AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cassandre Neadle [Acceptée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Cassandre Neadle [Acceptée]   Mer 11 Juin - 19:18

    I. l'État Civil


    • Prénom(s) et Nom : Cassandre Neadle
    • Date de Naissance : 10 Août 1967
    • Age : 28 ans
    • Sexe : Féminin
    • Métier : Professeur d'Histoire de la Magie
    • Lieu de Résidence : Poudlard durant l’année scolaire et un petit appartement dans le centre de Londres pendant les vacances.


    II. l'Histoire de mon personnage

    10 Août 1967.Angleterre
    Le ciel est dégagé, le soleil vient chauffer les vitrines de Londres et la chaleur accable depuis plusieurs jours la capitale. Les habitants se sont tous réfugiés chez eux ou à l’ombre d’un Bar pour siroter une boisson fraîche, les bras nus et les lunettes de soleil sur le nez. Les rues sont silencieuses, les voitures ont été reléguées au garage : il fait trop chaud pour sortir, aujourd’hui. Londres n’est pas habituée à un tel climat, ni le pays d’ailleurs, tout entier atteint par la sécheresse qui s’étend jusqu’au nord de l’Angleterre.
    Pourtant, un bruit de voiture se fait entendre depuis le pub le plus proche du centre-ville. Chacun tourne la tête pour voir le véhicule s’engager dans la rue et se garer en vitesse près d’une vitrine défraîchie, apparemment abandonnée depuis longtemps. Un homme en sort le premier. Typiquement anglais, il est grand, blond et bien bâti pour ses trente-cinq ans, mais semble inquiet. C’est lui qui va ouvrir la portière arrière pour en faire sortir une femme. Elle est son exacte opposée. Ses cheveux sont longs et bruns, joliment bouclés et encadrent un visage mat, des sourcils bien dessinés et un sourire au coin de ses lèvres rosées. Lorsqu’elle descend, c’est d’un pas hésitant, mais elle a l’air sereine, alors que son ventre rond la fait souffrir depuis plusieurs minutes déjà. Chacun observe le couple descendre de cette voiture noire avec un sourire compatissant puis se détourne pour reprendre sa conversation. Eux ont l’air soulagés que ces regards se soient posés ailleurs. Et déjà, ils s’avancent vers la vitrine abîmée, d’un pas qui se veut rapide. On peut entendre la jeune femme murmurer quelques mots, comme si elle s’adressait au mannequin posé là depuis des années derrière la vitre, puis soudain, ils disparaissent.
    L’instant d’après, ils sont dans un immense hall où l’intensité sonore est monté d’un cran. Autour d’eux, des adultes comme des enfants patientent, assis sur des bancs en bois tandis que des médecins, reconnaissables à leur blouse blanche, traversent la pièce d’un pas pressé. L’homme semblent un peu déboussolé et hésite sur l’endroit où aller, mais la femme, malgré les douleurs qui viennent crisper ses traits par intermittence, l’entraîne vers l’ascenseur d’un air rassurant, un doux sourire aux lèvres :


    J’aurais préféré voir notre enfant naître en Espagne, mais il ou elle ne m’a pas attendue. Ce sera donc l’Angleterre …

    Effectivement, son anglais se teinte d’un léger accent espagnol lorsqu’elle s’exprime, et son physique ne laisse aucun doute sur ses origines hispaniques. Elle espère que l’enfant qu’elle porte depuis neuf mois déjà ira bientôt en Espagne, car elle compte bien lui inculquer les valeurs de son pays natal et lui enseigner sa langue, qu’elle trouve tellement plus belle que l’anglais. Mais pour l’instant, elle doit se concentrer sur l’accouchement car ses douleurs se font plus violentes. Heureusement, l’ascenseur ne tarde pas à se stabiliser au service qui accueille la maternité, et le couple s’empresse de se diriger vers la sorcière d’accueil. Elle leur assure que tout se passera bien.
    Effectivement, de longues minutes plus tard, l’enfant est née. C’est une petite fille en parfaite santé qui a les traits de sa mère. Elle sera brune, ses yeux sont noirs et elle est déjà grande pour un nouveau-né, seule chose apparemment qu’elle tient de son père. La jeune femme peut prononcer son prénom, enfin. Elle s’appellera Cassandre.


    1974. Espagne
    C’est encore une belle journée de Printemps et il fait bon vivre dans les rues de Madrid en cette fin d’après-midi. Des enfants jouent au ballon au milieu des maisons et des balcons par lesquels les voisins discutent entre eux, un sourire sur les lèvres malgré leurs vêtements déjà abîmés à force de tomber et de se relever, et tous s’interpellent joyeusement en Espagnol pour tenter de marquer dans les cages opposées. Parmi eux, une petite fille. Elle a à peine sept ans, et déjà ses boucles brunes tombent plus bas que ses épaules, rebondissant au rythme de ses mouvements avec grâce. Ses yeux foncés pétillent lorsque son équipe marque un point, ou ses fins sourcils aussi foncés que sa chevelure se rehaussent dans une moue boudeuse lorsque leur gardien ne parvint pas à arrêter une balle. Elle semble aussi à l’aise que ses compagnons pour parler Espagnol, qui l’ont aussi initiée aux injures qu’elle a retenues aussi promptement que les leçons de sa mère.

    Jo ! Que haces ? Dame la pelota, Pedro !

    Effectivement, ledit Pedro vient de perdre le ballon au profit d’un de ses adversaires, et Cassandre semble vient décidée à le récupérer. Elle fonce vers le possesseur de la balle, le déstabilise par un sourire qui se veut assuré puis glisse un pied agile contre la cheville de son adversaire pour faire dévier le ballon. Aussitôt qu’il part vers un autre joueur, elle le rattrape et court vers les buts, fière de son coup. Au moment où elle tire, quelqu’un la bouscule et la précieuse balle dévie vers le mur. La petite fille s’arrête, frustré, quand soudain, l’objet se met à tourbillonner dans les airs. Il dévie de sa trajectoire, évite le mur et fonce vers les cages, que le gardien, sûr de son trajet vient de quitter, pour marquer un but phénoménal. La petite ne comprend pas ce qu’il se passe, mais saute de joie d’avoir réussi un tel exploit. Pourtant, autour d’elle, les enfants la regardent, inquiets et soupçonneux. Ce qu’elle vient de faire n’est pas normal et leurs conversations se sont tues pour la fixer avec méfiance ; face à une telle attitude, Cassandre préfère fuir et, bredouillant une vague excuse, de surcroît en anglais, elle s’empresse de rejoindre sa mère dans leur appartement. Quelques explications s’imposent.
    Elle va en apprendre, des choses : sa maman est une sorcière, son papa n’en est pas un, la magie existe et des gens d’un autre monde, cachés aux yeux de tous –ceux qu’on appelle des Moldus- la maîtrisent à l’aide d’une baguette magique et d’autres choses compliquées. Et bientôt, ce sera à son tour d’apprendre la magie, car c’est sûr, elle aussi ira à Poudlard dans quelques années. En attendant, il lui reste beaucoup d’autres choses à apprendre et à faire, des pays à découvrir, puis rentrer en Angleterre après cet incident. Pourtant, la petite fille se plaisait, en Espagne. Elle aime son climat, la chaleur, la convivialité de ses habitants, les parties de ballon et les soirées de fêtes qui n’en finissent pas, les rires de sa maman et le regard de son papa quand il la serre dans ses bras au bord de la mer. Pourtant, il faut partir, préparer les valises pour Londres. Et puis, même si au fond, Pedro lui manquera un peu, son père lui a promis de commencer à lui apprendre la magie : elle a vu ses vieux livres aux airs de grimoires ancestraux qui parlent de sortilèges, de botanique et d’Histoire. L’Histoire lui plaît, elle aime l’écouter lui raconter des histoires de pharaons et de Moldus ensorcelés, de chasse aux sorcières pendant le Moyen-âge. Serait-ce la découverte de son futur métier ?


    1984. Poudlard. Angleterre
    En cette fin de Juin 1984, le temps est plutôt morose, comme s’il lisait dans les pensées des élèves assis contre un arbre du Parc de Poudlard. Le ciel est gris et des nuages noirs s’amoncellent au-dessus du Château alors qu’il n’est que 17h. Mais malgré la menace imminente d’un orage, les cinq adolescents ne semblent pas vouloir bouger et dans leurs yeux brille une étincelle de nostalgie alors que pas l’un d’entre eux ne parle. La plus grande silhouette est reconnaissable entre mille : ses cheveux bruns ont encore poussé et tombent en boucles délicates bien en-dessous de ses épaules, encadrant un visage fin et doré par le soleil, un nez légèrement retroussé, des sourcils élégamment dessinés, des pommettes saillantes et des lèvres discrètement rosées. Tout comme ses camarades, ses yeux noirs semblent perdus dans le vague. Cassandre a 17 ans, elle vient de terminer ses sept ans à Poudlard, de réussir brillamment ses ASPIC et, demain, elle quittera le Château de son adolescence. Demain, la robe noire qui porte fièrement l’insigne bleu et argent de sa maison n’aura plus lieu d’être, ni ses livres scolaires ; elle quittera ses amis qu’elle connaît depuis sept ans déjà, pour certainement ne plus les revoir. Pourtant, elle n’oublie pas tous les bons moments, comme les mauvais, qu’elle a passés avec eux.
    Sa première année, où l’on a décidé de l’envoyer à Serdaigle comme sa mère, où elle a découvert avec délice et émerveillement le monde de la magie, où elle a rencontré ses premiers amis et fait les quatre sans coups.
    Sa deuxième année, où elle s’est déjà un peu assagie, où elle a apprit plus de choses encore et où elle a découvert le Quidditch, un sport merveilleux.
    Sa troisième année, où elle a vécu ses premières amours, ses premiers chagrins et quelques disputes.
    Sa quatrième année, où elle a découvert que l’amitié était un trésor inestimable, où Serdaigle a enfin pu gagner la Coupe des Quatre Maisons, où a eu lieu en leur honneur ce fameux Bal qui a été une réussite totale.
    Sa cinquième année, où elle a réussi à obtenir d’excellents résultats à ses BUSE après des semaines de travail acharné avec tous ceux de sa maison, où elle a commencé le début d’une relation amoureuse qui dure encore, du moins jusqu’à ce qu’elle franchisse la barrière de la Voie 9 ¾
    Sa sixième année, rythmée en aventures, en amitiés ou en chagrins, où elle a pu s’assurer que l’Histoire de la Magie était son domaine.
    Et enfin, sa septième année, plus intense que toutes les autres, qu’elle n’aurait pu résumer en quelques phrases, où elle a découvert combien elle est attachée à Poudlard et à ses habitants, même aux Serpentard et aux professeurs, et plus encore aux quatre personnes assises à ses côtés ce soir.

    Ils sont tous en train de faire le bilan de leur scolarité, ils se souviennent de bons moments passés ensemble ; des souvenirs ressurgissent, qui leur arrachent des sourires, des regards de connivence. Puis ils se regroupent et regardent le soleil se coucher sur le Château, serrés les uns contre les autres, souriant et pleurant à la fois, les yeux brillant et pleins de promesses. La jeune femme sait que bientôt, tout cela sera fini, mais elle veut en profiter une dernière nuit avant de se lancer vers l’inconnu, vers son avenir qui lui réserve encore bien des surprises …


    1995. Poudlard. Angleterre
    Finalement, Poudlard ne lui a pas fermé ses portes à tout jamais. Oui, Cassandre est à nouveau là, dans le Parc, ses valises à la main. Elle a dix ans de plus que la dernière fois mais n’a pas tellement changé ; seul son visage s’est amincit, a prit une expression plus adulte, et sa taille a gagné quelques centimètres. On la dit belle, et c’est vrai qu’elle a du charme, mais ne s’en préoccupe pas tellement ; d’ailleurs, elle vit seule depuis que ses études sont finies et qu’elle parcourt le monde. Elle est retournée en Espagne, a vécu trois ans en Angleterre puis a parcouru les continents à la recherche d’Histoire à raconter. Car c’est bien la voie qu’elle a trouvée : l’Histoire. Et quel meilleur moyen que les voyages pour connaître d’autres Histoires que la sienne ? L’Egypte lui a conté les pharaons et leurs pyramides, l’Asie ses légendes féodales sur fond de jardins enchanteurs, la Grèce ses contes de l’Antiquité, les aventures d’Ulysse ou d’Œdipe, et bien d’autres pays encore.
    Puis enfin, elle est rentrée en Angleterre, pour faire ce qu’elle souhaitait depuis longtemps : enseigner à Poudlard. Retrouver le lieu de son adolescence, retrouver cette ambiance qu’elle aimait tant, et transmettre sa passion aux élèves. A son goût, le poste de Professeur d’Histoire de la Magie avait toujours été occupé par un incapable toujours doué pour dégoûter les élèves de cette matière pourtant si passionnante, aussi lorsque la place s’était libérée, la jeune femme s’était tout de suite présentée. Et elle avait été acceptée.

    Se trouver ainsi au milieu du Parc, les yeux levés vers le ciel, un sourire rayonnant aux lèvres lui suffit pour être heureuse. Cassandre a un côté rêveur, presque romantique dans sa façon d’être, de parler, comme si les mots étaient précieux, ou de marcher, doucement et sans bruit. Lorsqu’elle raconte, elle entre dans un autre monde, que peu de personnes ont réussi à pénétrer. Ce qui est autour ne semble pas l’intéresser : les luttes de pouvoir au sein même de Poudlard ne paraissent pas l’inquiéter, du moment que le Château reste comme il l’a toujours été et qu’elle y a sa place. On surprend parfois dans ses regards ou dans ses gestes des lueurs enfantines qui ne la font pas passer pour une jeune femme sûre d’elle et de ses charmes, mais plutôt pour une rêveuse un peu fleur bleue qui ne perçoit pas toujours la réalité, croit toujours à un Prince Charmant, et surprend de bien des façons. Pourtant, si on la critique, elle sait trouver les mots justes pour mettre la personne mal à l’aise ou simplement s’en aller avec un sourire mystérieux, qui semble vous dire « Tes mots ne m’atteignent pas ». Elle a des plaisirs simples et vous la trouverez souvent en haut d’une tour à observer les étoiles par un soir de pleine lune ou encore dans le Parc, assise sur un banc en se levant de temps en temps pour aller faire ses rondes réglementaires.

    Mais pour l’heure, il est temps de rentrer, de s’installer pour encore quelques temps dans cette nouvelle maison et d’aller écouter le discours de bienvenue du Directeur. Elle ne connaît pas ce nouvel Inspecteur qui semble effrayer quelques élèves, mais il ne l’intéresse pas vraiment : ce n’est pas Cassandre qui ira déjouer ses plans diaboliques pour le moment, à moins qu’elle n’ait une bonne raison ?



    III. Les trucs en [+]

    • Comment avez-vous connu le forum ? Un mail reçu qui m’a donné envie de m’inscrire.
    • Pourquoi vous êtes-vous inscrit ? Superbe design et Hugh Laurie sur la page d’accueil qui m’a fait craquer ! *-*
    • Comment trouvez-vous le design ? Magnifique ! Sobre mais très bien fait, tout à fait mon genre.
    • Avez-vous lu l'intrigue ? Bien sûr, très sympathique, par ailleurs !
    • Célébrité sur l'avatar : Catherine Zeta Jones
    • Code : CODE OK SIMON
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cassandre Neadle [Acceptée]   Ven 13 Juin - 0:09

Et voila, j'ai terminé ! Je n'étais pas vraiment sûre de pouvoir regrouper les parties Histoire/Physique/Caractère en plusieurs Rps qui représentent les différentes périodes de la vie de Cassandre, mais j'ai fait en sorte, j'espère, que son caractère et son physique soient explicites dans ce texte. Cela convient-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Simon Carter
Serdaigle [Admin]
Serdaigle [Admin]


Masculin Nombre de messages : 559
Age : 26
Année : 5 ème année
Date d'inscription : 28/12/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: Cassandre Neadle [Acceptée]   Ven 13 Juin - 0:53

Super fiche ^^

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cassandre Neadle [Acceptée]   Ven 13 Juin - 8:27

Merci beaucoup ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cassandre Neadle [Acceptée]   Ven 13 Juin - 19:09

Juste une petite question, par rapport au niveau (1, 2 ou 3) : est-ce que ce sont les admins qui choisissent ou je le fais moi-même ?
Revenir en haut Aller en bas
Simon Carter
Serdaigle [Admin]
Serdaigle [Admin]


Masculin Nombre de messages : 559
Age : 26
Année : 5 ème année
Date d'inscription : 28/12/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: Cassandre Neadle [Acceptée]   Ven 13 Juin - 19:18

C'est toi qui choisit, selon ton besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Cassandre Neadle [Acceptée]   Ven 13 Juin - 23:12

Ok, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cassandre Neadle [Acceptée]   Aujourd'hui à 15:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Cassandre Neadle [Acceptée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cassandre
» A la recherche de son passé [PV Cassandre]
» Cassandre Desombre [vérifiée]
» ENORA ? ta gueule, cassandre.
» Le syndrome de Cassandre... [Rp Darren - Cassandre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: FIRST :: oh, c'est ici les présentations ? :: LES PROFS ET LES AUTRES :: PRESENTATIONS TERMINEES-
Sauter vers: