AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce que vivent les roses [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rosalie Cullen
Doit se faire répartir


Féminin Nombre de messages : 416
Age : 24
Année : 7ème année
Amour : XxX
Passions : XxX
Date d'inscription : 07/01/2007

•Perso•
Niveau: 2
♣Message:
MessageSujet: Ce que vivent les roses [Libre]   Sam 6 Oct - 12:01

Je fais des AH! des OH!
Jamais ne me lasse
Par amour pour un toqué
Ne faut-il pas que
Jeunesse se passe
A quoi bon se bousculer ?
Rose commençait à fatiguer. Elle n'était plus la même depuis quelques temps. Le plus embêtant c'est qu'elle ne savait pas qu'elle en était la raison. Baisse de morale ? Ou simplement l'empilement des ces derniers évènement, de ces derniers mois qui ont achevé de la destabiliser ? Toujours est-il que ce matin, en se levant elle s'était senti terriblement lasse. C'était à peine si elle avait eu la force de descendre de son lit. Mais il fallait se secouer, elle le savait bien. Enfin... Elle allait comme toujours, que cet état passe.
Et puis il y avait Alex qui était parti. On lui avait bien dit que ce n'était pas définitif, mais elle commençait sérieusement à en douter
Déjà plusieurs mois qu'il était abscent. Serait-il parti sans lui dire aurevoir ? Un peu plus tôt, elle aurait dit Non, sans hésiter, mais maintenant les doutes la submergeait. Il fallait qu'elle arrête pendant quelques temps de penser à lui, elle se faisait du mal.
Rose avait eu 17 ans le 7 août, et elle était en 7 ème année à Poudlard. Durant les vacances elle avait perdu ses dernières marques de l'enfance. Ne restait plus jeune femme aux jolies courbes, aux cheveux blonds et aux yeux d'un bleu magnifique. Mais elle ne voyait pas tout cela, personne ne se trouvait beau. Elle ne faisait pas attention à ces gestes, ses attentions. Elle était toujours vêtue d'un jean et d'un t-shirt. Au grand dam de sa mère qui aurait aimé la voir avec des jupes ou des vêtements féminins. Tant pis ... Elle se trouvait à ce moment là dans le parc. Il y a avait un grand soleil, et malgrè les examens, elle avait décidé de profiter des derniers beaux jours. Elle était donc allongée dans l'herbe le visage face au ciel. Et ce sont els yeux fermés qu'elle pensait à tout ça... Cela faisait dailleurs un bout de temps qu'elle n'avait pas vu Parvati, Gryffon, Cedric ou Nina. Il y avait tellement de nouvelles têtes, elle s'y perdait. Dire que l'année dernière elle connaissait tout le monde. Baa, cela viendra avec le temps. Elle eut soudain envie d'écrire à son frère, disparut pour toujours mais présent dans son coeur et dans les étoiles. Elle avaut envie de lui raconter la vie sur terre, de se confier à lui comme lorsqu'elle était petite.
Elle se leva avec un intérêt renouvelé, et une fois debout, s'étira. Puis Rosalie se remit en marche vers le château, les maiins dans les poches, en observant les groupes d'élèves éparpillés par ci par là. Il était affreux de voir qu'elle ne connaissait personne, et que à la limite, c'était persque qu'elle la nouvelle ! Mais la préfète des Serdys ne se laissa pas démonter, et elle bomba le torse espérant passer tout de même inaperçut. Le soleil était rpesque blanc, en sé reflétant dans les brins d'herbe encore humides de rosée, il lui faisait mal aux yeux. Elle sortit donc de la pelouse et prit le chemin de gravillons. Elle marchait d'un pas souple presque félin sans se présser. De toute façon, personne ne l'attendait sa lettre, et depuis longtemps. Elle soupira tout en montant les marches du perron du château. Elle rentra dans le hall où la fraicheur était agréable. Elle le traversa, et monta les marches d'un pas rapide. Rose déambulait dans les couloirs pour aller à la volière. Elle ragardait les tableaux, les élèves... Tout plutôt que de penser à ... Lui... Enfin, la volière !
Elle ouvrit silencieusement la porte pour voir si elle était vide. Bingo ! Et bien. Se pouvait-il que ce fut un jour de chance pour elle ? Elle trouva un parchemin et une plus oubliée ici. Elle les prit et alla s'assoir une le rebord d'une des fenêtres sans carreaux.
Chèr Edward,
Ca ne vas pas te plaire mais laisse moi te dire que tu me manques. Je t'en vas toujours un peu de t'être tué avec autant de stupidité. Tu aurais du le savoir que tu roulais trop vite, et évitait de te croire invinscible... Enfin, c'est passé tout ça, mais la famlle ne s'en est toujours pas remis et moi non plus. Tu vois tu manques à tout le monde en faite. Je vois des yeux dans le ciel, la nuit. Les étoiles me regardent, et je sais bien que c'est toi derrière tout ça. Pas besoin de me surveiller !!! Je crois entendre ton rire en me disant que je ne suis encore qu'une enfant. J'ai quand même 17 ans maintenant. Et toi, tu me diras, pas encore 18. Ah! C'est horrible à quel point je suis remplies de tes paroles de tes gestes de tes pensées. Je te connais par coeur, c'est fou ! J'entends encore ta voix, j'ai l'impression que tu ais à côté de moi, et je dois lever la tête pour me convaincre que non...
A Poudlard c'est dur en ce moment. Je ne connais plus le quart des élèves. Beaucoup de nouveaux sont arrivés et je n'ai jamais pris la peine de faire plus ample connaissance. Mais le résultat est là, et si tu étais là tu ricanerais. Et bien oui, j'avoue, je suis de nouveau perdue. Quelle chance n'est pas ?! Arrête, tu m'énerves !C'est fou ça, même mort, tu m'agace encore. MAis qu'est ce que je t'aime mon frère...
Rose
Voilà. Elle lui avait écrit. Mais il ne la lirait jamais. C'était trop dur pour Rose, elle n'aurait jamais du faire ça. Sa tête se courba, et ses épaules se secouèrent de sanglots silencieux. Le destin d'une jeune fille seule n'était jamais très joyeux...

...............................................





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luna Lovegood
Serdaigle
Serdaigle


Féminin Nombre de messages : 288
Age : 24
Année : 5ème année
Amour : Un Sombral particulièrement argenté, pourquoi ?
Passions : Lire le Chicaneur, regarder les gens fixement
Date d'inscription : 06/10/2007

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Happy to be here
MessageSujet: Re: Ce que vivent les roses [Libre]   Dim 14 Oct - 16:09

Sun is in the sky oh why oh why ?
Would I wanna be anywhere else
Sun is in the sky oh why oh why ?
Would I wanna be anywhere else


Une belle journée s'annonçait à Poudlard. Le solei, brillant peu car il venait de se lever, éclairait le parc de Poudlard. Les arbres de la forêt interdite, plutôt sinistres, n'arrivaient pas à ôter sa beauté à cette scène au moment où les gouttes de rosée de la nuit s'évaporaient sous la douce chaleur du soleil. N'importe qui pouvait admirer le panorama magnifique qui s'étendait dans le parc, pour peu qu'il se soit levé à sept heures et ait regardé par une fenêtre.

When you look with your eyes
Everything seems nice...


Luna admirait ce spectacle, assise sur le rebord d'une fenêtre du haut de la tour des Serdaigle. Ses yeux rêveurs balayaient la surface de l'eau, observant avec émerveillement les prodiges silencieux que pouvait produire la nature. Une légère brise venait du dehors et soufflait sur la face lunaire de la jeune fille, faisant voler ses cheveux blonds emmêlés comme à l'accoutumée. Sur le visage de Luna s'étendit à ce moment un sourire que quelqu'un de méchant aurait pu qualifier de béat. Peu importait à Luna. Ce qui comptait pour elle, c'était qu'elle regardait paisiblement le soleil se lever dans le silence du matin et qu'elle en tirait sans savoir pourquoi une immense satisfaction.

...But if you look twice
You can see it's all lies


Brusquement tout s'arrêta. La magie de cet instant s'envola vers le ciel pour ne plus revenir. En effet, brisant cet instant de pureté, quelqu'un ferma brusquement la fenêtre.


PENELOPE – « T'es pas un peu malade dans ta tête ? Il fait super froid ! »


C’était l’une des filles partageant le dortoir de Luna qui avait lancé cette phrase d’un ton excédé. Elle regarda Luna comme les gens le faisaient tous ; en pensant qu’elle était folle. La fille répondant au nom de Pénélope jeta un dernier regard énervé à Luna puis, faisant volte-face, retourna s’allonger dans son lit aux tentures bleutées. Luna la regarda tirer les rideaux puis haussa les épaules. Descendant du rebord où elle s’était installée, elle se dirigea vers son lit tout proche. Elle tira sa valise de dessous du meuble puis dénicha de quoi s’habiller ; un jean et un simple t-shirt enfilés en dessous de sa robe de sorcière. Quelques minutes plus tard, elle était habillée comme le serait n’importe quel Serdaigle, avec une robe noire aux rebords bleus. Ses cheveux battant ses épaules, elle tapota trois fois son lit de sa baguette magique, récitant une formule de son invention pour éloigner les Nargoles. Ce petit rituel accompli, elle sortit du dortoir en chantonnant et sautillant.

Sun is in the sky oh why oh why ?
Would I wanna be anywhere else
Sun is in the sky oh why oh why ?
Would I wanna be anywhere else


Peu de temps après, elle fit pivoter le mur qui donnait l’accès à la salle commune des Serdaigles, adressant au mur un « Merci » lancé d’une voix rêveuse. Luna se mit à cheminer dans les couloirs, se demandant vaguement ce qu’elle pouvait faire. En attendant de trouver, elle se plaisait à arpenter les méandres du château, adressant des saluts joyeux aux tableaux qui la regardaient passer. Au côté droit de la jeune rêveuse se balançait son sac en bandoulière, contenant ses livres de cours, plusieurs rouleaux de parchemins et sa précieuse plume véritable d’un Nargole. C’était un de ses biens les plus précieux, elle lui avait été offerte par son père. Ses pensées le menant à lui, Luna décida de lui envoyer une lettre. Elle se dirigea donc, aussi incroyable que cela puisse paraître, vers la volière. En route, elle s’arrêta près d’une toile représentant une famille bienheureuse qui lui fit de grands signes auxquels elle répondit. Elle s’adossa au mur en face de la toile et sortit sa plume et un rouleau de parchemin. N’importe qui passant par ici aurait pu trouver que c’était un endroit tout à fait inapproprié pour écrire une lettre, mais ce n’était pas l’avis de Luna. Trempant sa plume dans le pot d’encre bleuté posé près d’elle, elle suçota un moment le bout de la plume puis finit par se pencher sur le parchemin :


    Cher Papa,

    J’ai encore trouvé des Nargoles sous ma couette cette nuit. Je les ai bien vite chassés mais je trouve vraiment bizarre qu’ils reviennent à chaque fois. A mon avis c’est la faute d’une fille de mon dortoir, elle n’a pas voulu m’écouter quand je lui ai dit que le bouquet de houx offert par son petit ami qu’elle a accroché près de son lit allait attirer les Nargoles. Tant pis pour elle, je l’aurai prévenue.
    Ici, tout va bien, même si la nouvelle professeur de défenses contre les Forces du Mal n’est pas très compétente ; elle est presque aussi bête qu’une larve d’aquavirius. Mais bon, ça devrait aller mieux, je lui ai conseillé de boire du thé à la rose dans une tasse en plastique.
    Un des Sombrals qui vient de naître parait faible, il n’a pas touché au steak de bœuf cru que je lui ai apporté hier. Qu’en penses-tu ?
    J’espère que tu vas bien et que l’édition du Chicaneur de ce mois m’arrivera bientôt ; j’ai presque fini l’article sur les Grenouilles Lunaires.

    A bientôt,
    Luna


Sa missive qu’on pourrait qualifier d’étrange achevée, Luna attrapa sa baguette magique de derrière son oreille et l’utilisa pour sécher l’encre avant d’enrouler le parchemin. Ceci fait, elle rangea tout son petit matériel et reprit sa route. Après quelques détours pour éviter les Nids bien connus de Nargoles, elle arriva dans la Volière. Là elle lança d’un air joyeux :

« Bonjour ! »


Elle ne s’adressait à personne en particulier si ce n’est aux multiples chouettes effraies et hulottes qui la regardèrent de leurs yeux ronds, peu habituées à tant de véhémence.


When you look with your eyes
Everything seems nice...


Luna avança sur le sol couvert de fientes, les écrasant sans manifester le moindre signe de dégoût. Enfin parvenue à son but, elle tendit le bras vers une chouette lapone qui avait l’air particulièrement intriguée par cette jeune inconnue, à moins que ce ne soit dû à ses yeux. [ voir ici ]. Luna l’appela doucement et la chouette, après un moment d’hésitation qu’on ne peut lui reprocher, aller se percher sur le bras de la jeune Serdaigle. Celle-ci attacha sa lettre et porta la chouette jusqu’à la fenêtre en lui répétant : « Tu dois l’emmener à mon père, d’accord ? Le directeur du Chicaneur, d’accord ? Je suis bête tu ne sais pas ce que c’est… bah emmène-la à Mr. Lovegood, d’accord ? »
La chouette cligna trois fois des paupières en regardant la jeune rêveuse d’un air courroucé ; cette fille pensait vraiment qu’elle ne savait pas faire son travail ? Pépiant d’indignation, elle s’envola vers sa destination, observée par Luna qui la vit bientôt disparaître. La jeune fille se retourna ensuite, s’apercevant enfin qu’elle n’était pas seule dans le refuge des oiseaux.

Une jeune fille qu’elle avait déjà vue car elle était préfète de sa maison se trouvait là, serrant un bout de parchemin dans sa main et pleurant à chaudes larmes. Luna, dans sa bonté habituelle et spontané, posa sa main sur celle de cette fille et dit doucement :


« Pourquoi es-tu triste ? »


Une question franche et directe qui pouvait heurter la préfète mais Luna était toujours directe. Peut-être la Serdaigle l’enverrait-elle balader mais pour Luna ça n’avait pas d’importance ; dans sa bonté, elle ne pouvait s’empêcher de venir en aide aux gens tristes. Luna attendit la réponse de la fille, observée avec intérêt par une centaine de chouettes curieuses.

...But if you look twice
You can see it's all lies
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalie Cullen
Doit se faire répartir


Féminin Nombre de messages : 416
Age : 24
Année : 7ème année
Amour : XxX
Passions : XxX
Date d'inscription : 07/01/2007

•Perso•
Niveau: 2
♣Message:
MessageSujet: Re: Ce que vivent les roses [Libre]   Dim 21 Oct - 17:48

Tu crois que ça s'use comme les mines de crayons ?
Quoi ?
Les sentiments !

Rose releva la tête, éberluée. Qui était-elle ? Elle avait devant les yeux une jeune Serdaigle, aux cheveux blonds et aux yeux abscents. Dailleurs, les globes oculaires semblaient flotttaient dans leurs orbitres... Elle était étrange, très étrange, mais Rose reçut sa question comme une décharge électrique. Elle eut envie de rire, tellement cette rencontre semblait sortir de l'ordinaire. Ses yeux se séchèrent rapidement, et toujours assise, elle regardait avec des yeux ronds l'apparition. Elle la vit plusieurs fois regardaient son insigne de préfète, et fit la grimace. Vraiment, elle n'avait pas besoin de ça ! Rose jeta un regard aux alentours. La volière était toujours déserte, et les hibous et chouettes présentes semblaient les écouter avec beaucoup d'importance. Un soudain sursaut d'agacement la submergea. Elle eut envie de crier, de gesticuler jusqu'à que tous partent. C'était sans compter la présence de l'autre fille, qui l'aurait sans doute prise pour une folle. Encore que, en la regardant de plus près, elle aurait pu penser que c'était là une danse visant à faire fuir le chagrin. Erm... Elle s'égarait là, et eut peur de devenir folle. Elle se leva doucement, comme pour économiser ses forces. Elle jeta un regard interrogateur sur le fille, et se détourna. Elle marchait maintenant en direction d'un hiboux et lui tourna le dos. Elle devait envoyait cette lettre afin de sauver la face. Si il y avait encore quelque chose à sauver. C'était une action parfaitement ridicule, elle se l'avouait, mais plutôt mourir que de paraître stupide et paumée. Elle ne voulait pas faire pitié. Donc, Rosalie acrocha sa missive à la pate tendue d'un volatile brun et or, et répondit, toujours en lui tournant le dos à la jeune flle.
- Si l'on te demande, tu diras que tu ne sais pas ...
Oh bien sûr, cela pouvait paraître stupide comme remarque mais elle n'avait aucune envie de se confier, et encore moins à une inconnue. Néanmoins, elle ne voulait froisser personne, et ce fut pour cela qu'elle ajouta quelques secondes plus tard.
- J'ai pas vraiment envie d'en parler, si tu vois ce que je veux dire..
Non, elle ne voyait surement pas. Elle avait envie à ce moment là, de l'envoyer balader. Elle s'était retourner et la vue de ce regard voilé, de ce masque d'indifférence l'agaça. Elle chassa d'un geste une mouche invisible, et se força à sourire. Elle souffla pour essayer de se calmer et ferma les yeux. Elle n'avait acune idée d'où lui venait cette animosité envers cette personne. Elles ne se connaissaient ni de Eve ni d'Adam. Mais c'était comme ça, voilà tout. Elle voulut quand même montrer le bon exemple. Etant Préfète, elle était obliger de paraître en tout point parfaite, ce qui n'était jamais le cas. Elle avança d'un pas vers la jeune personne, et hésita sur ses mots. Comme si elle aprlait à une enfant en bas âge, et qu'elle aurait aimé se faire comprendre du premier coup.
- Je suis désolée d'avoir été désagréable, mais tu sais, tout le monde n'a pas forcément envie de se confier, de parler tu comprends ?
*Dis non et j'enlève 30 points à ta maison, qui est aussi la mienne... C'est stupide ce que je dis !*
Ouh ! Elle n'allait vraiment pas bien, et elle allait bientôt friser la syncope. En plus sa jeune "amie" semblait dans la lune. A quoi servit ces explications, si elle ne l'écoutait pas ? Pourquoi posait-elle des questions, si elle n'écoutait pas les réponses ?! Elle devait être soit dérangée, soit out simplement bien élevée... Dans les deux cas, quoi qu'elle aurait mieux aimé le premier, toutes relations n'auraient pu aboutir...

...............................................





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce que vivent les roses [Libre]   Aujourd'hui à 15:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce que vivent les roses [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: LES TOURS :: la volière-
Sauter vers: