AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Moi, Toi, & le Lac {PV}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ashley Davis
Poufsouffle
Poufsouffle


Féminin Nombre de messages : 1856
Age : 25
Date d'inscription : 20/06/2006

•Perso•
Niveau: 2
♣Message:
MessageSujet: Moi, Toi, & le Lac {PV}   Dim 7 Oct - 0:36

ASHLEY - « Elle me va bien? »
ÉLAINE - « Beaucoup trop courte… »
ASHLEY - « Là n’est pas la question! Je t’ai demandé si elle m’allait! »
ÉLAINE - « Bah tu sais... J'ai jamais vraiment aimé le denim. »
ASHLEY - « Fais juste répondre, bon sang!! »
ÉLAINE - « ...Oui, t'es super jolie, Ash'
Et oui, cette jupe te va à ravir! »

    ET Ashley lui adressa un léger sourire satisfait, avant de se regarder, pour une énième fois, dans le petit miroir de son dortoir. La brunette venait d’enfiler une jupe en denim, exagérément courte, et se regardait dans la glace, sans être convaincue qu’elle lui allait. Continuellement complexée par son apparence physique, elle avait jugé bon de demander conseil à Élaine, une fille de Poufsouffle qui ne lâchait plus, depuis qu’elle avait osé remettre les pieds dans l’école. La petite blonde de cinquième année était assise sur le lit d’Ashley, les mains sous les cuisses et elle regardait Ashley qui se plaignait depuis une bonne heure, sans broncher. Elle appréciait tellement la jeune femme qu’elle supportait touts ses crises d’angoisse et faisait même tout son possible pour lui venir en aide, sans même se rendre compte qu’Ashley avait, en fait, du mal à la supporter. Tout compte fait, Miss Davis avait de grandes difficultés à endurer qui que ce soit, depuis peu de temps. Elle en avait tellement marre de se trouver à Poudlard que plus rien ne comptait à ses yeux, ou du moins, c’est ce qu’elle se tuait à se faire croire. Depuis que la jeune femme avait osé regarder dans le miroir de la Salle Du Miroir du Riséd, elle était un temps soit peu ébranlée, et ne cessait plus de penser aux apparitions qu’elle avait eut le malheur de voir. Dans un soupire qui démontrait sa mauvaise humeur, elle se laissa tomber sur le lit, près d’Élaine et elle retira sans gêne la chemise imposée par l’école qu’elle avait portée toute la journée, lors des cours qui étaient maintenant terminés, par chance pour les élèves qui se trouvaient à être épuisés par cette dure semaine. Balançant le haut de son uniforme dans un coin de la chambre, découvrant par le même moment un soutien gorge rouge, la jeune femme resta un moment étendue sur le lit, à fixer le plafond, à tenter de trouver une occupation valable pour le reste de la soirée. Élaine, comme par immaturité, rougie devant le manque de gêne d’Ashley, puis elle détourna le regard, pour observer le dortoir en désordre de la brunette. Ashley avait cessé de faire le ménage, elle n’y voyait plus l’intérêt. Des vêtements de toutes sortes gisaient sur les plancher, des morceaux de parchemins étaient réduits en boulettes bien serrées, et ses livres étaient éparpillés; Élaine se leva pour entreprendre un petit nettoyage. Ashley se redressa sur ses coudes, la regarda en haussant les sourcils, puis se relaissa tomber sur le sol. Peut-être cette jeune blondinette allait-elle avoir du bon, après tout. Si elle se mettait à jouer les femmes de ménage, Ashley n’y verrait aucun inconvénient. Elle croisa les bras sur sa poitrine, poussa un nouveau soupire puis ferma les yeux. Ce qu’elle pouvait avoir envie d’être à l’extérieur en ce moment. Avec quelqu’un qu’elle aimait. Sur qui elle pouvait compter. Mais non. Depuis son retour, la jeune femme, trop orgueilleuse, n’avait osé parler à personne. Pas même Gryffon, joli jeune homme de Gryffondor qui fut jadis son meilleur ami. Non. Silencieuse comme une tobme, elle se montrait par moment discrète, par moment exécrable. Et elle endurait jour après jours Élaine, ou encore Tibby. Au moins, Tibby était une fille agréable avec qui parler. Bref. Elle se redressa de nouveau sur ses coudes, puis posa son regard amusé sur Élaine, qui était entrain de plier soigneusement ses vêtements, et qui rangeait par le même moments ses uniformes pour les cours. Levant les yeux au ciel, Ashley pouffa de rire; cette gamine était vraiment trop idiote. Elle se racla légèrement la gorge, comme pour lui faire rappeler sa présence, puis sur un ton détaché, elle s’adressa enfin à Élaine.

ASHLEY - « Je crois que je vais aller faire un tour. Si tu veux continuer mon ménage, te gênes pas. »
ÉLAINE - « Commence plutôt par t’habiller tu veux? »

    ET sur ces mots, elle lui envoya par la tête un joli chandail blanc à longues manches, à l’encolure en V à grande envergure. Ashley baissa les yeux sur le petit soutien-gorge rouge à balconnets qu’elle portait, puis sourit de nouveau, avant d’arquer le sourcil droit. Vraiment, Élaine était une jeune femme très pudique, ce qui était le total contraire d’Ashley, qui malgré ses ‘complexes’ était très à l’aise avec son corps. Elle enfila tout de même le chandail qu’Élaine venait de lui donner, à la va-vite, dans un petit air amusé et elle se leva à contre cœur, question de se remuer un peu. Elle savait que bon nombre des élèves à ce moment précis veillaient entre eux, ou du moins, commençaient à se regrouper pour la soirée. C’était vendredi soir, le week-end leur ouvrait ses portes, il était naturel que tous veuillent profiter pleinement de ce temps de répit qui leur était offert sur un plateau d’argent. La soirée s’annonçait belle, alors autant s'en délecter. Simplement trois jours et les cours reprendraient. Elle se regarda une nouvelle fois dans la glace, s’examinant en tout point et en vint aux même deux conclusions qu’Élaine; la jupe était trop courte, mais elle lui allait bel et bien à ravir. Elle renvoya d’un geste machinal sa longue chevelure derrière son épaule, adressa un nouveau sourire presque compatissant à l’intention de la blondinette, qui était à présent à quatre pattes sur le sol, entrain de ramasser tous les morceaux de papier qui le jonchait. Elle plongea avec lenteur ses petits pieds dans des ballerines blancs, s’agençant avec son chandail, puis elle regarda par la fenêtre. Elle devait à présent se débarrasser d’Élaine, sans se montrer brusque. Et elle ne fit que se sauver en douce, laissant l’autre Poufsouffle à ses occupations. Et qui sait. Peut-être que sa chambre sera propre lorsqu’elle entrera de sa petite ballade dans le parc? C’est ce qu’elle espérait. Éternelle flemmarde, elle ne comptait pas ramasser derrière elle. Elle descendit les escaliers qui menaient à la salle commune, de façon gracieuse, puis elle s’arrêta près d’un petit groupe d’élèves, pour les saluer. Du genre très sociable, bien qu’elle reniait cette facette de sa personnalité, elle n’avait put s’empêcher d’arrêter sa route, en quête de nouveaux potins à savoirs. Maryse aimait bien Luke. Oui, elle le savait déjà. Ombrage n’était qu’un crapaud des plus désagréables! Oui, ça aussi, elle était déjà au courant. Un jeune homme qu’elle n’avait même jamais croisé avant vint la serrer sans ses bras, sans prévenir, en posant un baiser sur sa joue, puis il éclata d’un rire grave, avant se retourner vers ses copains. L’un deux afficha un large sourire, en levant les deux pouces en signe de victoire, puis il fit signe au jeune homme de venir les retrouver. Docile, celui-ci adressa un clin d’oel à Ashley, avant de repartir aussi vite qu’il était venu. Étrange, dites-vous? Ashley, rougissant légèrement le regarda en haussant les épaules, puis reporta toute son attention vers le groupe de filles qui papotaient de tout et de rien. Bien qu’elles lui demandèrent de passer un moment avec eux, la jeune femme refusa poliment, avant de disparaître dans le couloirs des sous-sols.

    LA soirée était magnifique, ainsi que le coucher de soleil, qui amorçait sa descente derrière les montages lointaines. Les teintes qu’avait prit le ciel étaient les seules lumières du jour restantes, ce qui créait un spectacle à couper le souffle. La jeune femme marchait d’un pas lent, comme elle avait coutume de le faire, et elle était une fois de plus seule. Elle ne faisait que profiter de cet instant de solitude, où la brise était fraîche, mais des plus agréables, elle savait que bien vite le rigoureux hiver s’installerait, et elle était bien placée pour savoir à quel point cette saison s’avérait repoussante. Ses deux mains allèrent trouver refuge dans les petites poches arrière de sa jupe en jeans, alors qu’elle déambulait dans certains sentiers déjà dessinés sur le sol froid du Domaine de Poudlard. Elle ne savait aucunement où arrêter sa route. Que faisait-elle là, d’ailleurs? Elle observa un moment les derniers rayons de soleil qui miroitaient à la surface du lac et cette vue lui fit retrouver son sourire de tous les jours. Elle s’approcha de l’eau qui s’agitait doucement sous la légère brise, et elle se stoppa au niveau des galets irréguliers qui ornaient la berge. Ses cheveux soyeux et légèrement ondulés volaient souplement au gré du vent, tombant en cascade derrière son dos, ses yeux étaient brillants, sous l’effet de l’amertume qui s’éprenait d’elle, pour une nouvelle fois dans la journée. Des éclats de rire lointain parvinrent à la sortir de ses rêveries, lui rappelant qu’elle n’était pas la seule en bordure du lac. Les autres élèves étant beaucoup trop pour qu’elle puisse les apercevoir, elle ne daigna même pas se retourner. Pourquoi est-ce que tous les endroits dans cette école lui remémoraient un flot de souvenirs? Était-ce possible, pour une fois, d’avoir la paix? De pouvoir se rappeler de bons moments? Allait-elle un jour pouvoir s’arrêter et penser, en souriant et se dire.. Ceci était le plus beau jour de ma vie…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moi, Toi, & le Lac {PV}   Dim 7 Oct - 2:45

MAX' : «Tu pensse que je m'y adapterais de nouveau ici?? »
BRYAN : «Pourquoi tu t'y adapterais pas Max', tu es ici depuis ta première et tu reviens, c'est juste un simple retour, alors ne t'en fais pas et reste toi même, tu as toujours été super envers tout le monde, les gars autant que les filles mon vieu!»
MAX' : «Oui, mais si...»
BRYAN : «Arrête avec tes «Si» et tes «Mais» là et fais se que ta toujours faite de mieux, être toi même!!»
MAX' : «Ouais, tu as surement raison, j'espère juste que je vais pouvoir revennir sans problème et m'integrer de nouveau dans le groupe, sans problème, je ferais se que tu ma conseiller, être moi même, et si ils n'aiment pas, alors qu'ils ayent voir ailleur....»
BRYAN : «Enfin je retrouve mon Max'!!»

C'est donc à se moment que notre jeune Poufsouffle sut que sa maison était belle et bien àa Poudlard, le moment qu'il était partie, il avait alors vieillit, mais ses penssers n'était que poussière et les visions envers tout plein de choses avait changer, son integrité serait-il aussi facile que quand il était arrivé le premier jour dans la somptueuse école de Sorcellerie?? Peut-être bien ou peut-être bien que non, la seule manière pour que Maxence redevienne quelqu'un qui pour lui tout le mond ele connaissait dans son entourage, il devait se réintégrer et faire se qu'il pouvait faire pour que le monde l'apprécie de nouveau, il y en aura surement qui ne voudrons plus rien savoir de lui, mais d'autre peut-être que oui, on ne ces jamais... La seul raison que notre jeune sorcier était revennue dans cet endroit était que son ami, meilleur ami Bryan l'avait pousser à revennir à Poudlard, de un, Maxence était sorcier et non un gnome, avec affirmation et il devait finir l'école, ne pas laisser tombé tout pour des simples raisons qui l'avait poussé à partire plus tôt et d'autre, qu'il n'avait aucune autre famille que Poudlard en dehors de cette établissement, oui il aurait put très bien se débrouiller, mais tout seul, non bien évidament il avait Bryan, mais se jeune homme, lui qui était fidèle envers leur amitié, lui qui était son meilleur ami depuis presque toujours, l'avait poussé à revennir ici pour ses simples raisons qui n'était des plus idioites, s'est bien vrai que si notre jeune emo serais pas revennue, il aurait eu une vie bien différente que avec les poufsouffles, que dans l'école de sorcellerie... Alors pour surement d'autres raisons inconnues, Maxence arriva dans la grande salle de poufsouffles, le monde qui bondait le milieu chuchota entre eux des phrases que Maxence gardera toujours étrangement inconnue et d'autre lui sourit et s'approcha sans ésitance vers le jeune emo, lui serra la main ou bien lui fit la bise, il ne s'attendait, mais oh que non, il ne s,attendais que de loin d'une entrer de se genre aujourdhui, par un beau coucher de soleil un vendredi soir... Lui qui ne sut quoi faire en rentrant, ne fit que sourire au gens qui vint le voir, leur dire bonjours et revoir des visages familiés, d'autre des ami(e)s proches et d,autre des personnes avec qui il ne s'attendait guère. Il n'était sur de rien en rentrant ici et n'était toujours pas rassuré rentrer dans le coin des Poufsouffles, mais il devait passé cette épreuve et il le savait, alors maintenant reculer serait lâche, alors avancer, serait un stress à passer, se que Mex' fit, il regarda le monde d'un regard bien indifférent et se dirigea vers le dortoir des garçons avec Bryan....

Deux trois jeunes hommes avaient suivit Maxence vers les dotoirs, Max' ne savait pas rop pourquoi ils l'avaient suivit, mais il fit comme si il ne l'ait avait pas remarquer avant de mettre ses valises sur son lit, regardant autour de lui, en faite plus son coin de lit, qui était toujours le même depuis qu'il était partie, ses livres sur son lit, des feuilles trainaient un peu partout sur son bureau et des vêtements de l'école y était installer au bout de son lit. Il se passa une main dans sa franche qui lui cachait une partie de son visage avant de regarder enfin les trois autres garçoons, avec un simple regard, ils partient du dortoir pour laisser seul Bryan et Maxence, le jeune emo regarda son ami, sans trop quoi dire, il leva les yex un moment et détourna le regard de son meilleur ami pour le diriger en direction de la fenêtre, il faisait beau et sa lui tentait pas de suite de défaire ses valises, mais quand il se retourna, Bryan était entre de le faire, il rigola, toujours pareille celui-ci , entrein de faire tout ce que Maxence voulait pas faire, il lisait t-il dans ses pensées??? Ca par exemple, il le saura JAMAIS^^.
Maxence regarda alors Bryan... Il voulait sortire, prendre un peu d'aire, sa lui ferais de grand bien , sortire et revoir son environnement avant de reprendre les cours.


MAX' : «Je crois que l'air me ferais du bien... Je vais sortire... Et si tu veux continuer pour ma valise, pas de problème, tu peux même faire le reste de mon coin!»

Maxence rigola à sa réplique avant de continuer son chemin pour sortire à l'extérieur... Il regarda toujours devant lui, sans se soucier des regards en sa direction, il sortie tranquillement de la grande salle de Poufsouffle pour contourner les couloirs et descendre en direction de l'extérieur, il faisait splendide, le couché de soleil était au rendez-vous, le jeune emo était habiller d'un chemisier blanc avec une cravate rayez noir et blanc, la laissant un peu détaché, avec un pentalon noir, une ceinture de stod à ses hanches et des souliers vans à ses pied carroter noir et blanc.
Il faisait frisquait à l'extérieur, Max mit alors sur ses épaules une veste qu'il s'avait emporter bien évidemment si il faisait un peu froid, il regarda le ciel avec une attention particulière, et dirigea alors son regard vers le couché de Soleil, quand il baissa la tête vers cet endroit, il remarqua au loin, une jeune femme qui était près du lac, savourant se moment qui était plus que époustoufflant, il savait qui s'était par simple regard envers elle et quelle était préfete de leur maison, Poufsouffle, il s'approcha doucement de celle-ci, d'un pas lent, mais d'un pas qui était lon d'être nonchalent.
Rendu prèes de celle-ci, il garda une distance derrière elle, un petit sourire au coin de ses lèvres pulpeuse et rosée, il regarda un moment le lac, les refles du soleil qui s'en allait dormire, sur l'eau vascillent sur la berge. Après un moments de regards interessés sur le soleil, il prit la parole en direction de la jeune prefète.


MAX' : «J,aimerais bien être un soleil, pour la simple et belle raison que rien ne peux t'arrêtr d'ensoleiller les jours que tu veux...»
Revenir en haut Aller en bas
Ashley Davis
Poufsouffle
Poufsouffle


Féminin Nombre de messages : 1856
Age : 25
Date d'inscription : 20/06/2006

•Perso•
Niveau: 2
♣Message:
MessageSujet: Re: Moi, Toi, & le Lac {PV}   Dim 7 Oct - 4:58

    « JE t’aime » Ces mots si souvent prononcés en toute insouciance, sans jamais être véritablement justes. Ces mots dits dans des circonstances quelconques. Trois mots bien simples qui parviennent à faire battre certains cœurs à la chamade, ou encore à l’unisson. Ils sont la pour rassurer. Ils sont là pour donner espoir, pour redonner courage. Ou pour faire progresser. Mais que veulent-ils vraiment dire? Sont-ils vraiment aussi forts et sincères, dans l’ensemble de leur innocence. Une analyse qui méritait d’être faite. Une analyse qu’Ashley s’acharnait à réaliser depuis plusieurs minutes. «Je t’aime.» Qu’est ce que ça pouvait bien signifier? Était-ce une promesse? Ou encore un douloureux coup de poignard… Certains viennent, entrant dans votre vie sans en avoir la permission. Sans attendre un signe d’approbation. Ils viennent, accomplissant leur travail de bourreaux et repartent. Disparaissent. La jeune femme réfléchissait. Qui était-elle? Que voulait-elle? Pour une première fois, elle s’attardait vraiment aux points importants de la vie qu’elle menait. Les questions se bousculant dans sa tête ne se rapportaient à personne en particulier. À aucun événement, rien. À moins que. À moins que son passé ne vienne la hanter? Non. Non, pour une fois, ce n’était pas le cas. Elle pensait au futur. Elle tentait de trouver des réponses. Elle voulait savoir. Tout savoir. Et les nuits où elle s’endormait, seule dans la pénombre, elle aurait voulu pouvoir demander « Tu seras là à mon réveil?». Elle voudrait pouvoir avoir celui à qui elle pourrait demander « Tu sauras me protéger? » Mais qui était là? Qui emplissait ce rôle de protecteur chez elle? Qui pouvait aider cette jeune femme à la sensibilité élevée à surmonter toutes épreuves? Elle était seule. Mais elle ne se morfondait pas. Non. Là n’était pas son genre. Elle ne se morfondait pas, mais elle se demandait. Elle ne faisait que se poser la question, et se contentait d’être apeurée. Elle se contentait de ne savoir que faire. Elle pensait. À eux. À lui. À elle, à lui. Son frère. Sa mère. L’homme de ses rêves irréalisés. Ses désires qu’elle n’osaient pas visualiser.

    ET elle pleura. Un long moment. De chaudes larmes glissèrent le long de ses joues rosies par le froid, et elle ne fit même pas l’effort de les chasser d’un geste de la main. Elle n’en avait même pas le courage. Elle n’avait plus le courage pour rien. Elle ne voulait simplement plus se poser toutes ces questions. Elle ne voulait plus être là pour se demander ce qu’elle allait finir par devenir. Il y existe de ces périodes où vraiment, les jeunes en viennent à déprimer. Sans savoir ce qui les entoure, ils craquent. Ils ont peur. Peur de l’avenir. Peur du passé qui les hantent. Ou peur du présent au travers lequel ils doivent traverser tous les jours de leur existence. Et Ashley traversait cette crise d’angoisse. Rien avoir avec une dépression. Rien avoir avec la perte de l’envie de vivre. Elle ne faisait que laisser d’incontrôlables peurs la submerger sans retenue, et elle ne fournissait pas le moindre effort pour se débattre. Les sanglots ravageurs animaient son corps menu. Oh, elle aurait tellement voulu qu’il soit là. Qu’il la prenne dans ses bras. La réconforte. Qui? Peu l’importait. Simplement qu’une personne digne arrive à lui redonner confiance. Quelqu’un qui soit apte à répondre à tous ces pourquoi. Et enfin, elle se passa une main dans le visage, sur les joues, et elle les sécha, dans un succès qui ne fut pas très fructueux. Elle pleura. Encore. Le soleil se couchait, sans même se soucier qu’elle, elle ne voulait pas voir la nuit arriver. Et la lune se levait, dans toute son innocence, prête à éclairer de ses doux rayons ceux qui avaient besoin d’une lumière. Ceux qui avaient besoin d’être éclairés. Ceux qui étaient comme Ashley. Elle se passa les mains sur ses cuisses dénudées, sous l’emprise du froid. Le lac lui semblait d’un coup si invitant. Là, sous ses yeux, elle y aurait volontiers sauté. Elle aurait vraiment voulu s’y baigner, pour s’assurer que tous ses tourments puissent se noyer. Se noyer et se perdre dans les flots du manteau glacial de ce la noir. La rage de larmes qui l’animait précédemment se calma lentement, et de simples larmes délicates et silencieuses continuèrent de dégringoler le long de ses joues boursouflées, pour terminer leur route au coin de ses lèvres tremblotantes. Elle leva les yeux au ciel, dans un soupire mal contenu. Elle devait à tout prit retrouver espoir. Retrouver espoir par elle-même, sans l’aide des trois mots. La poignante envie de retourner au château pour se cloîtrer dans sa chambre s’éprit d’elle et pourtant, elle du se résigner. Des pas s’approchaient. Tout près d’elle. On venait. Et on l’a rassura. Comme un enfant a besoin de sa mère. Et elle se blottit dans ses bras, sans même le connaître, recherchant le confort. C’était le garçon de la salle commune.


- « Tout ira bien. C’est une promesse. »


    ET elle ne sut quoi répondre. Elle resta là. Il fit de même. Elle pleura contre son épaule. Il la serra. Puis il partit, sans un mot de plus. Elle le laissa partir, elle n’aimait pas les promesses. Elle avait apprit à se méfier des promesses, avec le temps. Tant de fois on l’avait bernée. Tant de fois des choses lui avaient été promises. Et tant de fois elle avait été déçue, détruite et prise au dépourvue. Et pourtant, pour une fois, elle y crut vraiment. Elle sut que tout irait bien. Car pour une fois, elle parvint à faire confiance. Le vent vint de nouveau rabattre ses cheveux devant ses yeux, les voilant un bon moment, l’empêchant de voir devant elle, et lui permettant de se calmer, pour enfin retrouver une respiration des plus normale. Les larmes qu’elles avaient versées n’étaient plus que souvenirs, et seuls ses yeux rougis parviendraient à prouver les tourments qui l’avaient habitée pour ces interminables minutes. Elle marcha sur la berge, très près de l’eau et même, des vaguelettes virent terminer leur chemin en s’écrasant sur ses chevilles dénudées, imbibant d’eau aux algues ses petits souliers ballerines. Une odeur âcre et marine émanait des eaux sombres, poussant la jeune femme à sourire légèrement; elle adorait le lac. Elle chanta doucement, sa voix s’élevant avec une grande douceur dans des notes parfaites; elle avait une voix à faire rêver, lorsqu’elle l’exploitait à fond, mais il était rare que ses talents soient démontrés en publique. Seuls les moments d’angoisse intense permettait à la jeune femme d’extérioriser ses sentiments par le chant. Elle chanta pour lui. Elle chanta pour elle. Une mélodie douce et nostalgique, enivrante et emplie d’amertume. Mais elle se tut subitement, au même moment où ses pieds cessèrent de la suivre. En effet, elle stoppa net toute action, lorsqu’elle entendit de nouveaux pas s’approcher d’elle. Se surprenant à espérer avoir affaire au jeune homme de la salle commune, Ashley se retourna dans un tourbillon de cheveux soyeux au parfum enivrant.

    LA lune était là, mais le soleil, refusant obstinément de se coucher, était toujours bien présent, quoique dans une lumière bien tamisée. Et sa silhouette s’approcha d’elle. Grand, maigre, les cheveux noirs de jais avec une frange lui barrant le front. Un jeune homme s’approchait peu à peu d’elle, comme pour venir l’éloigner de son sentiment de solitude. Un sourire pâle effleura ses douces lèvres, la rendant d’allure magnifique, même après ce moment fort en émotion. Elle croisa les bras contre sa poitrine, recherchant sa propre chaleur corporelle, et son regard regardait toujours fixement le Poufsouffle qui approchait. Maxence. Il était beau. Très beau. C’est d’ailleurs la première chose qu’Ashley avait remarquée chez lui, jadis. Il avait un côté mystérieux qui lui allait à ravir, et sa carrure si différente le rendait irrésistible. Et pourtant, quand il s’approcha, elle le regarda différemment qu’habituellement. Elle le regarda comme un jeune homme qui lui aussi avait sans doute vécu des misères. Elle tenta de percevoir des choses qu’elle ne pouvait voir. Puis, subitement, elle se détourna. Ne lui accordant plus la moindre importance. Mais lui, audacieux, il s’approcha. Doucement. Et il était là. Près d’elle. Elle pouvait sentir sa présence, posté derrière son dos. Elle ne dit rien, se mordillant la lèvre. Allait-il parler? Il parla. Elle le regarda. Sans rien dire un bon moment. Elle aurait put lui répondre une réponse en lien avec ce qu’il lui avait dit. Elle aurait pu poursuivre dans la même palette, mais ce ne fut pas le cas. Elle lui adressa un sourire, toujours aussi pâle, quoique sincère, puis elle posa ses grands yeux verts émeraude sur lui. Sur ses cheveux de jais. Sur ses yeux, puis sur ses lèvres. Elle haussa les épaules, puis détourna rapidement son regard vers l’avant, sans lui accorder la moindre attention pour un moment. Elle se sentait vulnérable. Et elle lui offrit enfin une réponse. Étonnante, peut-être. Sans doute le jeune ne s’était-il pas attendu à des paroles pareilles, mais Ashley avait coutume d’être une femme surprenante. On ne pouvait jamais savoir à quoi s’attendre. En frissonnant, elle lui dit de sa voix douce et à peine audible cette courte et simple réponse, l’ombre d’un sourire évoluant sur ses lèvres.

« Tôt ou tard, le soleil finit toujours par se coucher.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moi, Toi, & le Lac {PV}   Dim 7 Oct - 7:03

Tout le monde a belle et bien un rêve dans la vie, nous en avons tous un, mais selon vous, est-ce que tout le monde est capable de se forcer pour son propre rêve, pour toi même?? Peut-être pas, il y en a qui vont faire tout réaliser un souvenir, un furtur, un rêve et d,autre se dise que se rêve se réalisera comme cela, juste àa y pensser, mais n'est pas là la question, on ne peu avoir un rêve réalisé sans se forcer pour, il faut toujours ce forcer pour se que l'on veux, pas necessairement pour sa, mais tout dans la vie, tes amours, tes rêverie, des moments tout simple que tu voudrais repasser qui était pour toi magique ou bien juste une pensser, tout comme des sentiments envers une personne ou un un amour si sincère, un amour si grandissant en toi que sa veux exploser, tu dois le continuer, ne jamais baisser les bras et endurer les risques, les peurs les moments si dur que tu voudrais mourire, ou bie tout simplement disparaître de où ce que tu es en se moment même, ou bien encore bien ne plus vouloir voir cet personne qui te hante depuis plusieurs nuits, jours, semaines, mois ou bien des années... Mais tu veux plus rien savoir, plus rien voir, plus rien entendre plus rien sentir, plus savoir que quelqu'un est avec toi ou pas.... mais tu garde toujorus espor pour se que tu veux depuis le début: TON rêve... tu te dis, peut-être que j'ai mis la barre trop haute pour se que je suis capable de faire, peut-être même que je ne suis guère capable de faire vraiment ce que je peux bien faire, mais que en faite, tu ne veux rien voir de ton talents, de ta persivité ou bien ta perfection envers se que t'aime vraiment... Tu te dis que tu veux trop être forte, mais que en faite tu ne remarque pas se que tu fais vraiment, que tu ne eux rien remarquer, dans ta bulle, tu veux faire à ta tête et que ta juste un but, être meilleur, mais tu sera toujours meilleur de jours en jours et seulement avec le temps, tu l'as ou tu l'as pas, mê^me avec la force de vouloir, si tu n'as pas se que tu veux en toi, tu ne pourra être des meilleures, mais si tu es née pour se destin que tu tes données, se que l'on ta donné, surement que le pouvoir sera pour toi et que ta force sera toujours là, mais pour être meilleur que tu l'ais naturellement, il faut le vouloir comme toujours, le vouloirs peu bien signifier des choses, tu peux toujours vouloirs de quoi, sans jamais l'avoir, tu veux de quoi, mais tu es telement têtu et égoïste que rien t'arpportera à vouloir se que tu veux, tu veux une affaires et tu fais tout pour l'avoir avec jouïssance et entousiasme et un jour au lendemain tu l'aura... parce que le vouloir que ta eu, la fore que tu as mit pour l'avoir était là et toujouts, mais toujours, quand tu voudra une quelconque affaire, prend courage en toi et fonce sans jamais regarder derrière toi. un jour tu veux regarder ailleur que devant la et ces là que le monde, pour toi est cruel, que rien n'es pour toi et que rien ne te vaut... mais au fond c,est que tu vois noir pour euh rien et que tu te fou de tout.... mais m**de arrêter donc de toujours vous rabaisser pour absolument rien quand vous ne savez même pas se que vous voulez vraiment, quand vous avez aucun objectif pour même se rabaisser.... Imaginez vous un jour, pris je ne sais où, mais a un endrois où vous ne voudrez jamais être par peur de vous faire mal ou bien juste parce que bous avez peur... imaginez vous là et maintenant venez essayer de vous rabaissez, nah, parce que la vous êtes dans le petrein et vous êtes déjà au plus bas, quand vous faites de plus c'et que vous voulez l'attention et cela sert à rien pour vous, car vous baisser votre propre ego et sa aide pas....
Et si la peur n'existait t-il pas... Aucune peur, tout le monde sont brave et sont des plus hauts, des plus courageux et des aimables dans le monde, que lordque tu te fais menaéc par une arme et que tu te dis que c'est rien, je vais pas mourire et je vais me battre, ayoye, vou êtes rendue loin vous la... la peur est la pour être là et que lorsque tu as peur de quelques choses, c'est faite pour que tu sois capable de surmonter cela sans aucune haine et maintenant d'être vraiment courageux, dire que tu as du courage de faire ce que tu fais et rien d'autre, que maintenant tu peux dire, tu peux te venter que tu n'as plus peur, mais d'autre peur s'installerons toujours, car ont est faite comme sa...

Dit le moi, dit moi se que te fais pleurer jeune demoiselle, se qui te rend si triste dans ses moments, dis le moi, je suis là, tout vas s'arranger, je te le promet.... des promesse, on peu les croires et on ne peut les croires, des choix et des choix toujours des choix... mais dit moi se que tu as, je suis là et je veux que ton bien....
L'amour te fais de la peine? ou tout les question qu tu te pose et que tu veux savoir de suite? que tu veux savoir ton futur... Aimerais-tu vraiment le savoir? ton futur, savoir se quei t'attend vraiment, ou bien aimerais tu garder les surprises pour toi et les découvrires au fils du temps, la est ta question, seulement toi peu le savoir....

Le soleil se coucha tranquillement sur l'eau du lac, la lune se fit voir tranquillement, les reflet blanc maintenant commencait à refleter sur les petites vagues du lac, nore jeune emo laissa voir un sourire en coin sur son magnfique visage, il laissa alors voir son visage en allant effleura sa mèche qui cachait une partie de sonv isage pour laisser voir ses yeux qui refletait par la nuit qui se ontrait le bout du nez.
Il s'approcha un peu plus de celle-ci et souria à la réplique de Ashley, elle qui était magnfique, elle que part un regard la comprenait, surement que des sentiments de ressemblance se faisait voir entre eux, des moments durs ainsi que des moments autant heureux... Il regarda Ashley, elle l'avait peut-être bien aps reconnue, Maxence revennait à Poudlard après un très long moment d'absence et revoir Ashley lui faisait chaud au coeur, mais elle... comment allait t'elle le prendre??


-Mais il se relève toujours un jours ou l'autre! Peu importe les inconvénients qu'il surmontera... Comme le monde! Il revienne toujours vers se que l'on a toujours aimer....

Il ne put s'empêcher de lui répondre, tout de même supris par la réplique de Ashley, mais il aimait tout de même que le monde fasse des réplique de se genre, du bon sens était en eux et s'était toujours interessant, Max' la regarda et s'approcha un peu plus d'elle, pour lui montrer ses très de plus près, peut-être qu'elle remarquerais, cette fois-ci...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moi, Toi, & le Lac {PV}   Aujourd'hui à 15:40

Revenir en haut Aller en bas
 
Moi, Toi, & le Lac {PV}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: OUTDOOR :: le lac noir-
Sauter vers: