AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]   Dim 8 Juin - 22:54




    something wicked this
    way comes.



    01 :: etat civil.

    Prénoms et Nom : Hermione Jean Granger.
    Date de Naissance : 19 septembre 1979.
    Âge : Seize ans.
    Sexe : F.
    Année Scolaire : Cinquième année.
    Lieu de Résidence : Banlieue résidentielle de Londres, au numéro deux, Lavender Street (généralement dans la chambre blanche du premier étage).


    02 :: descriptions & histoire.

    Caractère :
    Hermione Jean Granger, c'est toute une histoire. L'histoire d'une fille qui se lance à corps perdu dans le travail pour oublier une réalité décevante. L'histoire d'une fille qui n'est pas exceptionnellement intelligente (puisque cet adjectif ne signifie rien ou presque), mais exceptionnellement débrouillarde et intuitive, et qui comprend exceptionnellement bien et exceptionnellement vite toute l'ingéniosité que requiert n'importe quelle situation. Hermione Granger est quelqu'un de vif, d'analytique, et, même si sa force première est cérébrale, elle peut en étonner plus d'un en mettant ses facultés intellectuelles au service de l'action pure et dure. Entendons-nous, l'adolescente n'est pas une machine de guerre ni une exaltée de la baguette magique ; mais sa rapidité de réflexion se révèle parfois salutaire lorsque danger il y a. Bon. Ce sont là d'importantes qualités. Cela dit, Hermione a des problèmes émotionnels. Si vous voulez tout savoir, elle n'a jamais été très sociable, et ce, à cause d'un manque profond de confiance en elle. Les causes de cette faiblesse n'ont rien d'un mystère : des incisives un peu longues, des cheveux en bataille, des notes époustouflantes et de légers soucis de communication - vous voyez le tableau. A ce stade, la plupart du temps, les moqueries pleuvent. Il en faut peu aux gosses pour se montrer très, très méchants, et décourager n'importe quel autre enfant un tant soit peu différent. Ajoutez à cela, au moment de l'adolescence, quelques insultes mal placées au niveau de la nature du sang : vous obtenez une gamine renfermée, hésitante, et, quelques tendances naturelles aidant, sujette parfois à l'hystérie - vous savez, comme de la colère mêlée d'angoisse lorsqu'une situation vous échappe. Et le fait d'échouer dans un domaine (ici, les relations sociales) peut aboutir à deux réactions : petit a, en ce qui concerne les « battants », comme on dit, la persévérance jusqu'au succès ; petit b, en ce qui concerne les autres, l'abandon et le repli dans un domaine qu'on maîtrise. Or, quand elle était jeune, Hermione n'appartenait pas vraiment à la catégorie des battants. Et, ce qu'elle maîtrisait le mieux, c'était, bien sûr, le travail scolaire. C'est donc dès le début de l'école primaire que la petite Granger s'est mise à rafler toutes les meilleures notes, entre autres causes parce qu'elle avait trouvé dans l'enfermement intellectuel un moyen de ne pas avoir à affronter les autres. Oh, par la suite, la jeune fille s'est blindée. Elle a gagné en orgueil et en autorité ; elle est devenue capable de faire face à pas mal de provocations - en grande partie parce qu'elle avait désormais deux vrais amis à ses côtés. Mais il faut savoir qu'elle n'a pas toujours été comme ça.
    D'autre part, Hermione Granger possède une conscience sociale très développée. C'est plus fort qu'elle, il faut qu'elle aide ceux qui sont en difficulté ou rejetés : pêle mêle, on peut citer les elfes de maison, Pattenrond, Neville Londubat, ou encore Buck. Pour les premiers, elle a créé la Société d'aide à la libération des elfes (S.A.L.E., et pas « sale », comme dirait Ron) dans le but de les libérer de leur scandaleux asservissement. Le second, elle l'a adopté il y a quelque temps alors qu'il déprimait, seul, au fond de la Ménagerie Magique (Chemin de Traverse). Elle vient souvent au secours du troisième durant les cours de Potions, lorsque Rogue affiche son expression « si-tu-rates-cette-potion-je-te-noie-dans-ton-chaudron ». Pour ce qui est du quatrième... eh bien, Hermione s'est prise de passion pour son sauvetage, le soir où il devait être injustement décapité. Et j'en oublie beaucoup. Ouais. D'une manière générale, on peut dire que l'adolescente a un sens de ce qui est juste et de ce qui ne l'est pas à toute épreuve.
    Enfin, j'imagine qu'il faut préciser que notre héroïne est quelqu'un de très, très terre-à-terre. Si elle se montre parfois vaguement sensible au rêve et au lyrisme, force est de constater que, la plupart du temps, seules les choses bien ancrées dans la réalité l'intéressent. Hermione a besoin de concret. De choses simples. La meilleure illustration en est son odeur favorite : celle de l'herbe fraîchement coupée mêlée au doux parfum des livres neufs. Oui, car elle adore les livres. C'est sans doute, dans son monde, l'un des éléments les plus importants. Les livres sont gros, lourds, carrés ; ils ne changent pas, ils vous attendent tranquillement, on n'a pas à craindre de ne trouver que des pages blanches lorsqu'on les ouvre. Avec les livres, il n'y a pas de mauvaises surprises : seulement des bonnes, et, à la clef, une quantité phénoménale d'enseignements. Hermione aime les livres parce qu'ils représentent parfaitement le facteur sûreté dont elle a besoin. D'autant qu'ils sont indispensables pour étudier. Donc, nous l'avons dit, Granger est pragmatique. C'est pour cette raison qu'elle a si vite abandonné la divination : imaginez un peu, une matière vague, controversée, sans aucune règle claire ; une matière dans laquelle, de plus, la jeune fille s'est révélée plutôt médiocre. Hermione Granger, échouer à l'école : un sale coup porté à son orgueil bien présent. Par ailleurs, je suppose que vous vous demandez comment l'adolescente perçoit le monde magique, si, pour elle, le concret et le compréhensible sont primordiaux. Eh bien, j'estime que chacun a droit à sa part de fantaisie - vous ne croyez pas ? Hermione aime être une sorcière, ça ne fait pas de doute ; et c'est certainement car, au fond d'elle, l'imprévu et l'inattendu l'amusent beaucoup. Il faut toujours garder à l'esprit qu'Hermione Jean Granger n'est pas si différente de tout un chacun.


    Physique :
    Il ne faut pas se voiler la face. Si Hermione Granger n'a pas l'air d'un immonde troll affamé, elle n'est pas pour autant ce qu'on peut appeler une jolie fille. En réalité, même si l'idée d'un physique plus avantageux ne lui déplaît pas, elle n'y attache pas énormément d'importance. Pour elle, vous l'aurez compris, l'aspect extérieur est secondaire. Cela dit, on ne peut pas vraiment faire sans. Tout d'abord, Granger possède une impressionnante masse de cheveux : crépus, volumineux et d'un châtain des plus banals, ceux-ci ne sont pas l'attribut qui la met le plus en valeur. Ils tombent sur ses omoplates d'une manière assez destructurée en grosses boucles désordonnées. Parfois, l'adolescente tente d'arranger sa coiffure pour les grandes occasions - et, au bout de quatre heures d'efforts intenses, le résultat n'est pas si mal - mais elle n'accorde pas suffisamment de crédit à ce que pensent les autres de son apparence pour réitérer régulièrement ces efforts. D'autre part, elle affiche de grands yeux bruns, plutôt beaux en fait. Ornés de longs cils joliment recourbés et naturellement noirs, ils acquièrent ainsi une profondeur intéressante. Leur couleur oscille entre vert et noisette l'été, et entre noisette et noir l'hiver. Ils sont légèrement trop enfoncés, mais l'écart qui les sépare est à la limite de la perfection. Surmontés par d'épais sourcils châtain, ils surplombent un petit nez en trompette qui, quand apparaît le soleil, se pare de quelques taches de rousseur, Hermione, d'ailleurs, a horreur de ce phénomène. Elle juge également ses narines trop larges, et le bout de son nez trop retroussé. Elle arbore une bouche rosée des plus banales, ni fine, ni épaisse, et pas particulièrement bien dessinée. D'une manière générale, le visage de Granger est rond, quoiqu'on observe une irrégularité au niveau de son menton - elle l'a un peu trop petit. Les dents de l'adolescente sont la seule chose parfaite qu'elle possède. Et ce, non pas grâce à la profession de ses parents (qui sont dentistes), mais suite à une altercation avec quelques Serpentard mal inspirés. Pour résumer la situation, un sale vert et argent a eu l'idée détestable de faire pousser les incisives d'Hermione jusqu'à son col d'uniforme (accentuant ainsi une caractéristique naturelle de la jeune fille). Et, lorsque Madame Pomfresh a entrepris de réduire les dents d'Hermione à leur taille habituelle, cette dernière a profité de la situation pour en ôter un peu plus que nécessaire. Bon. Il faut saisir chaque opportunité, après tout. Par ailleurs, elle a une silhouette tout à fait classique. Des hanches et une poitrine normalement marquées pour une adolescente de son âge, des jambes un peu courtes mais jolies. La jeune fille atteint facilement le mètre soixante-sept et se balade deux ou trois kilos superflus.

    Origines : Anglaises à huit cent pour cent.
    Race de Sang : Origines moldues ou « Sang-de-Bourbe », ça dépend de la façon dont vous voyez les choses.

    Première expérience magique :
    A cette époque, un soleil oppressant écrasait tout Londres. La ville entière semblait ployer sous la lumière blanche, franche et dense, qui dégoulinait du ciel rutilant. La température oscillait entre trente-trois et trente-quatre degrés celsius, pulvérisant ainsi le record de la plus grosse chaleur dans la capitale depuis sept ans. La petite Hermione Granger, elle, ne connaissait pas encore le monde, sept ans auparavant. En ce 21 août 1985, elle était à deux doigts d'atteindre les six ans et pouvait glisser un doigt entre ses dents de devant. Elle souriait toutes gencives dehors à ce soleil qui prenait toute la place, et, étrangement, son sourire paraissait doté de propriétés réfléchissantes. Un peu comme si la joie de vivre pouvait éblouir les astres. Quelqu'un, un jour, a très justement dit que la beauté résidait dans l'inachevé, et que c'était la raison pour laquelle les enfants étaient souvent si beaux. Hermione Granger, ce jour-là, alors qu'elle flottait dans une atmosphère brûlante et gluante,semblait très belle ; oui, la petite Hermione Granger avec son sourire ébréché.
    Elle courait tous azimuts à travers le jardin parfaitement entretenu de ses parents. (Dans cette banlieue pavillonaire, toutes les maisons étaient pareilles, tous les jardins étaient pareils et tous les gens étaient pareils. Donc, pas question de se faire remarquer en affichant une pelouse un peu trop haute.) Elle courait pour éviter le jet d'eau glacée, envoyé par un tuyau qui tournait sur lui-même et qui constituait le système d'arrosage automatique du gazon des Granger. Elle courait pour l'éviter, mais aussi pour se prendre une bonne douche froide de temps à autre - sinon, où serait l'amusement ? Elle courait pieds nus dans l'herbe grasse et verte, avec pour seule préoccupation la glace à laquelle elle aurait droit d'ici peu de temps. Sa robe rouge voletait au moindre de ses mouvements. Ses lourds cheveux flottaient derrière elle, et elle fronçait le nez chaque fois qu'elle sentait une goutte sur sa peau.
    Lorsque Hermione trébucha, elle ne cria pas, ne pleura pas. Elle ne ressentit pas grand-chose d'autre, à vrai dire, que de l'étonnement. Car elle venait de se prendre les pieds dans le système d'arrosage, mais avait atterri six ou sept mètres plus loin. Elle n'eut pas d'autre réaction que celle d'écarquiller les yeux, étant donné que ce bond invraisemblable lui avait évité in extremis de se fracasser la tête sur les pierres du muret. Pour le moins étrange. Toujours abasourdie, elle vit sa mère courir vers elle avec une expression affolée. Mrs Granger s'agenouilla devant sa fille, lui souleva le menton, inspecta ses écorchures aux coudes, et poussa un petit cri lorsque le jet d'eau tournant la trempa de la tête aux pieds. Après quoi elle attrapa Hermione et la mit dans ses bras pour traverser le jardin. « J'ai volé, je crois bien que j'ai volé », murmura Hermione tandis qu'elles atteignaient la maison. Mais elle était quasiment certaine que sa mère n'avait rien entendu. Puis la gamine baissa les yeux ; puis elle vit son propre sang s'écouler doucement sur le carrelage blanc ; puis elle se mit à pleurer, comme n'importe quelle autre petite fille l'aurait fait.


    Famille :
    Fille unique, Hermione Granger a grandi entourée de ses seuls deux parents. J'imagine que quatre mots suffisent pour les caractériser : dentistes, cultivés, aimants, et moldus. De par leur profession, qui ne fait pas vraiment rêver les gosses, ils ont l'habitude d'avoir le mauvais rôle : celui de l'horrible arracheur de quenottes armé d'une pince et respirant bruyamment sous son masque vert hôpital. Bon. Cela dit, George et Heather Granger - puisque tels sont leurs prénoms respectifs - n'ont rien de monstres assoiffés de sang, et il en faudrait beaucoup pour leur faire faire du mal à des enfants. Ils se sont rencontrés à l'université et, à la sortie de celle-ci, ont ouvert un cabinet ensemble quelque part dans les faubourgs nord de Londres. Le gros de leur clientèle étant des moutards pourris-gâtés ayant mangé trop de sucre, l'envie les a pris de procréer à leur tour ; et c'est à l'âge de trente-trois ans que Heather a accouché de la petite Hermione.
    Patients et attentionnés, les Granger ont toujours pris grand soin de l'éducation de leur fille : la couvant sans l'étouffer, la rassurant sans l'infantiliser, la cultivant sans la forcer, ils ont réussi à en faire une gamine curieuse, très débrouillarde et plutôt facile à vivre. Quant à la révélation de sa nature sorcière, eh bien... Ce sont des gens très intuitifs, et la réception de la fameuse lettre en provenance de Poudlard n'a pas été une grande surprise pour eux. Ils étaient certes un peu effrayés, et, au départ, dubitatifs. Mais ils avaient toujours su que leur Hermione possédait quelque chose de très spécial.


Dernière édition par Hermione Granger le Mar 10 Juin - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]   Mar 10 Juin - 15:45


    Années passées à Poudlard :
    Lorsque le jour se leva, Hermione Granger l'attendait déjà depuis un bon moment. Assise dans la salle commune, les cheveux en bataille et le regard noir, elle griffonnait sur du parchemin vierge à une vitesse quasi surhumaine. Huit livres, aussi pleins que leur taille imposante le laissait supposer, étaient négligemment ouverts sur la table ronde. De temps à autre, l'adolescente jetait un oeil sur le ciel changeant. Elle n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé depuis qu'elle avait commencé à travailler ; mais en tout cas, le soleil, imperceptible tout à l'heure, montait désormais fièrement dans les nuées rouges et or. La grande pièce familière était quasiment vide, à l'exception d'un gamin qui devait mal tenir la Biéraubeurre et qui ronflait dans un fauteuil. On était dimanche, certes, et la plupart des élèves de ce château auraient déclaré avoir toute la journée pour écrire leur devoir de Potions. Cela dit, Hermione ne tenait pas à passer sa soirée dessus. De plus, si les deux irresponsables qui lui servaient d'amis ne la voyaient pas en pleine rédaction de ce fameux devoir, peut-être éviteraient-ils les commentaires sournois - peut-être même qu'ils ne lui demanderaient pas son travail pour tout pomper lâchement.
    Le type dans le fauteuil remua légèrement. Puis grogna. Il retomba dans sa somnolence alcoolisée, la tête dépassant de l'accoudoir. Au même instant, Granger reconnut dans l'escalier le pas lourd de Ron. Elle haussa les sourcils. Il descendait du dortoir à cette heure-ci ? Il ne devait même pas être neuf heures. Neuf heures du matin ! Mais c'était bien lui, puisqu'un de ses chaussons dégringola soudain les marches de pierre - il était sans doute plus réveillé que son propriétaire. Hermione vit la pantoufle atterrir au bas de l'escalier, suivie de peu par un Ron échevelé. Le roux vif de ses cheveux combiné au vermillon de sa robe de chambre, le tout sur fond de ciel écarlate, lui faisait un teint atroce. De toute façon, il avait exactement la même tête qu'un vampire blanc plâtre qui sort de son cercueil après une trop courte journée de sommeil.

    « Bien dormi ? » attaqua l'adolescente.
    Elle eut un petit sourire en croisant les iris meurtriers de son ami. Cette expression impolie n'était absolument pas méritée. Certes, elle s'était montrée légèrement ironique - mais, oh, si peu ! Elle le regarda ramasser son chausson perdu avec un grognement sourd.

    « Ouais. Je pète la forme. D'ailleurs, j'ai rêvé qu'Ombrage et toi vous y mettiez à deux pour me mordre les doigts de pieds dans mon sommeil. »
    « Et moi, alors, Ronnie ? Tu rêves de ta petite amie mais tu m'oublies ? Je pourrais bien raconter à maman que tu passes ton temps à dormir au lieu de jouer au parfait petit élève. »
    Cette dernière réplique émanait de Fred et fit sursauter notre Ron, qui n'était pas tout à fait réveillé (en fait, il avait tout du zombie). Son grand frère venait de s'approcher sans bruit, prenant les deux cinquième année par surprise. Il portait un bonnet à oreilles et une épaisse cape noire. Hermione haussa un sourcil - encore une fois. Elle décida de ne pas relever le terme de « petite amie ».
    « Fred. Je n'ai pas l'impression que tu descendes du dortoir. Vous avez encore passé la nuit à trafiquer dans les couloirs ? »
    L'interpellé ôta son couvre-chef et bâilla à s'en déboîter la mâchoire. Puis il s'affala sur la chaise libre à côté de la jeune fille. Ron, constatant qu'il demeurait désormais le seul debout, sembla juger bon de s'asseoir lui aussi. A l'instant où ses fesses touchèrent le velours troué du siège, il se remit à somnoler.
    « Pas dans les couloirs, ma chère », reprit Fred avec un demi sourire. « Se balader la nuit dans les couloirs, c'est bon pour les petits joueurs. Je viens d'un peu plus loin que ça. »
    Nouveau bâillement, suivi d'un clin d'oeil qui se voulait complice.
    « Mais je ne t'en dis pas plus. Cela ne ferait que gâcher la surprise. »
    Il lui coula un regard entendu.
    « Je n'en doute pas. Et qu'as-tu fait de George ? Il est toujours "là-bas" ? »
    « On me demande toujours ça, c'est quand même dingue », fit Fred avec un air faussement outré. « Je ne suis pas responsable de ce type. Si on continue à m'interroger sur toutes ses activités, je vais finir par me demander si lui et moi n'avons pas quelque chose en commun. Qu'est-ce qui fait croire aux gens que nous nous fréquentons ? »
    Malgré ses efforts, Hermione ne put s'empêcher de sourire. Un ange passa.
    « Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai une nuit de sommeil à rattraper, moi. Salut, amuse-toi bien », dit-il à l'adolescente en jetant un regard sur les soixante-huit centimètres de parchemin qu'elle avait déjà rédigés.
    Il se leva et disparut dans l'escalier menant au dortoir.
    Notre héroïne se tourna vers Ron, qui, la tête posée sur la page vingt-trois des Cent Potions Indispensables en Voyage, était reparti pour le pays des rêves. Elle se surprit à ressentir de l'attendrissement tandis qu'elle l'observait ronfler.
    Hermione se leva sans bruit, s'approcha de la fenêtre la plus proche. Le ciel avait maintenant viré au gris clair : l'aurore était passée, mais le soleil se faisait encore trop timide. Tandis que le parc se réveillait doucement sous une fine rosée, Granger repensa à la première fois qu'elle l'avait traversé. A la première fois qu'elle avait pénétré dans la cabane de Hagrid. A la première fois qu'elle avait foulé le perron de l'imposant château. A une énième reprise, elle se sentit tomber des nues en se remémorant le chemin parcouru depuis que, tremblante mais hâtive, elle avait pris le Poudlard Express pour la toute première fois. La vie est remplie de premières et de dernières fois. Ce qu'il y a entre les deux, c'est secondaire, c'est tout juste bon à faire des catalogues de souvenirs qu'on feuillette dans sa tête lorsqu'on est trop vieux pour les premières fois. Il arrive que ces intermédiaires se révèlent plutôt insignifiants ou, au contraire, qu'ils donnent le vertige ; mais quoi qu'il en soit, sur le moment, on ne les ressent jamais avec l'intensité qu'il faudrait. Il y avait eu la Pierre Philosophale et Nicolas Flamel, et puis l'échiquier, l'ami Touffu et ses trois charmantes têtes. Il y avait eu les pétrifications, les accusations, le Polynectar et la découverte salutaire de l'existence du Basilic. Sans compter le Retourneur de Temps, une spectaculaire double évasion et les livres qui vous mordent dès qu'on veut les toucher. Il y avait eu le Tournoi, la peur, le kidnapping de Harry, et puis la peur encore. La peur revenait souvent dans cette vie étrange. C'est l'une des émotions les plus intenses, certes désagréable, mais une émotion qui vous fait réaliser que vous êtes vivant. Maintenant, le quotidien, c'était Ombrage, les réunions de l'AD et les douleurs inquiétantes de Harry... Lui disait que ça allait passer, que le fait que sa cicatrice le fasse souffrir était banal et habituel... Mais qu'en était-il vraiment ?
    Hermione sentit une main se poser sur son épaule. Elle se retourna doucement, remonta le long du bras, de l'épaule, contempla les lunettes, les yeux verts, la cicatrice. Une fois de plus, elle sourit ; et, retournant s'asseoir devant son parchemin, elle décida de laisser les digressions mélancoliques à ceux qui en avaient le temps.



    03 :: hors jeu.

    Comment avez-vous connu le forum ? Partenariat avec FF. En fait j'étais déjà passée sur ce forum y'a un bout de temps mais... Je sais plus comment j'étais tombée dessus.
    Pourquoi vous-êtes vous inscrit ? Aspect sympa et original, une intrigue agréable... Pis j'étais motivée pour jouer Hermy 8D.
    Comment trouvez-vous le design ? Très jouli. J'aime <3.
    Avez-vous lu l'intrigue ? Yep.
    Avatar : Emma Watson.
    Code : CODE OK SIMON


Dernière édition par Hermione Granger le Mar 10 Juin - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]   Mar 10 Juin - 17:49


    Fiche terminée.
    En espérant que tout convienne (:
Revenir en haut Aller en bas
Simon Carter
Serdaigle [Admin]
Serdaigle [Admin]


Masculin Nombre de messages : 559
Age : 26
Année : 5 ème année
Date d'inscription : 28/12/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]   Mar 10 Juin - 18:54

Bonjour Hermione !!

Très bonne fiche, j'aime beaucoup la partie "Années passées à Poudlard" :clap:

Tu pourras jouer quand tu auras le bon code ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]   Mar 10 Juin - 19:51


    Mercii (:
    Pour le code, désolée ^^' j'édite tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Simon Carter
Serdaigle [Admin]
Serdaigle [Admin]


Masculin Nombre de messages : 559
Age : 26
Année : 5 ème année
Date d'inscription : 28/12/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message:
MessageSujet: Re: « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]   Mar 10 Juin - 19:55

Ok ^^

Amuses toi bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « miss know-it-all. » [ G R Y F. ]   Aujourd'hui à 19:39

Revenir en haut Aller en bas
 
« miss know-it-all. » [ G R Y F. ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» miss petite bergere pot de colle ( evreux 27)
» Haïti Couronne une Nouvelle Miss
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» Miss Haïti prendra d'assault Miss Univers le 23 Août!
» L'anniversaire de Miss Gwenny !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: FIRST :: oh, c'est ici les présentations ? :: LES ELEVES :: REPARTIONS TERMINEES-
Sauter vers: