu m’ais écrit ! Ici tout va…


    Luna s’interrompit. Pouvait-elle dire que tout allait bien, « ici » ? Après la nuit précédente, résolument pas. Elle avait pour habitude de toujours dire la vérité à son père – à tout le monde d’ailleurs – mais là, il semblait si heureux qu’elle ne voulait pas l’inquiéter. Alors qu’elle était à nouveau dans ses pensées et qu’une goutte d’encre bleue tombait sur sa feuille en la tachant, elle vit une ombre sur sa feuille. Elle était jolie cette ombre dans le solei éclatant de l’après-midi, on aurait pu en esquisser la silhouette, se dit Luna. Elle commença à le faire mais l’ombre bougea, et elle vit apparaître des pieds dans son champ de vision. Elle releva alors la tête.


Dernière édition par Luna Lovegood le Dim 15 Juin - 14:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Dim 15 Juin - 5:52

    Jeff s'était réveillé, une fois de plus, lorsque la grande et la petite aiguille atteignaient dans un faible bruit le chiffre cinq du réveil gris posé sur la table du professeur. Il tendit le bras pour allumer la lumière et lâcha un soupire signifiant qu'il aurait dû dormir encore un peu mais l'heure c'est l'heure et il n'aimait pas se lever plus tard, car se connaissant s'il ne se lève pas à cette heure il ne se lèvera pas de la journée. Il se redressa sur son lit se frottant les yeux comme les enfants qui se réveillent et laissa échapper un bâillement avant de secouer la tête l'obligeant à ouvrir une bonne fois pour toute ses yeux. Habitué à la lumière son regard traversa la salle en direction de la fenêtre. A travers celle-ci il put distinguer une couronne de lumière à l'horizon, le soleil commençait donc timidement à laisser place à l'aurore puis au grand jour. Son regard se porta de nouveau sur sa table de nuit où il put voir trois sourires étincelants lui souhaiter le bonjour, le professeur leur rendit avant de finalement sauter hors du lit par une soudaine énergie et un besoin de s'activer. Il attrapa à la va-vite une chemise de couleur blanche, un jean bleu foncé, une cravate bordeaux qu'il noua sans la resserrer complètement autour du cou, laissant sa chemise hors de son pantalon et attrapa une veste de couleur kaki pour affronter la fraîcheur matinale. Il attrapa d'un geste vif trois enveloppe posée sur son bureau dans la salle voisine ainsi que son carnet, avec lequel il semblait inséparable. Il passa la tête à l'extérieur de son bureau pour observer les couloirs vide qui étaient encore éclairés par les bougies qui faiblissaient au fur et à mesure que les rayons pénétraient dans le couloir. Jeff referma la porte de son bureau et se dirigea d'un pas calme et décidé vers la tour où dormaient tous les oiseaux. Il se dirigea vers un hibou roux qui dormait et qui accueillit le professeur de soin avec un cri de désaccord qui laissa un instant Jeff faussement outré avant de s'excuser auprès de l'oiseau qui effectua une toilette rapide avant de s'envolait dans le nouveau jour devant le regard de Jeff qui laissa échapper un soupire avant de quitter la tour pour rejoindre les remparts. Le carnet de note posé sur le mur de la rempart, Jeff écrivait en regardant le soleil laissé frapper les rayons sur les murs du château, finalement lorsque le soleil était assez haut et que la brume matinale s'évaporait doucement Jeff referma son carnet, le sourire aux lèvres et descendit vers la grande salle. Il jeta un coup d'oeil à l'intérieur de la grande salle, il y avait quelques élèves qui afflue la mine pressée d'autre qui se passaient des parchemins. Il observa la table des professeurs, qui était vide, il se glissa discrètement et attrapa deux croissant et une pomme et fit demi tour et tressaillit lorsque la voix de MacGonagall résonna derrière son dos, il se retourna lentement.

    MacGonagall : Vous êtes sans arrêt pressé Jeff, qu'avez vous ?
    "Bonjour Minerva, hum... Je n'ai pas l'habitude de prendre un petit-déjeuner copieux."
    MacGonagall : Je vois. Et bien passez une bonne journée.
    "Merci..."


    Jeff fit un pas en arrière pour s'assurer que MacGonagall n'allait pas l'arrêter avant de faire définitivement demi-tour afin de pouvoir préparer son cours qui commençait dans les quinze minutes qui allaient suivre. D'abord, anxieux par la réaction de MacGonagall il se dit qu'elle essayait de le mettre à l'aise et de prendre un peu soin de lui, elle n'avait pas oublié à quel point Jeff avait un don pour se soucier peu de lui-même du moment que les autres allaient bien. Arrivé dehors il avait traversé à toute vitesse le parc pour rejoindre la serre. Il déposa sa veste kaki sur le porte-manteau, resserra sa cravate et passa sa chemise dans son jean avant que ces élèves n'entrent. Le cours se passa sans embrouille et le professeur rappela aux élèves que le lendemain ils devaient se retrouver près du lac Pour des travaux pratiques, pas vraiment passionnant au goût de Jeff, mais sans encombres majeurs. Il avait remarqué que Luna était plus rêveuse habituellement et ne manquerait pas d'aller lui parler lorsqu'il aurait le temps. Les élèves dehors il eut droit à la visite de deux élèves de septième année qui demandaient des conseils pour leur examen finale. Il resta une bonne partie de la matinée avec eux en oubliant MacGonagall et Luna, passionné et passionnant lorsqu'il discutait avec des élèves intéressait. L'un d'eux voulait s'occuper des dragons l'autre préserver les espèces en voie de disparition Jeff ne pouvait que les encourager et ne manqua pas de faire un petit cours improvisé qui fut interrompu par l'arrivée des quatrième année. Juste après ce cours, auquel il permit aux élèves de rejoindre la salle à manger plus tôt, il fit de même et s'assit entre Filius et Magdas. Le repas fut assez calme et Jeff s'apprêtait à aller dans le parc quand une nouvelle fois MacGonagall le retint au grand damne de celui-ci qui commençait en avoir marre de l'avoir sur le dos.

    MacGonagall : Jeff, je peux vous prévenir d'un cas assez inquiétant ?
    "Je vous écoute Minerva..."
    MacGonagall : Ombrage un surpris la jeune Lovegood cette nuit dans les couloirs de l'école, comme vous avez pour y habitude d'y vous trouver aussi je voulais savoir si vous savez pourquoi.
    "Non je l'ignore, que c'est-il passé pour Luna ?"
    MacGonagall : Punition habituelle, que voulez-vous qui se passe avec Dolorès en charge ?
    "Oui, excusez ma question... Vous voulez que j'aille lui parler ?"
    MacGonagall : Non, j'aimerais que vous cessiez de vous croire plus malin qu'ils ne le sont.
    "Écoutez Minerva, je ne suis pas venu ici pour jouer au plus malin, je pense cependant que vous devriez avoir un peu plus confiance en moi, je ne suis plus votre élève."
    MacGonagall : Peut-être, cependant, tâchez à ne pas oublier votre place et la mienne.


    Jeff allait répliquer, mais sa conscience lui interdit d'en dire plus, il n'était pas question de s'énerver contre MacGonagall qui savait tout de même ce qu'elle disait. Jeff s'en voulut de s'être emporté mais le stress dans lequel il était n'était pas habituel, surtout que ses nuits agitée ne l'aidait pas à maintenir sa capacité à vitre prend la mouche. Il savait qu'il jouait avec le feu et se promit de se calmer. Cependant, il décida tout de même d'essayer de trouver Luna, pour lui parler, mais avant il opta pour une promenade afin se détendre dans le parc de Poudlard et de reprendre ses repères après tout depuis son arrivée à Poudlard il n'avait pas été réellement lui-même, il se demandait si les effets de ses caractéristiques d'animagus n'étaient pas responsables de tels troubles de comportement. Dehors le vent était léger et le la température agréable pour ces premiers jours d'été et le professeur abandonna sa moue contrarié pour aborder un visage sympathique, rassurant et surtout enjoué. De nombreux groupe d'élèves profitaient des beaux jours pour aller réviser à l'ombre des arbres, Jeff en salua quelques-uns avant de finalement se retrouver près du lac, il longea celui-ci puis fit demi-tour c'est alors qu'il remarqua Luna assise un peu plus loin dans l'herbe. Le professeur avait encore les mots du professeur dans la tête et soucieux de savoir comment allait la jeune fille il opta pour une discussion. Il s'approcha doucement alors que la jeune fille semblait réfléchir, elle commença ensuite à décider sur une feuille l'ombre de Jeff qui finit par bouger et Luna leva la tête pour croiser les yeux de Jeff qui d'un sourire timide annonça,

    "Bonjour Luna, je peux me joindre à toi ? (S'installe en tailleur juste à côté de l'élève) Je t'ai trouvée plutôt silencieuse ce matin en cours, j'ai aussi entendu dire que tu avais été surprise par... Ombrage cette nuit. Chose qui m'a surpris, accepterais-tu d'en parler avec moi ?"


    Le professeur avait famille nommée Ombrage Miss Rose Bonbon mais c'était retenu, car il trouvait cela déplacé devant Luna qui semblait encore plus pensive qu'il ne le pensait. Il savait qu'elle était dans la lune, mais à ce point, la jeune fille avait peut-être été troublée par la rencontre la nuit passée avec Dolorès. Attendait la réponse de la jeune fille il balada son regard vers le lac qui était calme malgré les quelques plissements causés par le vent qui venait parfois troubler cette ambiance calme. Décidément Poudlard n'avait pas changé, mais Jeff avait changé... Et il le sentait même lorsque le silence le séparait de Luna, ce n'était pas un silence tendu comme autrefois, bien au contraire.

...............................................


Dernière édition par Jeff Twisleton le Lun 16 Juin - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Dim 15 Juin - 17:59

    Un sourire. Quoi que timide, il était franc et inspirait la confiance. Il ne fallut qu’un millième de seconde à Luna pour reconnaître le détenteur de ce sourire ; il s’agissait de Jeff Twiselton, son professeur de soins aux créatures magiques. Déduisant qu’il était celui dont elle avait commencé à dessiner l’ombre, elle le regarda avec une curiosité qu’on aurait pu qualifier d’impolie si on ne la connaissait pas. Mais si on était au courant de son caractère, on savait que c’était tout naturel chez elle. Ses yeux protubérants suivant les mouvements de Jeff, elle l’entendit lui demander si il pouvait s’asseoir à côté d’elle. Son sourire rêveur de retour aux coins de sa bouche, Luna acquiesça et son professeur s’assit donc près d’elle. Notre jeune Serdaigle regardait sa lettre – à peine commencée – et se remémorait malgré elle les événements de la nuit dernière quand elle se rendit compte que Jeff lui adressait la parole. Elle l’observa alors avec un air aimable qui ne s’évanouit pas au fur à mesure de ses paroles. Comme on le savait, Luna ne semblait jamais affectée par les méchancetés et perfidies qu’on lui faisait. Le jeune professeur lui parla d’abord de son attitude – encore plus étrange que d’habitude – pendant le cours du matin, puis de ce qu’il savait s’être passé cette nuit. Pensivement, Luna se demanda comment Jeff pouvait être au courant de ce qu’il lui était arrivé la nuit dernière. Il ne devait pas tout savoir, nota Luna quand Mr. Twiselton lui demanda si elle voulait en parler

    Miss Lovegood ne répondit pas tout de suite. En effet, une autre chose attira son attention. Un Sombral décrivait de larges courbes au-dessus de la forêt interdite. Ce moment de magie – elle considérait en effet chaque moment avec une créature magique comme un moment exceptionnel – ne dura qu’une dizaine de secondes. Le phénomène terminé, Luna garda cependant les yeux fixés sur la cime des arbres. Elle était à nouveau dans ses pensées. Loin, très loin de cette calme et relaxante après-midi ensoleillée. Quelque part... Dans un bureau à la décoration rose et fuschia. Machinalement, Luna toucha du bout du doigt la blessure qui s’étalait sur sa main gauche. Elle pensa en grimaçant un peu que cette entaille serait rouverte le soir même, ainsi que les deux suivants. En effet, Ombrage l’avait punie de quatre retenues. Mais, malgré son air chétif et un peu loufoque, Luna savait ce que cette punition représentait – la puissance du Ministère dans toute son injustice – et était fermement décidée à ne pas broncher durant les heures de torture qu’elle endurerait en compagnie d’Ombrage. Elle aurait d’ailleurs peut-être l’occasion de lui conseiller le thé à la violette, celui à la rose – qu’elle lui avait conseillé il y avait trois semaines n’ayant apparemment pas eu d’effet sur son comportement exécrable.

    Un clapotis dans l’eau. Luna cligna des yeux, émergeant de ses pensées. Se rendant compte qu’elle était restée silencieuse un bon moment alors que son professeur lui avait posé une question, Luna sourit à Jeff afin de s’excuser. Puis, tout en roulant le rouleau de parchemin où elle avait commencé sa lettre – de toute façon elle ne se sentait pas d’humeur à écrire – elle regarda Mr. Twisleton et dit de son habituelle voix absente :


« Si je veux en parler avec vous, professeur ? Bien sûr, si vous voulez. »


    Il n’y avait aucune réflexion, aucun plan, aucune complainte ou quoi que ce soit dans la phrase de Luna. Elle parlait avec naturel, comme à l’accoutumée, et n’en attendait pas moins de Jeff. Il était, de surcroît, professeur de la matière qu’elle préférait. Repoussant machinalement une mèche qui lui arrivait dans les yeux, Luna attendit une réaction ou une parole de la part de son professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Lun 16 Juin - 11:55

    Jeff sortit de ses pensées lorsque la voix de Luna résonna dans ses oreilles, comme elle il était parti ailleurs, dans ses pensées et ses rêves. Il observait le cas, le paysage sauvage qui entourait l'école, c'était l'Écosse dans toute sa splendeur. Le professeur adorait la nature, c'était d'ailleurs là que tout avait commencé, d'abord les voyages de ses parents décrivant avec passion les lieux qu'ils avaient visités seuls ou tous les deux. Ses parents, son oncle, ses voyages, les créatures rencontrées et recherchée pendant de longs mois afin d'assurer les alliances avec l'ordre lors du retour du seigneur de ténèbres. Toutes ces pensées avaient soudain envahi Jeff et seul la voix de Luna put l'en sortir. Ses yeux bleus regardèrent alors la jeune fille blonde, c'était un regard discret et poli, un regard qui se balada sur le visage rêveur de l'élève avant de s'arrêter sur sa main puis remonter pour croiser le regard aussi rêveur que son visage. Il avait entendu un vouvoiement, une nouvelle fois c'était une manie du moins de son avis. Ils étaient dans un parc, à l'écart du monde qui restait abrité à l'ombre loin des zones humides qui pourrait tenter les farceurs, tous les deux hors d'un cours et la jeune fille, comme tous les élèves qu'il avait croisés hors de ses cours le vouvoyer. Marque de respect me dites-vous, certes,mais tout de même, les professeurs sont des humains qui sont en manque d'affection - oui je sais, je le prends trop personnellement... Je cesse, veuillez m'excuser... - Bref, pour Jeff il y avait les cours et le reste et là c'était le reste.

    "Et bien je le veux bien si tu cesses immédiatement de me vouvoyer. Je sais que je suis vieux, mais tout de même, je n'ai même pas trente ans, il y a que l'épouse de mon oncle et MacGonagall qui me vouvoient hors des cours."


    Le professeur ne comptait pas sur la jeune fille pour rire ou même sourire sur la remarque que venait de faire son professeur qui ne savait pas vraiment comment commençait. Il hésita un instant avant de montrer à Luna la main rougit par la torture qu'Ombrage utilisait contre les élèves qui ne respectaient pas les règles que la directrice avait mis en place. Règles - comme nous l'avons déjà dit - n'était pas du tout de tout le monde dont Jeff. Ce dernier se demande combien de fois il aurait dû graver sur sa main les phrases telles que "Ne dois pas faire exploser des pétards en classe", "Je ne dois pas me promener seul dans la forêt interdite, "Je ne dois pas ceci, je ne dois pas cela". Jeff énonça pendant quelques millièmes de secondes les différentes phrases. Décidément Ombrage frôlait la médaille de la personne ayant inventé les punitions les plus cruelles et discutables sur un plan éthique ce qui laissa le professeur affichait une mine soucieuse vers Luna. Elle n'avait en aucun cas le profil d'un élève se promenant dans les couloirs avec en tête une idée de nuire à la tranquillité de l'école et si c'était au contraire le cas, un élève pareil ne se laissait pas attraper. Jeff voulait savoir comment la jeune fille avait débarquée seule dans les couloirs le noir et se faire attraper aussi facilement par Ombrage. Il hésita un instant ne sachant pas si la jeune fille était prête à donner les raisons de sa virée nocturne. Le professeur de soins aux créatures magiques passait son temps à défendre les élèves, ce qui n'était pas toujours le cas de la part de ces derniers, mais il s'en fichait cependant lorsqu'il avait une impression sur quelqu'un il changeait rarement de jugement et malgré les apparences il avait remarqué que Luna aimait son cours, de plus son animal favoris étant les sombrals. Les sombrals ! Jeff ignorait que certaine personne en avait entendu parler, mais il soupçonnait même que Luna avait la possibilité de les voir. Le professeur secoua la tête et se rendu compte qu'il regardait ailleurs. Il se concentra de nouveau sur Luna et demanda d'une voix calme et chaleureuse.

    "Je voulais savoir comment tu as débarqué en pleine nuit dans les couloirs. Ça peut te paraitre bizarre, mais je doute qu'une élève comme toi se retrouve par hasard le soir et se faire attraper si vite par la pie rose bonbon qui me sers de supérieur"


    Il l'avait dit, c'était sorti tout seul, mais Jeff venait de - gentiment - insulté celle qui l'avait finalement permis d'avoir le poste de professeur de soins aux créatures magiques à sa grande surprise il était plutôt soulagé de l'avoir dit espérant que ça détende un peu l'élève qui malgré son air rêveur semblait soucieuse. Elle avait quelques secondes plus tôt roulé un parchemin à peine entamé, le professeur ne voulait pas non plus embêter Luna avec trop de questions, pas pour le moment en tout cas.

...............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Lun 16 Juin - 21:24

Froncement de sourcils.

    Bien que Mr. Twisleton ait gardé son sourire, un léger froncement de ses sourcils bruns indiqua à Luna que quelque chose l’avait contrarié. Il était bien entendu très loin de l’idée de Luna de contrarier Jeff, qu’elle trouvait fort sympathique. Aussi notre jeune Serdaigle se mit-elle à réfléchir intensément au pourquoi du comment du mécontentement du professeur. Elle ne voyait pas du tout ce qui pouvait l’avoir dérangé. Elle en était arrivée à la conclusion qu’une Joncheruine s’était glissé dans la tête de Jeff quand celui-ci prit la parole. Luna eut ainsi la réponse à la question et elle sourit. Ce professeur n’était décidément pas comme les autres. Contrairement à d’autres, il semblait totalement passionné par la matière qu’il enseignait, et contrairement à la plupart des profs existants, il ne tenait pas à garder une distance entre ses élèves et lui. Au contraire, ainsi que l’avait remarqué Luna, il discutait souvent avec eux, notamment à la fin de ses cours. Repensant à ce que Jeff avait dit, Luna sourit un peu plus. Il avait aussi une façon plutôt désinvolte de parler des choses comme si… Comme si … Comme si il était leur ami. A cette pensée, Luna décolla son regard du lac au profit du visage de Mr. Twisleton, et lui adressa un sourire sincère, suivit d’un hochement de la tête qui voulait dire qu’elle acceptait de le tutoyer. Le professeur devait se demander pourquoi il avait soudainement droit à un tel sourire, mais Luna ne donna pas d’explications. Cela lui semblait normal. Mais Jeff semblait être dans la lune autant que l’était notre jeune Lovegood – bon d’accord, peut-être pas autant, mais il semblait en pleine réflexion. Curieuse comme à son habitude, Luna aurait bien voulu savoir ce à quoi pensait son professeur, mais elle n’eut pas le temps de poser la question. Rompant le silence qui s’était temporairement installé, Jeff dit calmement :


« Je voulais savoir comment tu as débarqué en pleine nuit dans les couloirs. Ça peut te paraître bizarre, mais je doute qu'une élève comme toi se retrouve par hasard le soir et se faire attraper si vite par la pie rose bonbon qui me sers de supérieur. »


    Malgré la chaleur nettement perceptible dans la voix de Jeff et la petite pique destinée à Ombrage qui aurait dû la faire rire, Luna vit aussi que Jeff semblait inquiet. Pour qui donc ? Pour elle ? Luna posa son regard sur le lac, tandis que de nouveau le flot de ses pensées l’emportait. D’aussi loin que remontait son arrivée à Poudlard, jamais elle n’avait réellement attiré l’attention d’un professeur. Trop bonne élève pour se faire réprimander, trop marginale pour se faire féliciter, on ne la remarquait pas. Elle se fondait parfois dans le décor de la classe et avait plusieurs fois eut des absences, des professeurs ne l’ayant pas remarqué l’ayant noté absente. Enfin, ce cas général ne peut s’appliquer à tout le monde, puisqu’il y avait un professeur qui n’avait pas manqué de la remarquer ; Rogue en effet, du temps où il était encore professeur à Poudlard, s’amusait souvent à railler la jeune Serdaigle au regard rêveur. Il était plutôt déçu la plupart du temps car il n’obtenait aucune réaction de sa part. Il était bien plus amusant d’embêter Potter… Pour en revenir à notre sujet initial, Luna était plutôt étonnée que Jeff s’intéresse à elle. Il ne lui vint cependant pas une seconde à l’idée de lui cacher quoi que ce soit. Alors, tout en notant que quelques élèves revenaient de Pré-au-Lard – sûrement des cinquième années qui avaient été prendre l’air et qui retournaient à leurs révisions – Luna repensa à la veille et dit de sa voix douce :


« Je n’étais pas là par hasard... En fait, j’ai reçu un mot, hier après-midi, après le cours de potions. »


    Fouillant dans la poche où elle avait, la veille, remis le mot après l’avoir lu, elle en extirpa un Miamhibou – qu’elle avait prévu de donner au hibou qui transporterait sa lettre -, sa plume véritable de Nargole et finalement un bout de parchemin jauni. Elle le donna à Jeff sans la moindre pudeur ou honte et poursuivit pendant qu’il lisait :


« A 23h00, je suis allée dans le hall mais ce n’est pas un élève qui est venu. C’est le professeur Ombrage. Elle m’a emmenée dans son bureau et elle m’a fait faire des lignes. Jusqu’à 3 heures du matin. Je suppose qu’elle devait être fatiguée, après. »


    Un moment, Luna regarda la cicatrice qu’elle avait sur la main. Son écriture – ronde et un peu brouillon – était nettement reconnaissable. Elle se perdait dans les boucles de son « Je » quand elle se rendit compte qu’elle avait vraiment trop tendance à rêver pendant les conversations. Trouvant essentiel de dire tout ce qu’elle pensait et savait à Jeff – après tout, elle lui faisait confiance - elle ajouta en regardant le papier qu’il tenait toujours :


« Je crois que ce sont des élèves de Serpentard de mon année qui ont écrit ce mot. Ils ont dû également prévenir Ombrage. Mais je ne sais pas pourquoi… Ils devaient s’ennuyer. »


    Ce qu’il y avait d’incroyable et d’effrayant, c’est qu’il n’y avait aucune rancune dans la voix de Luna. Elle racontait cela comme si cela était arrivé à quelqu’un d’autre. Ou plutôt, non. Si c’était arrivé à quelqu’un d’autre, elle en aurait été triste. Elle racontait cela comme…


Eh bien, comme un rêve qu’elle aurait fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Mar 17 Juin - 15:07

    J'aime beaucoup la façon dont tu parles des créatures magiques. J'aimerai bien en savoir plus sur elles.. et sur toi aussi.
    Rendez-vous si tu le veux bien à 23h00 près des Sabliers.


    Luna venait de lui passer un petit beau de parchemin jaunit pour justifier le pourquoi et comment elle était arrivée à rencontrer Ombrage. Et c'est avec soulagement que Jeff, compris qu'il s'agissait d'une machination plutôt futile et ce n'était donc pas dû à une imprudence de la jeune fille comme il l'avait suspecté. Le professeur de soin trouvait que c'était bien vu, mais ne s'en vanta pas plus et c'est avec un froncement de sourcils que le professeur sorti son nez du parchemin pour écouter la suite de l'histoire de Luna. Suite à sa demande de le tutoyer la jeune fille était devenue encore moins distante, mais toujours aussi rêveuse, dans la lune, d'ailleurs et insouciante, ces choses qu'envia aussitôt le professeur qui se jugeait trop terre-à-terre et parfois un peu brutal. La jeune fille lui avait adressée un sourire sincère un peu plus tôt avant que celle-ci réponde finalement à sa question et lui donne le parchemin que Jeff venait de lire. Jeff avait aussi remarqué que la jeune fille avait noté son souci et se promi de lui en parler si elle lui posait une question quelconque sur ce qui trahissait son souci. Après tout, cette dernière était franche avec lui, lui-même le serais afin de finalement être d'égale à égale avec la jeune fille. Avant de lui tendre le mot la jeune fille avait sorti une plume de Nargole de sa poche - une vrai, c'était déclaré le professeur au premier regard - il nota ce détail pour en parler après avec la jeune fille qui, comme il l'avait remarqué, semblait bel et bien intriguée par les créatures magiques. Et même peut-être plus qu'il avait été à son âge, car quand il était à Poudlard plutôt que de rechercher les créatures magiques il préférait lire des livres d'histoire et de géographie avant de décider que les animaux étaient sa vocation, comment était-il passé d'une passion à l'autre même lui ne savait pas l'expliquer, finalement après quelques secondes perdu dans ses pensées il se concentra de nouveau sur Luna qu'il n'avait pas lâché du regard.

    Luna : "A 23h00, je suis allée dans le hall mais ce n’est pas un élève qui est venu. C’est le professeur Ombrage. Elle m’a emmenée dans son bureau et elle m’a fait faire des lignes. Jusqu’à 3 heures du matin. Je suppose qu’elle devait être fatiguée, après."


    Quatre heures dans le bureau de Dolorès Ombrage... C'était une chose que Jeff redoutait lorsque le professeur MacGonagall avait déclaré que c'était la punition habituelle. Quatre longues heures à écrire des lignes non stop qui se gravaient sur la main, comme si une personne se faisait une joie de vous marquer avec un compas ou une aiguille. Tout simplement de la torture digne des mangemorts, ces sorciers au service du seigneur des ténèbres, c'était l'avis ferme de Jeff sur cette dite punition pour discipliner les élèves. Une punition pire qu'une retenue, mais pas autant redouter que pouvait le penser la vielle mégère. Au moins, Ombrage avait dû restée éveillée une bonne partie de la nuit ce qui était tout autant mérité lorsqu'on décidait de punir les élèves d'une telle façon. Au même moment que Luna, Jeff regarda la main de la jeune fille, avec cette fois un regard désolé mais lui adressa un sourire réconfortant et compréhensif. Le professeur de soin se demander si elle était encore sur le choc ce qui aurait expliqué son silence inhabituel - oui, car on en peu pas dire que Luna est très bavarde en cours même si elle écoute avec attention - il espérait que non, car Ombrage aurait réussit son coup, chose qu'il n'allait pas accepter. L'élève de Serdaigle continua sa réflexion, celle que c'était fait Jeff après avoir lu le mot qu'elle lui avait donné. Une blague stupide de la part d'élèves pas vraiment intelligent et sans grand intérêt, bref des Serpentards. Certes, il y avait des exceptions, tous les élèves auraient pu faire une telle blague, mais le fait que ce soit de leur pars ne le surprendrait pas, d'ailleurs cela ne semblait pas surprendre Luna qui affirma les doutes du professeur sur les Serpentards,

    Luna : "Je crois que ce sont des élèves de Serpentard de mon année qui ont écrit ce mot. Ils ont dû également prévenir Ombrage. Mais je ne sais pas pourquoi… Ils devaient s’ennuyer."


    Jeff regarda Luna d'abord avec des yeux ronds semblable à ceux de son hibou, Victor, qui d'ailleurs devait arriver dans l'après-midi avec les réponses aux lettres. Des yeux non pas remplit de question, mais de surprise, après tout, la réponse de l'élève n'était pas celle qu'il aurait formulé après avoir réalisé que certains élèves s'était amusé à lui faire une telle blague. On lui aurait fait cela à Poudlard il aurait rendu la pareil et assez violemment - mais nous ne sommes pas ici pour parler de lui et encore de lui. La jeune fille venait donc de dire avec un ton rêveur et neutre que des élèves auraient fait cela pour sortir de l'ennui, de leur petit train-train quotidien avec le plaisir unique de voir une élève souffrir. Jeff ne le voyait pas vraiment comme ça, ne l'aurait d'ailleurs jamais accueilli avec tant de calme et c'est sans hésiter qu'il répondit avec un rire amusé à la jeune Lovegood,

    "Ils devaient s'ennuyer ? Et bien c'est une singulière façon de se divertir, tu ne trouves pas ? Tu sembles ne pas leur en vouloir, mais il me semble aussi que cette soirée n'a pas été à ton goût."


    Lance alors un nouveau regard vers la main de la jeune fille, avant de la regarder de nouveau en levant un sourcil affichant alors un sourire malin,

    "Penses-tu que ça va réellement t'empêcher de retourner te balader dans les couloirs la nuit ?"


    De la par d'un professeur cette question pouvait paraitre bizarre, mais Jeff défendait les élèves. En effet ce dernier n'aurait pas manqué pour sans arrêt enfreindre les règles si une telle punition aurait existé, n'hésitant pas à créer de nouvelle bêtises ayant pour cause de créer de nouvelles règles. Lorsqu'il y avait de règles, plus les élève manifeste leur manque de liberté en enfreignant ces règles - C'est un révolte ? Non Sire, c'est une révolution. Hum... Je m'égare. Enfin, le professeur trouvait cette punition de très mauvais goût, car après tout pour Ombrage enfreindre ses règles était une insulte au ministre de la magie donc il y avait une possibilité de renvoi. Mais heureusement et au grand soulagement de Jeff pour Luna, Ombrage ne renvoyait pas les élèves comme quand elle mettait de sucre dans son thé. Le professeur de soin se rendit compte qu'il s'était à nouveau perdu dans ses pensées, sans oublier Luna, mais tout de même. Il secoua la tête pour regarder un peu autour d'eux, les élèves discutaient, révisaient, presque inconscient, une chose décidément qui manquait au professeur qui tourna de nouveau la tête vers Luna qui s'apprêtait à répondre.

...............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Jeu 19 Juin - 21:02

    Bizarre comme la perception et le ressenti des choses peuvent changer d’une personne à l’autre. Il y en avaient qui prenaient les événements avec philosophie, et ceux qui s’indignaient, se rebellaient. Je vous laisse deviner dans quelle catégorie se rangeaient nos deux protagonistes. Souvent, les personnes réagissant avec fougue aux événements peinent à comprendre la mentalité des personnes s’en moquant – en apparence, tout du moins. C’était le cas de Jeff qui, d’après le regard surpris qu’il posa sur Luna, ne comprenait vraiment pas son attitude. Jeff Twiselton n’était bien sûr pas stupide. C’était la mentalité de la jeune Lovegood qui était difficile à saisir. Je crois que je ne la comprends pas bien moi-même. Mais, je vais tenter de l’expliquer. A dire vrai, si Luna n’en voulait pas aux personnes se moquant d’elle, c’est parce qu’elle était convaincue qu’il n’y avait aucune méchanceté dans leurs actes, qu’ils faisaient cela uniquement parce qu’ils ne savaient pas quoi faire d’autre. Pour Luna, la méchanceté pure de la part de ses camarades ne pouvait exister. Elle était, en quelque sorte, un peu crédule. Pas stupide, non – n’était-elle pas dans la maison de Serdaigle ? - elle voulait simplement croire à la gentillesse. Parfois quelqu’un lui ouvrait les yeux, comme l’avait fait son père au sujet de Voldemort, et parfois elle comprenait par elle-même, comme elle avait compris que tout en Dolorès Ombrage n’était que méchanceté. Cette année, Luna avait changé. Le retour de Vous-Savez-Qui et les agissements de beaucoup de personnes l’avaient marquée. Elle continuait de croire en la gentillesse, mais savait à présent reconnaître la méchanceté. Pas toujours, cependant. C’était le cas ce jour-là, alors qu’elle parlait à Jeff de la « blague » que les Serpentards lui avaient fait. Son détachement par rapport à l’affaire n’avait pas manqué d’abasourdir Jeff. Et ce à ce moment-là, il était clair et net qu’il fallait que quelqu’un ouvre les yeux à Luna. Le professeur de Soins aux créatures magiques eut un petit rire et dit calmement :


« Ils devaient s'ennuyer ? Et bien c'est une singulière façon de se divertir, tu ne trouves pas ? Tu sembles ne pas leur en vouloir, mais il me semble aussi que cette soirée n'a pas été à ton goût. »


    Luna, qui était en train de fixer le bout de ses pieds – nus, faut-il le préciser, nous parlons de Miss Lovegood, tout de même ! – posa son regard rêveur sur Jeff. Il est vrai qu’à la place de passer une soirée avec les Sombrals, ou à lire le Chicaneur, elle avait écrit des lignes. A l’encre rouge. Ce n’était pas très amusant, ça, se dit notre Luna. D’autant plus qu’elle allait encore passer deux soirées dans le bureau d’Ombrage, qui la regarderait de son petit air narquois et satisfait pendant qu’elle s’écorcherait la main. A cette pensée, elle serra le poing. Cela coïncida avec le moment où Jeff posa les yeux dessus. Les entailles laissées par la plume cruelle de Dolorès Ombrage devinrent saillantes, et l’une d’elles se remit même à saigner. Luna l’ignora car Jeff la regardait et lui parlait ; elle lui accorda donc toute son attention. Et quelle attention ! Un sourire rêveur, un regard dans le vide et une expression songeuse… Mais cela ne perturberait sûrement pas Jeff. Comme ceux qui connaissaient la Serdaigle rêveuse depuis un moment, il savait à présent que c’était sa manière d’être. La tête dans les nuages mais les pieds sur terre, Luna écouta la question de son professeur :


« Penses-tu que ça va réellement t'empêcher de retourner te balader dans les couloirs la nuit ? »


    Le regard bleu songeur de Luna se planta dans celui de Jeff – sans que la jeune élève n’en éprouve la moindre gêne et elle resta un moment sans rien dire. Un bug ? Possible. Un questionnement ? Plus que probable. Luna avait rarement – en réalité, jamais – rencontré des professeurs lui parlant avec une telle franchise. Cela ne la désarçonna pas, au contraire, elle appréciait cette conversation avec son professeur de soins aux créatures magiques, conversation qui n’aurait même pas été envisageable avec McGonnagall. Jeff ne posait même pas cette question par piège – Luna le sentait – ou pour la réprimander. Il semblait juste s’intéresser à elle, rien de plus. Luna lui répondit donc sans détours :


« Dans les couloirs, je ne pense pas. Il n’y a pas grand-chose d’intéressant à y faire. En revanche, je pense continuer à lire le Chicaneur ou d’autres ouvrages dans la bibliothèque, ou voler avec les Sombrals. »


    Voilà ce qu’on pouvait appeler une réponse franche. Luna, qui s’était interrompue pour fixer le sang qui continuait de perler sur sa main, poursuivit :


« J’adore voler avec les Sombrals. »


    Cette remarque avait été lancée sur un ton enjoué. Luna ferma les yeux un moment, repensant aux sensations qu’elle éprouvait durant ces moments-là. Le vent qui faisait voleter ses vêtements, qui lui ramenait ses cheveux dans la figure. Le Sombral, qui fendait l’air fièrement et exécutait parfois des acrobaties. Dans ces moments-là, Luna devait se cramponner à la croupe du Sombral et elle épousait alors tous ses mouvements. Perdue dans ses réflexions, Luna ne rouvrit pas tout de suite les yeux. Puis, lorsqu’elle se rappela en détails l’attitude précédente de son professeur, elle demanda :


« Pourquoi tu me poses cette question ? »


    Pas de fausse timidité ou de politesse excessive. Jeff avait demandé à la jeune Lovegood de le tutoyer et c’est ce qu’elle faisait, sans la moindre et gêne et avec la plus grande simplicité. En attendant une réponse de la part de son professeur, Luna se retourna en entendant quelques éclats de voix. Il s’agissait d’un groupe d’élèves de sixième année, qui se disputaient assez violemment. Luna haussa un sourcil lorsque l’un d’eux sortit sa baguette magique. Avant qu’elle n’ait pu, ne serait-ce qu’envisager réagir, un professeur, ou plutôt une professeure qui passait par là intervint. Il s’agissait de Minerva McGonnagall qui, après avoir réglé l’affaire, se sentant observée pivota sur ses talons. Elle vit alors Luna et, en plissant les yeux, vit qu’une silhouette se tenait à côté d’elle. Luna se demanda pourquoi McGonnagall semblait si en colère lorsqu’elle reprit sa promenade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Sam 21 Juin - 16:14

    Luna : "Dans les couloirs, je ne pense pas. Il n'y a pas grand-chose d'intéressant à y faire. En revanche, je pense continuer à lire le Chicaneur ou d'autres ouvrages dans la bibliothèque, ou voler avec les Sombrals. "


    Jeff lui adressa un sourire amusé, la jeune fille n'avait pas pris la question comme une question piège. Une chose qui rassurait le professeur de soin, car bien qu'il soit plutôt ouvert et en bonne entente avec les élèves ces derniers ne pouvaient pas s'empêcher de se méfier parfois de ce professeur un peu spéciale. Jeff n'avait jamais enseigné, mais avait toujours pris un plaisir à discuter avec les enfants souvent plus ouverts et moins formatés sur leurs idées que ne sont les adultes. Quand il avait terminé ses études il avait refusé quelques postes intéressants qui auraient pu lui permettre d'avoir des relations, dites hauts placées et une rémunération plausible. Cependant, il avait déjà des idées en tête, on l'avait contacté pour sa diplomatie avec les créatures magiques. Cette particularité il l'avait travaillé grâce à sa transformation en animagus quelques mois plus tôt, il ignorait commun Dumbledore l'avait su, mais c'était ainsi. Jeff avait pu voyager, rencontrer de nombreuse créatures dont l'existence est mise en doute et l'incapacité des hommes de les croiser permis au professeur de se distinguer. Tout comme Hagrid il fallait user de leur capacité. Bref, tout cela pour insister sur le fait que malgré son manque d'expérience, Jeff était à l'aise en tant que professeur peut-être dû à sa capacité de s'adapter et sa sympathie envers les jeunes. Après avoir réfléchi sur ce qui l'avait finalement mené jusqu'ici il se concentre sur Luna. Celle-ci avait donc répondu avec franchise sans détour, sans méfiance au professeur de soin qui suite à sa réponse repartit aussitôt dans ses pensées. Les Sombrals. Voilà quelque chose qui l'avait toujours intrigué. La première fois qu'il en avait entendu parlé c'était lors de sa quatrième année d'étude cette année là, une thèse sur une créature magique spécifique était demandée pour la fin de l'année. Le jeune avait choisi le Phénix, considérant cette créature de feux comme la plus énergétique et proche de son caractère. Certes il n'était pas dans l'originalité et avait d'ailleurs changé suite à la discussion avec un camarade qui avait choisi le Sombral. Ce dernier avait la chance de les voir. Il les avait même dessiné et Jeff avait pu voir à quoi ils ressemblaient. Sa première réaction fut de les considérer comme des chevaux mort, mais sur les dessins de son camarade ils exprimaient une vitalité exceptionnelle et originale. C'est dans vieux livre poussiéreux trouvé chez Fleury et Bott que le professeur, étudiant à l'époque trouva un ouvrage sur les créatures les plus rares, un ouvrage lourd comportant deux volumes. Ce dernier n'était pas complet, mais permis à Jeff de choisir une créature mythologique pour sa thèse, le Lévathian, étudiant légendes et signification de cette créature. Voler, lire... Jeff revenait doucement ce qu'avait dit Luna. C'était s'évader du monde dans lequel ils vivaient. S'échapper... C'était la Liberté pure et dur que la jeune fille recherchait, comme tous, mais contrairement aux autres elle pouvait l'atteindre, s'évader dans un monde dans lequel elle semblait déjà vivre. Et elle aimait la compagnie des Sombrals, elle aimait voler... Ça n'étonnait en aucun cas le professeur que ce soit la jeune Lovegood qui lui dise cela. La Liberté...

    Luna : "Pourquoi tu me poses cette question ?"


    Le professeur sorti aussitôt de ses pensées pour se concentrer soudainement sur Luna. C'était une question il n'avait pas réellement pensé, il savait qu'il y avait une raison mais pouvait-elle être réellement justifiée devant une élève. La franchise de Luna et la discussion qu'ils avaient ne l'empêchait en aucun cas de répondre franchement et il s'apprêtait à le faire quand, comme Luna il entendit le brouhaha crée par le petit groupe d'élèves. Tous les deux n'avaient pas eu le temps d'intervenir que MacGonagall qui passait par là, dans son éternel robe de sorcier, arrêta aussitôt la dispute qui allait bientôt partir dans un duel. Le professeur de soin eut une réaction similaire à celle de Luna, le sourcil levé il vit le professeur de métamorphose mettre à terme au conflit avant de tourner les talons pour voir Luna et Jeff tous les deux assis ensemble. Elle lança un regard furieux vers Jeff avant de se retourner. Le professeur laissa se dessiner un sourire amusé et lâcha un soupire de même nature. Minerva avait demandé à Jeff d'éviter d'aller parler à Luna de ce qui s'était passé la nuit précédente, mais bien entendu le professeur de soin en avait décidé autrement malgré les remarques et menace de MacGonagall. Celle-ci n'avait pas tort, Ombrage n'aurait pas apprécié que Jeff parle de ces méthodes d'éducation et discipline des élèves. Le professeur de soin n'encourageait pas les élèves à se rebeller, mais ne manquait pas de demander si ces derniers seraient près à le faire et pourquoi. Après, ils agissaient comme ils le voulaient du moment qu'ils ne croisaient pas Jeff dans les couloirs, car ce dernier, qu'il soit ou non sympathique, n'oubliait pas que c'est avec l'autorité qu'on se fait respecter. Mais instaurer trop de limites et de normes poussait les élèves a les enfreindre pour connaitre leurs réelles limites et ce malgré les punitions, les plus cruels et barbares soient-elles. Enfin le professeur se concentra de nouveau sur l'élève qui lui avait posé une question sur le pourquoi d'une telle question. Il avait d'ailleurs remarquée que la jeune élève l'avait tutoyé, enfin une élève qui dès qu'on lui demandait s'exécutait. Certains élèves testaient plusieurs fois le professeur pour voir s'il était sérieux sur le tutoiement, une chose qui l'amusait beaucoup. Il réfléchit donc sur la réponse qu'il pouvait formuler à la jeune fille pour justifier une question pareille dans la bouche d'un professeur. Après tout, cette question sous-entendait que le professeur ne trouvait pas les promenades nocturne si dangereuses ou déconseillées a réaliser. Tout d'abord, ça serait d'être de très mauvaise fois et ensuite, finalement, il y avait une volonté inconsciente chez Jeff de vouloir être pris en sympathie par ses élèves afin d'être plus à l'aise dans ce métier inhabituel.

    "Et bien, lors de mes années à Poudlard et malgré les menaces et punitions je suis toujours retourné dans la forêt interdite ou dans les couloirs la nuit. Et je suis donc la personne la plus mal placé pour te faire une leçon de morale."


    C'était une réponse plutôt explicite, franche et qui en disait long sur le caractère du professeur qui finalement adressa un sourire malicieux à Luna avant de quitter les yeux bleus de la jeune fille pour rencontrer la couleur de l'eau du lac de Poudlard, grise alors que le ciel était bleu et la nature autour d'eux verte flamboyante. Jeff laissa ses poumons absorber de l'air frais avant de laisser échapper un souffle apaisé et il regarda Luna. Ce n'était pas un regard intéressé, plutôt un regard amusé. Elle avait les pieds nus, une tenu un peu loufoque, la main d'où le sang continuait encore à perler encore un peu puis finalement il rencontra le regard rêveur de la jeune fille. Il ne savait pas vraiment quoi dire de plus, il ne voulait pas poser de questions sans paraitre indiscret, mais ne voulait pas que leur conversation se limite aux évènements passés la nuit dernière. C'est pourquoi il avait introduit un nouveau sujet. Il n'aimait pas parler de lui, mais il le devait à la jeune fille après tout, elle répondait à ses questions avec franchise à son tour d'en faire autant.

...............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Mer 25 Juin - 21:03

    La couleur rouge. Elle parcourait, s’étendait et s’étalait sur la main d’une jeune Serdaigle à l’air rêveur. Cela avait un goût cuivré, constata-t-elle alors qu’elle léchait sa main pour pouvoir en enlever le sang – elle avait lu dans un livre de moldu que la salive aidait à la cicatrisation.

    Luna nettoya ce qu’il restait de sang sur sa main, tout en observant le professeur McGonnagall qui s’éloignait, poursuivant son chemin, ou plutôt sa ronde investigatrice. Elle semblait en sacré pétard, et cela juste après avoir posé les yeux sur l’endroit où elle se trouvait assise avec Jeff. Miss Lovegood, qui ne comprenait pas la raison de cet énervement, regarda Jeff qui était assis à côté d’elle. Le professeur de soins aux créatures magiques semblait, quant à lui, comprendre pourquoi McGonnagall était énervée. Sous le regard curieux de Luna, il laissa échapper un soupir et un sourire amusé se dessina sur ses lèvres. Voilà beaucoup plus qu’il n’en fallait pour éveiller la curiosité de Luna, et elle aurait bien voulu savoir le pourquoi du comment du mécontentement de Minerva. Luna reposa son regard sur le lac. Depuis qu’elle était arrivée à Poudlard, elle avait toujours considéré Minerva McGonnagall comme une femme austère, peu sympathique et rarement bavarde. Cependant, elle avait révisé son jugement durant l’année précédente, se rendant compte que la professeure se préoccupait de ses élèves. Par exemple, elle lui avait une fois demandé si elle allait bien, un jour où elle se baladait seule dans les couloirs. Luna sentait d’ailleurs que depuis qu’Ombrage était à la tête de Poudlard, elle se montrait plus gentille avec les élèves, n’hésitant pas d’ailleurs à les défendre contre Dolorès. Mais que pouvait cette pauvre Minerva contre le ministère et cette harpie malfaisante ? Seule, rien. Il fallait avancer à ses côtés, l’aider et faire face aux machinations d’Ombrage. Les professeurs, bien sûr. Mais également les élèves.

    Luna cligna des yeux, tandis qu’un Strangulot s’agitait à la surface de l’eau. Elle le regarda un moment nager puis reporta son attention sur Jeff, au même moment où celui-ci faisait de même. En toute simplicité, Luna sourit, heureuse de se trouver dans le parc à discuter avec son professeur. C’était inhabituel comme situation. Mais Luna n’était pas une fille habituelle. Pas plus que Jeff n’était un prof normal. En effet, quel professeur serait allé voir une de ses élèves, lui aurait demandé de la tutoyer et lui aurait parlé avec autant de franchise ? Sans aucun doute un professeur qui ne se prenait pas au sérieux comme les autres, et qui gardait l’esprit ouvert. En parlant d’esprit ouvert…


« Et bien, lors de mes années à Poudlard et malgré les menaces et punitions je suis toujours retourné dans la forêt interdite ou dans les couloirs la nuit. Et je suis donc la personne la plus mal placé pour te faire une leçon de morale. »


    Surprise, Luna regarda un peu mieux le professeur, étonnée de savoir qu’il avait été quelqu’un de turbulent. Comme quoi, tout le monde s’assagit avec l’âge… Mais au fond, qu’est-ce qui permettait à Luna de dire que Jeff s’était assagi ? Si elle ne faisait pas attention, elle allait finir par agir comme les personnes qui se moquaient d’elle, et juger uniquement sur les apparences. Le sourire malicieux de Jeff en accrocha un autre aux lèvres de notre jeune Serdaigle. Ce sourire-là n’était plus un sourire rêveur, qu’on avait l’habitude de voir sur les traits de Miss Lovegood, mais un sourire plein de complicité et de malice. Malice qui s’intensifia lorsque Jeff regarda ses pieds nus. Il ne manqua pas d’en être amusé, puis de la regarder de nouveau. Luna posa les yeux sur un groupe d’élèves un peu plus loin, heureuse tout simplement de voir qu’il y en avait aussi bien de Gryffondors, que de Poufsouffles et de Serdaigles. Elle constata avec tristesse qu’il n’y avait pas d’écusson vert à l’horizon. La vieille rivalité qui existait depuis des siècles à Poudlard n’était malheureusement pas prête de s’éteindre, au grand dam de notre Luna.

    Son esprit l’ayant emportée vers la question des maisons de Poudlard et leurs différences, Luna repensa à son arrivée à Poudlard, à l’émerveillement qu’elle avait ressenti – elle avait tout de suite reconnu Dumbledore, dont son père lui avait beaucoup parlé – et l’excitation qui s’était propagée en elle. Elle se plongea dans ses souvenirs, laissant le silence s’installer entre Jeff et elle. Ce fut seulement lorsqu’un toussotement échappa à Jeff qu’elle releva enfin la tête, ses yeux bleus-gris encore plein des nuages de ses songes. Ayant un sourire – et nulle idée du fait qu’elle avait eu une longue absence - la jeune Lovegood demanda, l’air curieux :


« Et… tu étais dans quelle maison ? »


    Suite logique des idées et souvenirs qui venaient de remonter à la surface de sa mémoire, cette question fut posée sur un ton jovial, Luna étant totalement en confiance avec son professeur, bien malin celui qui aurait deviné, en les voyant à discuter sympathiquement, qu’une barrière professorale les séparaient. Dans ses doigts un peu maculés de terre, Luna prit un brin d’herbe au hasard, le tortillant entre ses doigts. Prise d’une envie subite, elle le posa à quelques centimètres d’elle, puis murmura une formule que sa mère – férue de botanique, raison pour laquelle certaines plantes persistaient encore dans le jardin de sa maison – lui avait apprise auparavant. Le minuscule brin d’herbe se mua alors en arbrisseau aux feuilles vertes éclatantes. Elle pensa ensuite : * Avis ! *. Instantanément, une demi-douzaine d’oiseaux minuscules s’échappa en pépiant du buisson. Luna les regarda s’envoler, un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Jeu 26 Juin - 16:43

    Luna se concentra soudain sur le professeur soin qui venait de répondre à sa question ; C'était une question simple comme une autre qui aurait pu avoir une raison plus... Adulte, une réponse qui laissant sous-entendre un reproche et un avertissement à l'élève, mais se fut tout le contraire qui se créa et c'est justement ce que Jeff espérait. Attiser la curiosité des élèves, les poussait à poser plus de questions connaitre un peu mieux l'envers du décor derrière la voix autoritaire des professeurs, du moins la plupart d'entre eux, Jeff ignorait s'il avait réellement de l'autorité . Enfin le professeur de soin remarqua une lueur dans les yeux de Luna qui trahissait le fait qu'elle était surprise d'une telle réponse et elle avait raison. Combien de professeur se vante, du moins ne se gêne pas pour déclarer à quel point ils étaient respectueux envers les règles et les professeurs. Jeff avait été un élève sérieux et respectueux envers les professeurs, mais cela ne l'a jamais empêché de se balader dans les couloirs, de faire des blagues ou tout simplement décider de passer la nuit dans la forêt interdite. Bien entendu le professeur de soin était en train de se demander si, même si cela était inconscient, il n'encourageait pas un peu ses élèves à faire de même. Décidément le travail d'un professeur était devenu plus compliqué lorsqu'il revint sur ce qu'il avait dit et pensé. Lupin l'avait prévenu que c'était un poste cornélien où il fallait faire la différence entre affection et autorité, Jeff savait de quoi il parlait. Bien entendu il savait faire la différence, mais comme il le pensait ça restait assez subjectif et donc finalement un choix de la barrière entre le professeur et ses élèves. MacGonagall continuait sa ronde autour du parc, furieuse, Jeff ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'il allait de nouveau avoir droit à un remontage de bretelles de la part du professeur de métamorphose. Luna se doutait que son professeur connaissait très bien pourquoi MacGonagall était en train de continuer de tourner dans le parc furieuse, du moins il avait remarqué que la jeune élève avait noté sa réaction lorsque le professeur les avait remarqués. Bien entendu comme l'avait noté Luna et reproché Minerva, Jeff ne se prenait pas en sérieux, d'abord parce qu'il n'est pas professeur habituellement, mais aussi parce qu'il savait faire la différence. Notre ancien élève s'était surement assagit et même devenu philosophe, mais il était resté têtu donc avec la volonté d'agir comme il le voulait. C'était prendre des risques cependant le professeur en prenait la responsabilité même si cela voulait dire jouer avec le feu.

    Luna : « Et… tu étais dans quelle maison ? »


    Jeff nota l'hésitation brève mais existante de la jeune fille, qui avait adresser un peu plus tôt un sourire complice avant de repartir dans ses pensées. Le professeur laissant la question résonnait dans sa tête, c'était une question simple, attendant une réponse simple. Cependant, le professeur avait déjà surpris la jeune fille avec une réponse hors du commun à une question... Enfin vous voyez où je veux en venir. Jeff resta un instant silencieux et pensif, sa réponse n'était pourtant pas digne de réfléchit cependant il voulait prendre du recul sur son ancienne maison. Jeff se demandait si après tout ce qu'il avait vécu il serait considéré comme un membre de cette maison, il se souvenait que le choixpeau magique avait beaucoup et longtemps hésité sur sa maison, du moins cela avait été long pour lui. L'hésitation chez ce dernier est rare surtout lorsque Jeff se considérait, alors qu'il était enfant, comme un esprit simple sachant exactement où il voulait aller, peut-être s'était-il mal jugé. Le choixpeau avait finalement décidé malgré sa tentative de communication avec le jeune homme trop timide pour répondre aux questions de l'objet magique, timide ? Peut-être impressionné plutôt, car les professeurs avaient vite vu que le jeune garçon était sociable et curieux, deux qualités pouvant devenir des défauts. Il sorti de ses pensées et adressa un sourire à Luna.

    "J'étais à Serdaigle. Mais je ne pense plus avoir de réels lien avec cette maison. Il y a des évènements et des expériences qui ont complètement chamboulé mon caractère. Je traiînais plus souvent avec des Gryffondors. Je ne manquais pas de bravoure, mais je me souviens être un enfant rêveur et travailleur, chose qui s'est trèèès vite dégradé. Comme je passais mes journées avec les Gryffondors je suis vite devenu plus terre-à-terre et j'ai dû enfreindre toutes les règles de Poudlard au moins une fois. D'ailleurs le choixpeau avait hésité entre l'aigle et le lion... Je ne pense pas que ce soit un choix pour toute la vie, mais je reste attaché à la maison, les deux dernières années j'étais batteur pour l'équipe de Quidditch."


    Comme à son habitude, Jeff avait répondu avec une tirade, le sourire aux lèvres, résumant son opinion et une ouverture vers un autre sujet, car après tout, parler de sa vie n'était pas palpitante, mais parler de Quidditch, voilà autre chose. Bien entendu Luna n'avait pas un grand fan devant elle malgré le fait qu'il est joué ou assisté à des match mondiaux. Son professeur de soin n'était cependant pas un sportif, mais il se débrouillait et c'était cela qui comptait. Enfin, Jeff décida qu'il avait été assis trop longtemps et dans un soupire il se laissa tomber dans l'herbe fraîche avec un soupire, il ferma les yeux laissa un instant le silence régner malgré les bruits qu'il pouvait entendre distinctement, il ouvrit un oeil pour observer Luna et lui adressa un sourire avant de finalement regarder le ciel bleu sans nuage. Le professeur de soin aimait les journées comme ça, où il semblait ne pas avoir d'obligation que d'aimer le beau temps et donc le devoir de faire passer sa bonne humeur. Rien ne pouvait le déranger sauf si MacGonagall décider de se ramener ou Ombrage d'ailleurs à cette pensée le professeur laissa échappé un soupire exaspéré. Son regard se concentra de nouveau sur Luna, avec une lueur pétillante dans les yeux. Jeff se demandait ce qui pouvait bien passer dans la tête de la jeune fille, il hésita un instant avant de finalement poser de nouveau une question,

    "Dis moi Luna, si tu as la possibilité de voler avec les Sombrals c'est que... Tu as vu quelqu'un mourir... N'est-ce pas ?"


    Bien entendu le professeur n'avait pas posé cette question comme s'il voulait connaître le passé tragique de Luna, mais c'était la seule raison pour laquelle cette jeune fille avait la possibilité de voir ces animaux. Jeff laissa finalement les bruits voisins le faire oublier ce qu'il venait de dire essayant détecter le moindre mouvement brusque ou suspect. En même temps il pensait à la question qu'il venait de poser et sa facilité de parler des Sombrals qui étaient des animaux difficiles à comprendre, mais affectueux, du moins ce qu'il en avait lu et entendu. Il ne pouvait en aucun cas se vanter de les voir et espérait ne réellement pas les voir un jour, car cela signifierait qu'il aurait vu le pire. A cette pensée le professeur tressaillit malgré lui et se releva afin de mieux se concentrer sur les réponses ou remarques de Luna qui malgré le fat qu'elle ne soit pas trop bavarde, son silence et mimiques en disaient long. Voilà une chose qu'aimait le professeur Twisleton, à quoi sers les longs discours quand un regard suffit pour répondre à une question.

...............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Jeu 26 Juin - 22:01

    Beaucoup de gens ne se regardent pas quand ils se parlent. Un face à face est pourtant important durant une conversation. Ce n’est pas ce que pensent la plupart des gens. On peut très bien suivre une conversation en regardant ailleurs. Après que Luna ait posé sa question et qu’elle eu regardé Jeff, perdu dans ses pensées, n’importe qui changerait d’avis. Il y avait beaucoup d’expressions et de sentiments dans le regard du jeune professeur. Beaucoup de souvenirs, aussi… Et cela ne pouvait pas se percevoir seulement en entendant la voix de quelqu’un.

    S’il y avait bien quelqu’un qui était convaincu de cette théorie, c’était Luna. Elle aimait observer les gens pendant qu’ils parlaient, et pensait qu’on en apprenait ainsi beaucoup sur eux. Le gros défaut qui l’empêchait de poursuivre cette idée, c’était qu’elle avait une fâcheuse tendance à se laisser emporter par ses songes. A cause de cela, beaucoup de gens en concluaient que la jeune Lovegood ne prêtait aucune attention à la conversation, ce qui était bien sûr totalement faux. Même si cette manie de se laisser emporter par le flot de ses pensées était parfois encombrante lors de cours ou autres meetings importants, elle pouvait de temps en temps s’avérer bénéfique. En effet, elle lui permettait « d’aller voir ailleurs » et de s’évader pendant des situations, soit gênantes ; soit difficiles à supporter. Ainsi, pendant qu’Ombrage l’avait regardé écrire avec sa « plume personnelle », Luna avait pensé au plus jeune des Sombrals, qui était né deux semaines plus tôt. Elle regardait ailleurs, le regard fixe quelque part dans l’étendue étoilée, et semblait réellement ailleurs. A un tel point qu’à un moment Ombrage n’avait put s’empêcher de passer deux ou trois fois sa main boudinée devant les yeux de la jeune Serdaigle. Voyant le clignement d’yeux de celle-ci, elle conclut qu’elle était bien là.


Mais non, elle était ailleurs…


    Luna considérait le rêve comme quelque chose d’aussi merveilleux que la magie, quelque chose qui était à la portée de tous. N’importe qui pouvait rêver. Le rêve, c’était son arme contre le monde parfois si dur. Et il était dur, en ce moment, le monde. Cependant, il restait des gens authentiques, francs et emplis d’une gentillesse qui ne demandait rien en retour. Qui offraient un sourire à qui le voulait.

    En parlant de sourire…

    Luna cligna des yeux. A ses côtés et dans son champ de vision, Jeff lui souriait après un assez long silence durant lequel il avait semblé très pensif. Avant qu’elle n’ait pu répondre à ce sourire, Luna obtint réponse à la question qu’elle avait posée à son professeur. Calmement, Jeff lui raconta qu’il avait été à Serdaigle, mais qu’il pensait, avec du recul, que ce n’était pas réellement sa maison. Elle l’écouta – sans surprise – dire qu’il avait de la bravoure et traînait avec des Gryffondors, et apprit aussi qu’il avait batteur pour l’équipe de Quidditch de sa maison. Cette dernière phrase eut pour fâcheuse conséquence d’emmener – encore une fois – Luna loin, très loin de cette conversation, vers les nombreux matchs de Quidditch auxquels elle avait assisté à Poudlard. Elle supportait ardemment son équipe, arborant sans gêne les bannières les plus loufoques…

    Loufoque, elle l’était, ça c’était sûr. Elle s’attirait quotidiennement les remarques des autres élèves. Les Serdaigles – ainsi qu’elle avait pu l’apprendre en entendant la conversation de deux filles de son année – se demandaient comment il était possible qu’elle soit dans leur maison. « Une erreur » répétaient-ils en riant. « Le Choixpeau devait être détraqué ». Serdaigles ou non, aucun des élèves à part quelques rares exceptions ne cherchaient à connaître « Loufoca ». S’ils l’avaient fait, ils auraient étés surpris de voir la soif d’apprendre de Miss. Lovegood et son goût du travail – très présent malgré les apparences.

    Un rayon du soleil qui déclinait vint frapper l’oeil droit de notre jeune rêveuse, la tirant de ses songes. Apparemment au bon moment puisque lorsque Luna posa les yeux sur son professeur, elle vit qu’après hésitation il s’apprêtait à parler. Elle remarqua avec étonnement qu’il s’était allongé dans l’herbe sans qu’elle l’ait vu. Peut-être voulait-il voir le ciel d’en bas. La sensation de vertige et d’immensité qu’on éprouvait alors était indescriptible. Pas aussi impressionnant qu’un ciel étoilé, mais tout aussi joli, le ciel bleu et sans nuages devait être agréable à regarder ainsi. Il ne fallut pas plus de réflexions à Luna. Ni une ni deux, elle s’allongea dans l’herbe, ses longs cheveux venant lui chatouiller le cou. Elle entendit alors :


« Dis moi Luna, si tu as la possibilité de voler avec les Sombrals c'est que... Tu as vu quelqu'un mourir... N'est-ce pas ? »


    La question était posée sur un ton léger, et le destinateur ne semblait autant gêné que la plupart des personnes lorsqu’elles en venaient à poser cette question à Luna. Luna qui, lorsqu’elle entendit cette question, ne manifesta aucun signe de trouble. Depuis longtemps, cette apparente indifférence au sujet de la mort lui avait valu le qualificatif d’insensible. Mais, contrairement à la plupart des personnes qui avaient perdu quelqu’un, elle avait été triste, bien sûr, mais elle avait fini par comprendre que la personne ne reviendrait pas, et s’était fait à l’idée. Il ne servait à rien de pleurer sur le passé, jugeait-elle. Un nuage au loin attira son attention. Elle se rappela qu’il faisait beau aussi ce jour-là…


Jeff se redressa mais Luna ne le vit pas. Elle n’était plus vraiment là.


[…]


    Une petite bouille de 9 ans avec des yeux gris-bleus exorbités regardait avec attention ce qu’elle voyait... Sa mère, qui aimait faire des expériences, allait aujourd’hui en tenter une nouvelle à propos d’un sort destiné à guérir les maladies infantiles.

    La femme, âgée d’une trentaine d’années, avait de beaux yeux gris et des cheveux soigneusement peignés tombaient dans son dos. La petite fille, aux cheveux identiques, continuait de garder le silence, sachant qu’il était nécessaire à sa mère de se concentrer.
    La jeune femme, après avoir vérifié que tout était en place, se plaça au centre de la pièce, adressant un sourire à sa fille qui ne la lâchait pas des yeux. Elle commença une litanie faite de paroles anciennes, des runes peut-être. La chanson parvenait à son apogée quand soudain Amelia Lovegood fut frappée d’horreur. Elle avait oublié un détail. Insignifiant mais crucial… Le sort devait être jeté avec une baguette de bois de chêne. La sienne était de bois de rose.

    Trop tard pour reculer cependant. La sorcière fit signe à sa fille de quitter la pièce. Devant le refus de sa fille, tout en continuant de psalmodier elle la souleva de sa chaise et la fit sortir en fermant la porte de verre de son atelier derrière elle. Luna tenta d’ouvrir la porte mais elle avait été verrouillée.

    Un éclair traversa la pièce, frappant de plein fouet Amelia.

    Elle tomba à terre. Ses yeux gris magnifiques étaient ouverts et à présent vides de vie. Des yeux identiques, derrière une vitre, la fixaient en un silence frappé d’horreur.


Le soleil brillait, ce jour là.


[…]


Past is past.


    Luna détacha son regard du nuage. Il s’effilochait, se fondant peu à peu dans le ciel, ne parvenant pas à en troubler le calme. Quant à la jeune fille, elle posa son regard sur Jeff. Celui-ci, dans la position où il se tenait, lui cachait un peu le soleil, et de ce fait elle était éblouie. Ce fut donc les yeux fermés qu’elle répondit d’une voix calme :


« Ma maman est morte... »


    Le silence retomba. Enfin, si on pouvait appeler ça le silence. On pouvait nettement percevoir le clapotis de l’eau et le piaillement des oiseaux de la forêt interdite. Et on ne pouvait bien sûr pas louper les cris ou appels des élèves entre eux, en cette après-midi agréable. Les yeux toujours clos, Luna ajouta sans changer de ton :


« C’était une grande sorcière. Elle aimait faire des expériences. Elle en faisait beaucoup. Mais un jour, elle a lancé un sort pour une expérience qui a mal tourné. J’avais neuf ans. »


    Jeff, qui observait Luna, devait sans doute déduire que la mère de Luna n’avait pas été gentille avec elle, qu’elle avait dû faire quelque chose de mal pour que sa fille parle avec autant de détachement de sa mort. Mais, Luna ne se sentait pas détachée. Elle racontait cela comme autre chose. Ce n’était pas parce qu’elle en parlait que sa maman lui manquait davantage. Elle lui manquait chaque minute de chaque jour, et elle pensait très souvent à elle. Elle n’avait pas besoin d’une évocation. Se rendant soudainement compte que ce n’était pas très gentil de ne pas regarder la personne à qui on parlait, elle rouvrit un œil, puis l’autre et se redressa pour pouvoir voir Jeff. Pas gênée le moins du monde, elle demanda :


« Et toi, tu peux les voir ? »


    Luna, dans sa grande crédulité et ses songes fréquents, avait souvent un franc-parler déconcertant. Elle évoquait sans sourciller des sujets qui faisaient bafouiller la plupart des gens. Elle reposa son regard sur le buisson qu’elle avait fait apparaître il y avait quelque temps, y introduit sa main et vit avec plaisir en l’y écartant un petit oiseau dans un nid fait de brins d’herbes. Elle l’observa un moment, puis remit les branches en place pour ne pas le déranger. De nouveau, elle fixa son attention sur Jeff.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Mar 1 Juil - 2:05

    L'attention que Luna adressée à Jeff, impressionnait ce dernier. En effet les yeux de Luna scrutaient avec son regard rêveur le visage du professeur de soin. Habituellement les élèves baissaient les yeux lorsqu'il s'agissait de parler à un professeur, ce dernier d'ailleurs était gêné si un élève scrutait attentivement leur visage. Jeff ne voyait pas pourquoi il devrait être gêné, il n'avait rien à cacher et c'était lui qui avait proposé cette conversation donc les conséquences et les regards curieux. Celui de Luna intriguait le professeur, ce regard rêveur qui accompagnait des expressions du visage semblable et un ton neutre. Le professeur avait l'impression d'être face à lui-même, bien que lors de sa 4ème année il n'était plus un doux rêveur. Cependant, c'était bel et bien lui lorsqu'il avait débarqué à Poudlard, les yeux embrumé de fascination pour les choses qui semblaient inutiles aux yeux de ses autres camarade. L'envie de connaître les lieux par lui-même et de découvrir des choses que personne d'autre ne connaissait. Bien entendu il n'est pas resté longtemps comme ça, lors de sa troisième année il aura rencontré un groupe d'élèves de Gryffondor bravant comme lui les interdits traditionnels. C'était là que son caractère avait changé, il avait cessé d'être un rêveur, il avait à présent bel et bien les pied-à-terre. C'était donc le regard azur de la jeune Luna qui fascinait Jeff, elle semblait l'avoir pour toujours, elle l'avait surement depuis toute petite et l'aura encore bien longtemps. Jeff ne connaissait pas les parents de Luna, mais ne doutait en aucun cas que ces derniers soient comme leur fille, rêveurs mais conscient de ce qui se passait. Peut-être que la jeune fille était persuadée que les Serpentard lui avait fait la blague pour se divertir, mais pensait t-elle réellement que tout homme était bon malgré ses envies parfois de se divertir en faisant souffrir les autres. Jeff tourna cette dernière pensée dans sa tête se disant que c'était contradictoire et amusant de penser à une chose pareille. Finalement la jeune fille avait peut-être raison de réagir ainsi, cela ne valait pas la peine de s'énerver contre des élèves qui pensent que mener des personnes dans des situations injustes est plus distrayant que de se risquer soit même dans les couloirs. C'était en quelque sorte une forme de lâcheté et donc aucune raison de leur en vouloir. Le visage du professeur de soin s'illumina tout à coup, il ignorait si c'était la façon de voir de Luna, cependant il comprit un peu mieux la réaction de la jeune fille. D'ailleurs la voix de la jeune fille résonna de nouveau dans les oreilles de Jeff qui déclara doucement que sa mère était morte. C'était une réaction sans tristesse ni amertume, juste le ton que la jeune fille avait pris pour répondre aux autres questions du professeur de soin. Ce dernier l'observa un instant pendant que la jeune fille expliquait comment sa mère avait été morte. Lors d'une expérience, c'était quelque chose d'inhabituel, une mort plutôt explosive, sans vouloir faire un jeu de mot de mauvais goût. Ses yeux regardèrent de nouveau les pieds de l'élèves avant de relever le regard pour décerner la moindre expression changeante mais c'est le regard rêveur que Jeff croisa une nouvelle fois et c'est un sourire désolé qu'il afficha à la jeune fille avant de finalement détourner le regard vers le lac, les mains sur les genoux. La jeune fille se redressa pour regarder son professeur de soin et soudain elle posa la question dont Jeff connaissait déjà la réponse.

    Luna : Et toi, tu peux les voir ?


    Le professeur de soin ne fit pas attention aux mouvements de la jeune fille, il s'était perdu dans ses pensées. Bien sûr il ne pouvait pas les voir, il aurait bien voulu pouvoir les voir, en vrai pas en dessin. Son père était mort d'un cancer, mais pas devant le jeune homme, non ce dernier entamer sa première année d'étude de créatures magiques quand le drame est intervenu. Sa mère, elle était au chevet de son mari, celui qui l'avait fait rire, pleurer. Lui avait découvrir l'amour et l'amitié, les pays les plus fabuleux avec un regard différent sur les choses. Oui son père était un moldu, un homme comme les autres sans dons particulier sauf celui de faire sourire et rire son épouse et son fils. C'était bien lui qui séchait les peurs et cessait les disputes. Oui son père avait un don pour cela, réconcilier tout le monde avec le "tout" qui formait leur famille.

    | Flash back |

    Jeff sirotait, le dos tourné à la porte de la cuisine, son jus d'orange. De temps en temps il laissait échappé des grognements avant de jeter un coup d'oeil rapide à la pièce voisine. Assise sur le canapé, sa mère avait les bras croisés et regardait dans la direction opposée à son fils. Tous les deux venaient d'avoir une confrontation sur les faits et gestes du jeune adolescent cette année à Poudlard. Il venait de terminer sa cinquième année et avait obtenu le nombre de buses attendues par ces parents accompagnait d'un mot d'avertissement sur les virées nocturnes et divers autres problèmes comportementaux qui avait déplut à la mère du garçon. Bien entendu c'était vite partit en crescendo et les tous les deux avaient décidé de mettre l'autre à l'épreuve du silence. La personne brisant ce silence fut le père et époux, il ouvrit la porte pour découvrir le calme plat. Il traversa le couloir et trouva sa femme sur le canapé dans le salon. Un sourire amusé se dessina sur son visage et son regard se tourna vers son fils qui le regardait le sourcil levé, un regard que son paternel lui rendu avant de s'asseoir prêt de sa femme. Celle-ci hésita et tourna sa tête vers son mari qui haussa les sourcils amusé,

    James : "Voilà une maison bien calme et des mines rancunières. Puis-je savoir ce qui se passe ?"
    Helen: "Demande à ton fils il saura t'expliquer."
    James : "Ha? Jeff, aurais-tu une explication à me fournir sur le pourquoi du silence de ta mère."
    "Nous avons reçu une lettre de Poudlard avec le résultat de mes buses."
    Helen : "Ton fils s'amuse à enfreindre les règles et à faire le chaos là où il passe."
    "Ose le dire maman que tu n'as jamais essayée d'enfreindre une règle."
    Helen : "C'est ridicule."
    James : "Attendez, attendez. Vous voulez dire que parce que notre fils à eut une..."
    Helen : "Une lettre d'avertissement."
    James : "Oui, c'est cela, une lettre d'avertissement, vous avez décidés que c'était la guerre."
    "Moi, je n'ai rien fait de mal, c'est leur règles qui sont à tirer les cheveux."
    Helen : "La forêt interdite, ton fils se ballade dans la forêt interdite pour aller voir les centaures et regarder les étoiles."
    James : "Et ce n'est pas bien?"
    Helen : "Non !"
    "Pour quelle raison mam' ?"


    Le garçon venait de quitter son tabouret et s'installa à côté de son père qui laissa se dessiner un sourire amusé. Jeff regardait sa mère attentivement, il voulait une bonne raison pour ne pas continuer à la prochaine rentrée. Bien entendu il était conscient qu'il risquait l'exclusion, mais tout de même, ces événements n'avaient pas eu lieu à la suite, le jeune garçon avait laissé un temps. De plus il savait que c'était surtout pour signaler le fait qu'il était allé trois fois dans la forêt interdite. Sa mère ne semblait pas tout comprendre. Lui il aimait se balader la nuit, connaître un peu le monde qui entourait Poudlard où il avait encore deux années à compléter. Lire dans des bouquins les mystère du château et les étudié en cours était intéressant, mais vérifier et rechercher tout cela était autre chose. Il sortit de ses pensées quand sa mère émis un mouvement pou faire face à son fils.

    Helen : "Parce que... Je n'ai pas de raison qui t'empêcherait d'y retourner, juste j'ai peur que tu ne sois pas prudent. Les centaures c'est une chose, mais il y a d'autres créatures dangereuse."
    "Donc tu m'as fait tout se cirque pour savoir si j'étais prudent ?"
    Helen : "Ce n'était pas un cirque, on t'a surpris trois fois dans la forêt... Quatre fois dans les couloirs."
    "Mais c'était à des intervalles réguliers et de plus, je n'étais jamais seul."
    Helen : " ... Ce sont tout de même des règles."
    "Je sais... Mais toi et papa vous en avez déjà enfreint quelques-unes non ?"
    James : "Et bien, je n'avais pas de règles si strictes à l'internat, mais j'ai dû en enfreindre pas mal, dont certaines essentielles de la société. J'ai volé des plaque d'immatriculation, je suis monté sur le toit d'un super marché. Je me suis baladé la nuit dans un centre commerciale."
    Helen : "Je savais que mon mari n'était pas un saint. J'en ai enfreint une et j'étais très fière."
    "Maman..." Helen : "Bon deux, je me suis baladé une nuit dans les couloirs pour pouvoir aller me baigner dans la salle de bain des préfets, ça devait être en 5ème année."
    "Je l'ai fait il y a deux ans."


    Sa mère laissa échappé un soupire alors que son mari l'embrassait sur le front alors qu'il fit reculer la tête de son fils avec un sourire. Ce dernier lui rendit avant d'aller faire un bisous sur la joue de sa mère. Son père demanda qu'on lui explique cette histoire de buse, alors qu'ils avaient déjà une chouette pour distribuer le courrier. Cette dernière phrase détendit l'atmosphère, son père avait réussit à créer une conversation sans cris et finir avec son éternel touche d'humour, à moins qu'il croyait vraiment que les buses étaient des rapaces. Mais Jeff et sa mère en doutaient.

    | Fin du flash back |

    Jeff sortit de ses pensées, son père était merveilleux, mort trop tôt, mais un cancer ça ne se guérissait pas à l'époque ou du moins pas très bien et encore aujourd'hui les médecins moldus tentaient de trouver un remède. Le professeur de soin n'aurait pas voulut voir son père dans un lit d'hôpital ce dernier tellement vivant, joyeux. C'était l'image qu'il avait gardé et avait réussit à rappeler à sa mère qui était restée avec son mari jusqu'au bout, du moins jusqu'à la dernière minute des visites autorisées le soir où il s'était éteint. Jeff secoua la tête et adressa un sourire amusé à Luna,

    "Non, je ne peux pas les voir, mon père est mort d'un cancer il y a 11 ans. J'étais en pleine étude sur les créatures magiques. C'était une grande surprise pour moi, imaginer mon père dans un lit d'hôpital était impossible pour moi. Mais la vie réserve des surprise plus ou moins désagréable."


    Luna devait considérer Jeff comme quelqu'un d'un peu bizarre, la mort de son père ne l'avait pas attristé, il se rappelait des lettres de sa mère, son père était mal, lent et fatigué sans arrêt. Sa mort abréger sa souffrance et l'incapacité de vivre normalement comme avant. Pour Jeff c'était comme un valide qui devenait handicapé, plus aucune capacité à voir la vie comme avant. Le professeur trouva soudain la conversation un peu déprimante et même monotone alors que son attention première était de remonter le morale de la jeune fille rêveuse. Il ne savait pas réellement ce qui pourrait intéresser la jeune fille sans que leur conversation ne dérive une nouvelle fois ans des souvenirs mouvementés. Jeff savait que la jeune fille était passionnée par les créatures magiques, cela se sentait dans la façon où elle avait rempli sa fiche et il réalisa que la jeune fille avait parlé des Ronflak Cornu. Le professeur de soin en avait croisé alors qu'il était partit en Suède pour sa dernière année d'étude. Il était en renard lorsqu'il a croisé ces petites créatures qu'aucun humain avait la possibilité d'approcher.

    "Tu m'as parlé des Ronflak Cornu dans ta fiche. Connaître leur existence est rare, une fois de plus c'est une créature plutôt spéciale dont peut de personne croit à leur réelle présence dans notre monde. Que penses-tu de la réaction de ceux qui déclarent la non-existence de telles créatures ?"


    Vous n'avez pas d'autres questions plus stupides professeur Twisleton ? Jeff ne put s'empêcher de trouver la question déplacée et surtout on sentait à l'évidence qu'il voulait à tout pris changer de sujet. Manque de tact, trop franc, c'était décidément bel et bien quelqu'un qui ne savait pas mentir et qui pourtant ne présenter aucun gêne à avoir une discussion pareille passant de créature magiques à la mort et de la mort aux créatures magiques. Le professeur de soin ne put s'empêcher d'adresser un sourire amusé, les yeux soudain brillants de curiosité. Discuté hors cours avec des élèves de son sujet préféré était ce qu'il préféré, un regard critique devait exister ainsi qu'une analyse précise des réactions des sorciers prônant l'existence ou la non-existence de pareilles créatures.

...............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Sam 12 Juil - 15:15

    Luna, malgré son attitude rêveuse, sentait bien que le professeur Twisleton la regardait. Cela lui était indifférent, à dire vrai. Elle ne se souciait pas de ce que les élèves pensaient d’elle, pourquoi donc se soucierait-elle de ses professeurs ? Sans prise de tête ni efforts, elle restait authentique, fidèle à elle-même et à ses croyances. Sa façon détachée de parler d’événements douloureux étonnait toujours. Si Jeff leva un moment les yeux vers elle quand elle évoqua le décès de sa mère, il ne parut pourtant pas plus surpris que ça. Enfin quelqu’un qui ne pensait pas qu’elle était une insensible perdue dans ses songes. Il lui adressa un sourire compatissant avant de reposer ses yeux sur le lac. Ce fut à ce moment que Luna eut envie de retourner la question à son professeur. Malgré le ton rêveur et l’expression qu’elle affichait comme à son habitude, elle écoutait très attentivement Jeff. Et pas seulement ce qu’il disait, mais également COMMENT il le disait. Ses yeux suivant au loin le ballet des joueurs de Quidditch au-dessus du terrain, Luna tendit l’oreille à sa gauche, là où Jeff gardait toujours le silence. Elle posa alors son regard sur lui, s’apercevant qu’il avait les yeux dans le vague. Soit la « maladie » de Luna était contagieuse, soit Mr. Twisleton était plongé dans ses pensées. A voir – ou plutôt à entendre – le silence qui se prolongeait, Luna pariait pour la deuxième proposition. Luna savait l’effet que cela faisait de se replonger dans des souvenir, de s’évader, aussi garda-t-elle le silence. Elle profita de ce moment pour jeter un coup d’œil à la blessure de sa main gauche qui était toujours sanguinolente. Refusant de laisser ses songes dériver vers cette harpie d’Ombrage, elle préféra repenser à ses projets de l’été prochain, pendant lequel elle partirait à la recherche de Ronflak Cornus avec son père. Elle ne savait pas encore où ils iraient puisque son père attendait des « filons » de la part d’un de ses amis ou d’un des lecteurs du Chicaneur. Où qu’ils puissent aller, Miss Lovegood avait hâte d’y être. Elle se demandait si les Ronflak avaient déjà exploré l’Italie quand un mouvement à côté d’elle la tira de ses rêveries. Il s’agissait de Jeff qui secouait la tête, manière bien connue de se reconcentrer sur une conversation. Luna avait posé les yeux sur la surface du lac où quelque chose ondulait, aussi secoua-t-elle ses boucles blondes pour refaire face à son professeur de soins. Elle nota son sourire amusé avant qu’il ne réponde à la question qu’elle lui avait posée :


« Non, je ne peux pas les voir, mon père est mort d'un cancer il y a 11 ans. J'étais en pleine étude sur les créatures magiques. C'était une grande surprise pour moi, imaginer mon père dans un lit d'hôpital était impossible pour moi. Mais la vie réserve des surprise plus ou moins désagréable. »


    Luna observa Jeff. Il y avait une certaine mélancolie dans ses traits, mais la tristesse perceptible n’était pas si forte qu’on aurait pu l’imaginer. Miss Lovegood comprenait bien pourquoi. Survivre au lieu de vivre n’était vraiment pas une solution imaginable, aussi Luna comprenait-elle pourquoi Jeff était soulagé que la mort soit venue prendre son père sans plus de souffrances. Le fait que Jeff n’ait pas assisté à la dégradation de l’état de son père impliquait qu’il se souvenait de lui comme il l’avait connu. Luna, pour sa part, préférait se souvenir des bons moments qu’elle avait passé avec sa mère plutôt que du moment où elle était morte. La jeune fille était étonnée que le professeur Twisleton partage son point de vue à ce sujet ; en effet, la plupart des personnes ayant perdu un proche se « complaisaient » dans leur malheur plutôt que d’aller de l’avant. Notre jeune Serdaigle découvrait son professeur en dehors de ses cours, et s’apercevait avec plaisir qu’ils partageaient d’une certaine façon les mêmes idéaux. Soudain :


« Tu m'as parlé des Ronflak Cornu dans ta fiche. Connaître leur existence est rare, une fois de plus c'est une créature plutôt spéciale dont peut de personne croit à leur réelle présence dans notre monde. Que penses-tu de la réaction de ceux qui déclarent la non-existence de telles créatures ? »


    Luna releva la tête. Pour un changement de sujet, c’était un sacré changement de sujet ! Le genre de choses qu’ELLE faisait, habituellement. Jeff et notre jeune rêveuse se ressemblaient peut-être plus que cette dernière ne le pensait. D’autant plus qu’il venait d’aborder un de ses sujets préférés : les créatures invraisemblables auxquelles seule une poignée de personnes croyaient. Elle posa ses yeux bleu azur sur le visage de Jeff, remarquant son regard amusé et curieux. Elle s’en réjouit, et tout en souriant tout aussi largement à son professeur, elle répondit :


« Si je les connais, c’est grâce à mon père. Il est directeur du Chicaneur, tu sais ! »


    Luna, qui était très fière du dernier fait énoncé, continua de sourire largement et poursuivit :


« C’est vrai que peu de personnes croient à leur existence. Quand aux personnes qui déclarent catégoriquement qu’ils n’existent pas, ils ne savent pas de quoi ils parlent. Il y a beaucoup de témoignages de sorciers et sorcière honorables qui déclarent les avoir côtoyés. J’en ai vu un, moi aussi une fois. Mais, de loin… Cet été avec papa on va partir à leur recherche ! »


    A voir le sourire lunaire mais on ne peut plus heureux de la jeune Serdaigle, elle était extrêmement contente de ses projets pour l’été. Et encore plus contente d’en parler à quelqu’un qui pouvait les apprécier de la même façon qu’elle. Pendant le court instant où elle replongea dans ses songes, l’envie de retourner à un sujet précédent la démangea. Ecoutant d’abord la réponse de Jeff, elle sourit et, après un court moment de silence, commença :


« Dis, pr… »


    Luna s’interrompit. Depuis le début de la conversation et le moment où Jeff lui avait demandé de le tutoyer, elle n’avait pas utilisé de patronyme. Devait-elle continuer à appeler Mr. Twisleton « professeur » ? En considérant le fait qu’elle le tutoyait, ce serait ridicule. Elle dit alors :


« Jeff ! Ça te dirait un jour un vol à dos de Sombral ? Je t’aiderai à monter et tu verras, c’est absolument merveilleux ! »


    Après que le silence se soit installé, Luna cogita un peu. Peut-être était-elle allée trop loin ? Après tout, Jeff était quand même un professeur, et un vol à dos de Sombral impliquait une balade dans la forêt interdite. Qui, comme son nom l’indiquait et tout le monde le savait, était… interdite. Miss Lovegood sonda le regard du professeur, imaginant sa propre déception s’il refusait et sa joie s’il acceptait. Et s’il la disputait, cela ne lui ferait pas grand-chose, comme d’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Mer 30 Juil - 11:27

    Jeff laissa échapper un soupire de soulagement discret quand la jeune fille répondit à sa question. Quelques secondes plus tôt il avait posé sa question naturellement, le regard curieux et un sourire amusé sur le visage qui en disait long sur ses sentiments. La jeune rêveuse posa son regard bleu azur sur le visage du professeur de soin qui ne cilla pas et à sa grande surprise un sourire rayonnant se dessina sur le visage de la jeune fille qui répondit au quart de tour presque excité par se changement brusque de sujet. Bien entendu, le professeur de soin n'était pas dupe, la jeune Luna aura vite fait de revenir au sujet précédent aussi naturellement que le professeur avait commencé à lui parler. Mais il profita pour se détendre un peu et profiter de l'après-midi passé avec la jeune élève qui avait cependant débuté par une histoire de punition donnée par Ombrage et qui finalement dérivé doucement vers des sujets que le professeur et la jeune fille affectionnaient. Enfin, la réponse de la jeune élève ne surpris en aucun cas le professeur de soin, le Chicaneur était un magasine qu'il lisait de temps en temps lorsqu'il tombait dessus ou s'il avait du temps. Un magasine un peu lunatique dont finalement le rédacteur en chef avait une fille digne de lui. La jeune fille avait répondu avec enthousiasme, fière d'avoir son père en entant que rédacteur du Chicaneur. C'était un journal plutôt loufoque, mais pas sans intérêt, bien au contraire, tous les élèves ayant effectué des études sur les créatures magiques étaient obligées de s'abonner au magazine, car souvent les informations contenues dans le magazine relevé de témoignages et recherches actuelle. Celui qui ne citait pas le Chicaneur lors de la présentation de sa thèse surprenait, voir décevait les examinateurs. Franchement, le professeur de soin ne fut pas surpris que Luna soit une des nombreuses lectrices et lecteur et la fille du rédacteur en chef. Enfin, le professeur de soin se concentra ensuite sur le reste de la réponse de la jeune élève sur son analyse rapide des réactions de la pars des personnes niant l'existence de certaines créatures magiques dont les Ronflaks Cornus. Pour Jeff de toute façon tant que les sorciers ne se retrouvaient pas en face d'une de ces créatures, ils niaient toutes possibilités d'existence de ces dernières. C'était un problème presque similaire, ou du moins une réaction similaire à celle qu'exprimaient en ce moment les sorciers sur le retour ou non du Seigneur des Ténèbres. En tant que membre de l'ordre du phénix et professeur de soin aux créatures magiques, Jeff était prêt à accepter tout, que ce soit un miracle ou la mort possible de qui que ce soit, personne est immortels, même ceux dont la mort possible est discutable.

    Luna : C’est vrai que peu de personnes croient à leur existence. Quand aux personnes qui déclarent catégoriquement qu’ils n’existent pas, ils ne savent pas de quoi ils parlent.
    Il y a beaucoup de témoignages de sorciers et sorcière honorables qui déclarent les avoir côtoyés.
    J’en ai vu un, moi aussi une fois. Mais, de loin…
    Cet été avec papa on va partir à leur recherche !


    La réponse de la jeune fille défendait la même logique que le professeur, d'ailleurs celle-ci avait résumé au mieux la pensée du professeur de soin, les gens qui clamaient la non-existence des créatures ne savaient pas de quoi ils parlaient. Luna marquait un point, quant à son projet d'été, Jeff trouvait qu'il n'y avait pas mieux qu'une traque aux Ronflaks entre père et fille pour resserrer les liens et prouver un peu à ceux qui font des commentaires que les Lovegood sont plus que de simple lunatiques, mais réellement des scientifique un peu rêveur, certes et sérieux. La première impression était très souvent la bonne, encore faut-il être ouvert à toutes les possibilités. Le professeur de soin se rappelait très bien de sa rencontre avec ces petites créatures, brève, mais très instructive bien qu'il ne s'était pas réellement intéressé à leur mode vie contrairement à ce que semblait rechercher Luna et son père. Le sourire rayonnant de la jeune fille en disait long, très long sur l'attente de ce fameux projet de voyage en Suède. Le professeur de soin ne pouvait qu'encourager un tel projet, surtout devant le bonheur qu'exprimait la jeune fille à en parler, comme pour son père elle en faisait l'éloge et Jeff ne pouvait que la comprendre, des projets pareils il aurait voulu en avoir plus souvent avec ses propres parents si ces derniers ne passaient pas leur temps à travailler pendant ses vacances. Il réalisa que la jeune fille était repartie dans ses pensées attendant une quelque conque réponse de la pars de son professeur de soin qui hésita sur sa réponse avant de répondre avec un sourire chaleureux.

    Et bien c'est un projet plus qu'intéressant et passionnant.
    Je souhaite bonne chance et espère que vous en croiserez.


    Le jeune fille sortit de ses pensées pour écouter la réponse de Jeff avant lui adresser un sourire. Un court silence s'installa permettant le professeur de replonger dans ses pensées réfléchissant de nouveau sur le sujet qu'ils avaient tous les deux abordés un peu plus tôt. Un mouvement de la jeune fille le sortit de ses pensées et celle-ci profita du moment d'attention du professeur pour dire aussitôt,

    Luna: Dis, pr… Jeff ! Ça te dirait un jour un vol à dos de Sombral ?
    Je t’aiderai à monter et tu verras, c’est absolument merveilleux !


    Jeff laissa planer un silence, la jeune Luna Lovegood cogita un peu ce qui amusa le professeur de soin qui continuait à digérer la proposition de la jeune fille qui était sans mentir plus qu'alléchante. Peut-être était-elle allé trop loin, mais ce dernier n'allait en aucun cas la réprimander pour une pareille proposition. Il allait scruter le visage rêveur de l'élève et fut surpris de se retrouver face à un regard qui semblait analyser chaque réaction qu'il exprimait, soucieux de savoir s'il allait refuser ou accepter le vol à dos de Sombral. Jeff se doutait que la jeune fille serait déçu s'il refusait et donc logiquement ravie s'il acceptait. Le fait que cela signifie une ballade dans la forêt interdite ne le souciait guère, bien au contraire. Peu importe le lieu de nuit comme de jour il n'allait pas refuser à cause du lieu, surtout qu'une fois de plus il serait très mal placé de proposer cette excuse pour refuser la proposition de la jeune fille. La forêt interdite, comme son nom l'indiquait était certes interdite, mais le professeur avait mis les pieds plus d'une fois dans sa scolarité donc plutôt que de justifier le lieu pouvait-il réellement justifier le fat qu'il soit un professeur. Il hésitait réellement à trouver une excuse, l'idée ne lui déplaisait pas et il était plutôt touché par la proposition de la jeune fille. Jeff passa sa main dans les cheveux et trahit aussitôt la réponse qu'il allait donner à la jeune fille, celle-ci afficha une mine déçut,

    Je suis extrêmement touché par ta proposition Luna. Très franchement, c'est une proposition presque impossible à réfuter, surtout de la pars d'une élève à un professeur. Ce n'est parce que le lieu n'est pas vraiment adéquate, mais plutôt le fait que je sois avant tout et malheureusement, ton professeur et vu la directrice que nous avons actuellement, je ne peux pas me permettre de me faire attraper avec une élève dans la forêt interdite. Cependant, j'espère vraiment que ta proposition tiendra toujours l'année prochaine, j'ai la vive conviction que Dumbledore sera de retour. Ça te vas?


    Après avoir terminé sa réponse, Jeff tendit sa main à Luna avec un sourire mi-désolé, mi-réconfortant. Il ignorait si la jeune fille allait accepter sa proposition et son partager son optimisme, mais le professeur ne savait pas mentir ou du moins pas à n'importe qui.

...............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Dim 3 Aoû - 20:38

    Un silence s’était installé. Dans une conversation qui comprenait Luna Lovegood, cela n’avait rien d’extraordinaire en soi. Sauf que cette fois-ci, ce n’était pas elle qui avait provoqué ce silence en retombant à travers ses songes... C’était le professeur Twisleton avec qui elle discutait, et qui semblait réfléchir intensément à ce que Miss Lovegood venait de dire. Elle venait de lui proposer, à lui professeur de SACM, un vol à dos de Sombral. Luna, malgré son état de rêverie habituel, pouvait aisément imaginer le dilemme de Jeff. En tant qu’expert – et fan – de créatures magiques, il aurait adoré accepté sa proposition – peut-être en tant que son ami, aussi… Mais en tant que professeur, de surcroît sous le règne d’Ombrage, il ne pouvait se le permettre. Luna le comprit bien longtemps avant qu’il ne le lui dise. Elle ne lui en voulait pas, c’était sûr. Elle en voulait à Ombrage qui, par de multiples façons, réussissait vraiment bien à lui pourrir la vie récemment. Qu’à cela ne tienne, Luna était convaincue que ce n’était qu’une question de temps pour que Dumbledore revienne à l’école et que le Ministère se rende compte de ses énormissimes erreurs. En attendant, il lui fallait résister. Elle se faisait cette réflexion quand la voix de Jeff la tira de ses rêveries :


« Je suis extrêmement touché par ta proposition Luna. Très franchement, c'est une proposition presque impossible à réfuter, surtout de la pars d'une élève à un professeur. Ce n'est parce que le lieu n'est pas vraiment adéquate, mais plutôt le fait que je sois avant tout et malheureusement, ton professeur et vu la directrice que nous avons actuellement, je ne peux pas me permettre de me faire attraper avec une élève dans la forêt interdite. Cependant, j'espère vraiment que ta proposition tiendra toujours l'année prochaine, j'ai la vive conviction que Dumbledore sera de retour. Ça te va ? »


    La jeune Serdaigle, dont le regard était à ce moment précis fixé sur un Strangulot remonté jusqu’à la surface, regarda soudainement Jeff. Ce qu’il venait de dire correspondait exactement à ce qu’elle pensait qu’il dirait. Peut-être était-ce un Joncheruine qui lui avait transmis les informations recueillies dans la tête de Jeff, ou tout simplement le fait qu’ils se comprenaient l’un l’autre. Le fait qu’il évoque Dumbledore et la possibilité qu’il revienne fit sourire largement Luna. Ce faisant, elle remarqua que Jeff lui tendait la main, avec à la bouche un sourire qui transmettait son désappointement et le fait qu’il veuille la réconforter. Sans l’ombre d’une hésitation, elle prit sa main dans la sienne. Elle resta là un moment ; Il était clair que Luna n’avait aucun sens des convenances, ou alors, elle s’en fichait éperdument. Il n’était pas correct de la part d’une élève de tenir la main de son professeur et de le regarder si longtemps, bien dans les yeux. Sauf que ce qu’elle avait dans son regard changeait la donne. S’il savait y lire, Jeff verrait de la confiance, de la reconnaissance, beaucoup de rêves et énormément d’amitié. Luna était en effet extrêmement contente que Jeff lui ait répondu honnêtement, et non en inventant une excuse qui aurait fait de lui un menteur. Au bout d’un long moment pendant lequel Luna se demandait quand et surtout comment le professeur Dumbledore reviendrait à l’école et pendant lequel Jeff devait se sentir gêné, elle se rendit compte que ce qu’elle faisait pouvait paraître incongru. Aussi rendit-elle sa main à Jeff, continuant de lui sourire. Puis elle se décida à lui répondre par la parole, après lui avoir fait passer ses émotions :


« Je comprend, Jeff. Je ne veux pas que tu sois renvoyé, de toute façon lorsqu’Ombrage ne sera plus en poste, notre vol à dos de Sombral reviendra à l'ordre du jour, je le promets. »


    Ayant terminé de parler, Luna sentit que quelque chose la piquait. Il s’agissait de sa plume de Nargole, qui, mal positionnée dans sa poche, lui meurtrissait la cuisse. Elle la sortit et, tout en la retournant entre ses doigts, elle demanda à Jeff :


« Tu connais bien le professeur Dumbledore ? Mon père l’a déjà interviewé pour son article sur les êtres de l’eau… Tu savais qu’il parlait le dialecte des êtres de l’eau ? »


    Un grand sourire fendait le visage de Luna. En effet, elle appréciait beaucoup celui qui resterait pour elle le vrai directeur de Poudlard. Il était marginal, curieux et étrange, et surtout connaissait énormément de choses, autant de raisons pour lesquelles elle l’aimait beaucoup. A voir la façon dont Jeff avait parlé de Dumbledore – avec espoir et conviction – lui aussi l’appréciait. Peut-être faisait-il même partie de l’Ordre du Phénix, l’organisation qui s’évertuait à combattre Voldemort. Luna, autant que son père, soutenait Harry dans sa version des faits de l’année dernière aussi Miss Lovegood se tenait-elle informée de l’actualité magique. Bien sûr, elle n’allait pas demander à Jeff si il faisait partie de l’Ordre, c’eut été une très mauvaise idée. Les murs avaient à présent des oreilles, à Poudlard. Personne ne pouvait plus parler librement depuis qu’Ombrage était directrice ou même, depuis que cette harpie avait été nommée au poste de professeur de Défense Contre les Forces du Mal. Si on pouvait appeler ça de la Défense… Ces cours, au niveau extrêmement bas et à l’utilité restreinte, lui semblaient faits pour des Enormus à Babille atteints d’emphysème… Heureusement, Luna n’avait pas ses BUSEs cette année, mais pensait à ceux qui allaient devoir passer leurs examens en étant préparés… à rien du tout. Miss Lovegood espérait de tout cœur que Dumbledore refasse surface, afin que Ombrage quitte Poudlard. Car l’école majestueuse ne ressemblait en rien à avant. L’ambiance, sous les directives d’Ombrage, était bien lourde… Le regard perdu dans la masse de nuages qu’on pouvait voir au loin et en attendant une réponse de la part de Jeff, Luna se demandait d’où pouvait bien venir l’étrange métaphore qui disait que les murs puissent avoir des oreilles…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeff Twisleton
Professeurs
Professeurs


Féminin Nombre de messages : 216
Age : 25
Année : professor of care of magical creatures
Amour : none
Passions : magical creatures, literature
Date d'inscription : 25/05/2008

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: LMDP is back on track !
MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Sam 23 Aoû - 15:26

    Le regard de Luna croisa brusquement celui du professeur de soins aux créatures magiques qui venait de finir sa tirade théâtrale. Il lut dans le regard de la jeune fille un soupçon de surprise puis de la complicité lorsqu'il comprit qu'elle venait de justement de réfléchir à sa réponse et qui s'avérait à être semblable. Le regard de Jeff glissa alors sur sa main tendue en adressant un sourire malicieux à l'élève. Sans l'ombre d'une hésitation, la jeune fille prit sa main dans la sienne, afin de celer leur accord. Jeff était rassuré que Luna accepte avec un tel enthousiasme sa proposition, son plan B, comme il l'aurait appelé. Il croisa le regard de cette dernière pour lire dans ses yeux pétillants et rêveurs, différentes émotions. Tout d'abord, la reconnaissance de ne pas avoir tenté de dévier la proposition, la question et de répondre franchement sans chercher la moindre excuse. Il lut aussi de la confiance, une confiance que la jeune fille exprimait dans tout ce qu'il disait et promettait. Enfin il y trouva du rêve et quelque chose qu'il avait très peu lu dans le regard d'un élève: De l'amitié. Un sentiment très peu commun entre un professeur et son élève. C'était bien entendu une amitié que Jeff n'allait pas refuser, surtout de la part d'une élève comme Luna, elle ne restera pas éternellement son élève. Cette dernière était d'ailleurs repartie dans ses pensées tenant toujours la main de son professeur qui attendait un sourire amusé sur les lèvres que l'élève lui rend sa main. Le regard de la jeune fille se posa d'ailleurs sur leur poignée et elle la retira aussitôt sa main un regard quelque peu gênée, mais sans plus.

    Luna: "Je comprend, Jeff.
    Je ne veux pas que tu sois renvoyé, de toute façon lorsqu'Ombrage ne sera plus en poste, notre vol à dos de Sombral reviendra à l'ordre du jour, je le promets."


    Jeff n'en attendait pas moins de la part de la jeune fille et ne doutait en aucun cas sur la détermination de celle-ci d'emmener le jeune professeur faire une promenade dans le ciel à dos de Sombral. C'était une proposition de toute façon osée avec une certitude que cela aura lieu un jour, mais si ce jour-là n'arriverait pas aussitôt, il aurait lieu et il ne doutait en aucun cas que ça serait un évènement plutôt impressionnant et même merveilleux. Ombrage ne sera pas éternellement la directrice de Poudlard et de toute façon, le professeur devra retourner à ses fonctions antécédentes lorsqu'on aura de nouveau besoin de lui. A l'idée de ne plus enseigner, après les quelques jours passé à Poudlard, était quelque chose d'absure pour lui, il se sentait pour une fois un peu plus utile que de seulement s'occuper de réaliser une course contre-la-montre avec les mangemorts. a cette pension le professeur fronça les sourcils avant de finalement se concentrer de nouveau sur la jeune fille qui venait de retirer de sa poche une plume de Nargole qu'elle fit tourner entre ses doigts avant de lever la tête vers lui pour lui poser alors une nouvelle question, celle-ci allait concerner Dumbledore, le professeur de soin s'en douter. Il accorda alors toute son attention à la jeune fille qui se lança dans la suite de sa conversation,

    Luna: "Tu connais bien le professeur Dumbledore ?
    Mon père l'a déjà interviewé pour son article sur les êtres de l'eau...
    Tu savais qu'il parlait le dialecte des êtres de l'eau ?"


    S'il le savait, Jeff avait en appris une partie avec lui juste après avoir comblé ses études, il ne le parlait, cependant pas aussi que Dumbledore. Il préféra garder ceci pour lui et réfléchit alors à la réponse qu'il pourrait donner à la jeune fille. Bien entendu, la question pouvait avoir un double sens: d'abord la curiosité l'emportait sur pourquoi le professeur de soin était persuadé que Dumbledore reprendrait très bientôt les rênes de Poudlard et sinon, est-ce qu'il avait une raison plus précise ou un lien pour qu'il soit aussi persuadé de son retour. Depuis qu'il avait intégré l'Ordre, Jeff n'avait croisé que rarement Dumbledore, cependant il ne doutait ni de son leadership, sa sagesse et bien entendu sa confiance en tous ceux qui lui était fidèle. C'était surement pour ces trois choses que Jeff apprécier vraiment beaucoup le directeur de Poudlard, car autant l'appeler ainsi, il a beau avoir quitté les lieux, son esprit y reste et quoi que fera le ministère il sera toujours là. Il semblait que la jeune fille avait elle aussi un grand intérêt pour Dumbledore et une confiance très forte en cet homme malicieux et curieux. C'était un adulte qui s'était toujours soucié de chacun de ses élèves, parfois trop protecteur ou pas assez. C'était lui l'esprit des sorciers luttant contre Voldemort. Jeff savais que Luna était du côté de Harry Potter, il savait aussi qu'elle n'oserait pas lui demander s'il faisait partit de l'Ordre et bien entendu ce dernier ne lui dirait pas. Comme celle-ci l'avait si bien pensé, les murs ont des oreilles. Il se rendit compte qu'un léger silence c'était installé et il le combla aussitôt en répondant à Luna,

    "Je savais en effet qu'il en avait une parfaite maîtrise.
    J'ai croisé Dumbledore plusieurs fois, c'est un sorcier plus exceptionnel que certain le croit.
    C'est quelqu'un qui, je pense est un allier du ministère, même si celui-ci clame le contraire."


    Jeff ne savait pas vraiment comment exprimer son admiration pour Dumbledore et la gratitude de lui avoir donné finalement la délicate mission et décision d'intégrer ou non l'Ordre du Phénix. Il ne voulait pas que cela se sache, même pour une élève comme Luna qui n'irait surement pas le répéter, mais bon déjà les mangemorts ne savaient pas grand-chose, encore sur lui et il comptait bien que cela dure le plus longtemps possible. Il jeta un coup d'oeil vers les élèves qui éclataient de rire, ceux qui révisaient et puis il reposa son regard sur Luna qui semblait réfléchir soit par ce qu'il venait de dire ou sur ce qu'elle pourrait répondre devant l'enthousiasme presque enfantin de son professeur. Il avait répondu à l'élève avec les yeux brillants et un sourire complice à l'élève avant de perdre son regard sur le cadre ou tous les deux se trouvaient. Il attendait la réponse de Luna quand il se rendit compte que l'heure avait tournée et qu'il était temps pour lui et la jeune fille de cessait leur conversation. Il se leva aussitôt et s'excusa auprès de Luna, il commença à s'éloigner de la jeune fille qui ressortait un exemplaire du chicaneur et il s'arrêta et se retourna vers la Serdaigle un sourire sur les lèvres.

    "Je te promets d'être toujours là pour toi et crois-moi je n'oublie jamais mes promesses."


    Une lueur de malice scintilla dans ses yeux et il se retourna en adressant un dernier signe de salut avant de disparaître dans l'allée qui menait vers l'école des sorcier.

    FIN

...............................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encre rouge et bleue...   Aujourd'hui à 5:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Encre rouge et bleue...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: OUTDOOR :: le parc-
Sauter vers: