AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De retour... Pour vous jouer un mauvais tour ? [Libreee]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Parvati Patil
Gryffondor
Gryffondor


Féminin Nombre de messages : 2484
Age : 23
Année : 6ème Année
Amour : Qu'est-ce ?
Passions : S'amuser avec Luna ^_^
Date d'inscription : 08/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Quelqu'un aurait vu mon ombre, mon amie de toujours ?
MessageSujet: De retour... Pour vous jouer un mauvais tour ? [Libreee]   Ven 4 Jan - 1:03

H.J : Je sais, titre qui en dit long sur le mental. Mais que voulez-vous ? Lorsqu'on entend que ça à la maison, faut s'y habituer. Razz

Les nuits, depuis fin Décembre semblaient avoir été rudes pour les habitants du Royaume-Uni, tant du côté Moldu que Sorcier. Celle du 2 au 3 janvier, n'en avait pas fait exclusion. D'ailleurs, une habitante du château depuis maintenant cinq années de bons et loyaux "services" ; résident dans la Salle Commune des Gryffondor, l'avait trouvé bien plus que fraîche.

"Qu'est-ce qu'il caille ici !" Avait été sa première parole, lorsqu'elle était arrivée dans son dortoir, désespérément vide, la veille au soir.Effectivement, les doirtoirs, habituellement chauffés, contrastaient nettement avec la douce chaleur de la Salle Commune. Frissonante, la jeune Indienne était restée pendant un instant devant la porte, grande ouverte de son dortoir, se demandant si elle ne ferait pas mieux de dormir sur le pas de cette dernière. Cependant, elle se résigna à entrer, son chaton, tentant veinement de se réchauffer entre les jambes de sa maîtresse. La fatigue n'était donc en rien la raison pour laquelle elle avait froid, et celà la rassurait un peu. Le décalage horaire, plus les heures de trajets, ne facilitaient en rien son confort.

Certaines personnes auraient pû se demander à quoi servait son transplanage d'escorte. Après tout, elle l'avait bien utiliser à plusieurs reprises, sans être réellement escortée. Cependant, cette fois-ci, c'était différent. Pour l'aller, elle l'avait utilisé, en compagnie de sa grand-mère, résidant à Londres du côté Moldu. Cette dernière avait voulu quitter le pays, certainement à cause du Ministère. Cependant, lors du transplanage, une main s'était refermée sur le bras de la vieille femme, et heureusement pour elle que sa petite fille eut été compétente en magie, sinon, elle y serait certainement restée. Arrivées en France, sa grand-mère se demandait déjà comment elle allait revenir, alors que la jeune Gryffondor répondait d'un haussement d'épaules. S'il le fallait, elle resterait en France. Elle n'avait pas oublié les souffrances que lui avait infligé Ombrage et était loin de les oublier. "Sans coeur", on aurait pû la qualifier comme telle. Après tout, elle devait bien avoir des amis dans son école ? Pourtant, elle n'en voyait aucune trace. Plus le moindre élève qu'elle connaissait ou appréciait semblait loger au château, la tyrranie de cette femme, vêtue de son cardigan rose écoeurant semblait avoir fait fuir tous les résidents. Les cours n'avaient même plus lieu d^'être, et c'était l'une des seules choses pour lesquelles elle restait là-bas, sauf en périodes vacancières.

Les autres raisons, elle les avait fourré à l'intérieur d'un tiroir, dans sa chambre, là où résidait au début sa grand-mère paternelle. Cette dernière avait quitté le pays pour aller rechercher sa petite fille, la dernière qu'il restait dans la famille. Depuis à peu près un an, la jeune Indienne n'avait plus de mère, ni de soeur. Son père ayant divorcé avec sa mère, elle ignorait s'il était encore en vie, et ne cherchait pas à le savoir. Partie deux semaines avant les vacances, elle n'était revenue que deux jours avant cette date, à cause des moyens de transports moldus. So,n seul moyen pour payer le train au retour avait été de travailler pendant les vacances dans une sorte de "restaurant", dit à l'Américaine, pûrement moldu. Elle y avait gagné assez d'argent Moldu pour prendre l'avion avec ses valises et son chat, laissant derrière elle sa grand-mère. Cette dernière, n'étant plus très jeune à présent, avait eu du mal à rester debout à l'aller, pendant le transplanage. Elle avait insisté pour accompagner sa petite fille à la gare, mais cette dernière ne souhaitant pas mettre la vie du seul être proche qui lui restait en danger, avait préféré sortir par la fenêtre la nuit, dans les environs de 3 heures du matin. Elle avait laissé derrière elle, une lettre qu'elle adressait, bien sûr, à sa grand-mère, pour la rassurer.


Pour en revenir à son retour à Poudlard, elle ne l'avait pas trouvé trop froid, bien que le pays fut plus frais que celui dont elle était partie. Arrivée dans son dortoir, cependant, de l'eau avait filtré des fenêtres qui avaient dpu rester ouvertes pendant quelques jours, et qu'un Elfe de Maisons avait eu la gentillesse de refermer. Portant sa valise dans la main, son sac à dos dans l'autre et son chat vagabondaant dans les pattes, elel n'avait pas vu le sol, quelque peu verglassé. Elle posa alors le pied sur la latte du parquet et glissadans tout sa longueur. Son chaton, ayant manqué de peu de se faire écrase, observait la scène avec horreur. Parvati, une main refermé sur la hanse de son sac et l'autre sur sa valise, avait fait une figure de gymnastique extraordinaire. Un grand écart comme celui-ci ne se voyait pas tous les jours. Cependant, si elle restait coincée ainsi, elle aurait peut-être la chance d'avoir des spectateurs, autres que son animal de compagnie. Elle avait alors lâché ses bagages et s'était laissée tomber de côté pour pouvoir resserer ses jambes. Prise de courbature, elle n'avait plus si froid que ça. Pour se relever, elle avait dû s'appuyer sur son lit. N'ayant pas envie de ranger ses affaires alors qu'lele souffrait de courbatures à présent et qu'elle était épuisée, la jeune Gryffondor se glissa dans ses draps glacés, dont on avait retiré la couverture. Elle s'était promis de tout ranger et remettre en ordre le lendemain. En attendant, elle se contenterait de la chaleur que lui produirait s abaguette, lançant un sortilège pendant une durée de deux heures pour la nuit.

Chose promise, chose dûe, le lendemain, à sept heures pétantes, la jeune Indienne se leva. Ayant oublié pendant un lapse de temps sa plaque de verglas de la veille, elle posa les pieds à terre et tomba en avant, se A vairattrappant avec ses mains.
"La poisse !" Avait-elle pesté. Ne tenant plus, elle fit quelques cercles avec sa baguette au dessus de ces plaques, puis en aspira l'eau avec son outil de travail. Après un rangement et de nouveaux matériaux à l'aide de sa baguette -ce qui lui avait pris une bonne heure-, elle descendit prendre son petit-déjeuner, après s'être lavée, habillée, puis coiffée.Dans la Grande Salle, Parvati remarqua qu'il y avait plus de monde qu'à son départ à toutes les tables. Espérant que celà resterait ainsi, elle s'installa à la table de sa maison, pris un croissant et du lait chocolaté, puis le dégusta. Ne laissant aucune miette sur la table à l'aide de sa baguette, elle décida de sortir prendre l'air.

Arrivée dehors, elle sentit la neige lui tomber sur les épaules, ce qui la fit rire. Un rire joyeux, sans pour autant laissé échapper trop de décibels.
Elle trouva assez rapidement une place, au pied de son arbre favoris, assez près du lac. Le sol était d'un blanc scintillant, qui lui faisait penser à de la mousse. Son vieux sac à dos bleu ciel à présent en contact avec la neige, elle en sortit des livres sur lesquels elle jeta des sortilèges pour éviter que les feuilles ne deviennent trmpées ou encore que l'encre dégouline. Sa gaieté n'était pas seulement dûe au chant des oiseaux, à cette merveilleuse neige, ou encore à son retour dans son "chez-elle", mais aussi le fait qu'Ombrage était enfin partie. Certainement pas définitivement, malheureusement, mais laisser le Concierge s'occuper du château était pour elle une grande joie. Elle se ferait un plaisir de le martyriser. Alors qu'elle n'avait plus vraiment froid, elle retira son manteau, qui laissa révéler un haut rouge bordeaux à manches trois quart, ainsi qu'un jean un peu trop long pour elle, mais celà ne lui importait que peu. Ses cheveux d'un noir de jais étaient impeccables, et laissait voir une longue tresse qui descendait dans son dos. Plongée dans son livre, elle n'entendit pas une personne arriver, alors que ses doigts se refermaient de temps à autre sur un pendentif, marqué d'un "J" et d'un "P".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
De retour... Pour vous jouer un mauvais tour ? [Libreee]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...
» Dimitri - Nous sommes de retour, pour vous jouer un mauvais tour.
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour #SBAFF#
» Je suis de retour ! Pour vous jouer un mauvais tour ! //BUISSON//
» Je suis de retour - pour vous jouer un mauvais tour! | Sam & Yoko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: OUTDOOR :: le parc-
Sauter vers: