AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 - Chinatsu Lenninghton -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: - Chinatsu Lenninghton -   Jeu 30 Aoû - 17:35

Répartition sous forme de RPG.




Parfois dans une vie, il faut savoir faire des choix. Hum, oui, les choix, c’est bien. Mais comment savoir si l’on ne se trompe pas et qu’on emprunte une fausse route ? On ne le sait pas. Tout simplement. On peut très bien arriver sur les ruelles du bonheur, les avenues dorées ou alors les chemins boueux. Mais dans tous les cas, le choix se doit d’être fait sans connaissance de cause du destin et du futur. Ainsi va la vie. Au bien entendu, beaucoup préféreront rester retrancher derrière leur parfaite petite habitude. Lundi, on va voir Tati. Mardi, on va faire les courses. Mercredi, c’est le jour de garde des enfants. Etc. Non mais franchement, pensez-vous qu’il s’agisse d’une vie à ce rythme-là ? Non. Il faut savoir prendre des risques. Mais surtout, il faut savoir contrôler ses risques. C’est ce que fit Adam Lenninghton. Jeune bureaucrate sorcier de Sang-Pur, il sût rapidement s’adapter dans le monde des affaires. Lesquels ? Voyons, vous n’avez jamais entendu parler des Lenninghton ? Vraiment ? Alors asseyez-vous confortablement au fond de votre siège, une tasse de thé en main et laissez-vous entraîner par cette histoire. Son histoire. Leurs histoires. Car celles des autres influence la vôtre.



Il était une fois
Dans un lointain pays…



Tout commence lors d’une chaude journée d’été. Adam Lenninghton, fils de Artius Lenninghton et Marcha Lenninghton, était assis à une terrasse de café au coin de Lindsay’s Streat, une ruelle fervemment fréquentée. Un café en main, ce dernier perdait son regard parmi la foule londonienne qui semblait toujours de plus en plus intense et toujours de plus en plus… pathétique. Venant de terminer ses études à Poudlard depuis déjà trois ans, le jeune Lenninghton avait intégré Ste Mangouste en tant que laboranmage (Laborantin version sorcier. Pure imagination.) au section empoissonnement et maladies. Rapidement, il augmenta ses succès dans ses recherches et découvertes. Bien entendu, en tant qu’assistant, peu de mérite lui revenait. N’aimant guère cela – sûrement à cause de son orgueil-, il s’inscrivit à un stage intensif sur les remèdes liés à la nephtarine (Plante) qui se déroulait avec le fameux Professeur Kui à Shanghai. C’est ainsi que durant trois ans, ce jeune laboranmage (ne pouvant devenir médicomage de suite) se perfectionna en Chine. Vous vous souvenez ? Il faut savoir prendre des risques dans une vie. Par la suite, on poursuit le même chemin et ce dernier finit par se transformer en avenues dorées ou alors en chemins boueux. Pour Adam Lenninghton se furent plutôt les avenues dorées. Dépassant rapidement son maître, il ne fit pas qu’acquérir son savoir. Effectivement, il fit également la connaissance de sa fille, Ryoko Kui, terminant tout juste ses études de sorcellerie.
Trois ans plus tard, il revenait en Angleterre, un sourire conquérant sur les lèvres et dans ses bagages une fiancée et tout le savoir dont il avait besoin pour ouvrir sa propre entreprise. Chose dite, chose faite, c’est cinq ans plus tard que son laboratoire « Les Corporations Lenninghton » s’ouvrit et fit la « Une » de la Gazette des Sorciers. Ce succès économique et d’influence permit à Lenninghton Senior de remettre certains principes de côté pour l’instant. En effet, Artius Lenninghton avait pour principe de ne jamais mélangé le poisson et la viande. C’est pourquoi il s’opposait durant ses années à bénir –comme se doit tout chef de famille- l’union de son fils avec Ryoko Kui. Pourquoi ? Parce qu’elle n’avait aucun sang britannique dans les veines. D’accord, elle était de noble naissance – ce qui l’empêchait de la renvoyer chez elle comme une malpropre – mais elle était chinoise. Reconnaissant finalement le savoir chinois sur celui britannique en matière de recherche laboranmage, il accepta le choix de son fils en s’en félicitant. Après tout, deux personnes de marques ensembles ne peuvent que bien faire, surtout que désormais – grâce à sa belle fille- les Lenninghton avait un nom aussi en Chine. Ambitieux ? Oh que trop. A se demander si Artius Lenninghton ne voyait pas un peu trop grand parfois. Pour l’instant, tout lui réussit mais cela continuera-t-il ?



Une jeune princesse
Pas tout à fait comme les autres…



De l’union de Adam et Ryoko Lenninghton naquit deux enfants. La plus grande, Chinatsu, ainsi qu’un petit dernier, Artius Junior-. Cette famille logeait sur les terres froides d’Ecosse où un vent fouettant semblait vouloir vous imposer sa force et sa témérité. En amont d’une colline, une demeure avait élu domicile depuis déjà plusieurs centaines d’années. Ryoko Lenninghton ayant flashé dessus lors d’une ballade à balai, c’est ici qu’ils entamèrent leur propre vie. En effet, un être humain n’habite pas constamment chez ses parents. Un jour ou l’autre, il se doit de prendre son envol. Chinatsu et Arty – surnom donné par toute la famille à Artius Junior pour plus de simplicité lors des longs repas de famille mais aucunement des réceptions-, ont cinq ans d’écart. Et pourtant… Même s’ils proviennent de la même famille, ils ne se ressemblent aucunement. Chinatsu ressemble beaucoup à sa mère au niveau physique mais également à sa grand-mère du point de vue mental. Quant à Arty, c’est le portrait craché de son grand-père et de son père. Chinatsu est le genre de fille qui garde tout pour elle et n’explose que lorsque la barre est dépassée. Dans ses conditions, il ne vaut mieux ne pas être dans le coin car les mots volent et tranchent plus rapides et secs que des poignards et la jeune fille devient très froide! Imprévisible, elle donne malheureusement l’impression d’avoir « deux de tension » quand on lui parle car elle part généralement dans ses rêves ou alors vous ignore royalement – parfois volontaire et d’autres inconsciemment-.
Elle est néanmoins quelqu’un de très attachant et de téméraire. Chinatsu, c’est une jeune fille douce – à ses heures perdues-, agréable, serviable et gentille, une jeune fille sur qui on peut compter. Elle ferait n’importe quoi pour aider ses proches, peut-être même un peu trop. Vu comme cela, on s’attende à une petite fille parfaitement éduquée dans l’art des règles. Et pourtant. Si on se base sur ses longs cheveux d’un noir de jais aussi raides que les gouttelettes d’une cascade, son teint pâle et ses grands yeux noisette rappelant une petite poupée asiatique… Il n’en est pas moins qu’elle a assez mauvais caractère. Cela casse un peu le mythe, n’est-ce pas ? Tout le monde possède cependant ses propres défauts et Chinatsu est comme tout le monde en ce sens-là. Rancunière et têtue, on a parfois du mal à lui faire oublier une idée ou envie. Impulsive, il est bon de ne jamais rester trop près d’elle en arrière sous peine de tomber et de la renverser – déclenchant par la suite un tant soit peu de mauvaise foi sur le fait que c’est votre faute, après tout, vous avez des yeux et des freins xD-. De plus, elle se trouve être une jeune fille élevée par sa tendre grand-mère accrochée à ses principes, ce qui n’est pas pour plaire à tout le monde. Autrefois, petite princesse réservée au visage et à la voix d’ange, elle suivait à la lettre ce qu’on lui ordonnait ou demandait sans réellement broncher.

Mais voilà, aujourd’hui… La crise d’adolescence est passée, changeant quelques petits principes. Désormais, Chinatsu apparaît comme étant une jeune fille plus distante et calme. Elle ressemble de plus en plus à ses poupées parfaites en extérieur qu’on n’ose même pas toucher de peur de les abîmer. Son calme artésien lui permet de garder son sang froid dans n’importe quelle situation. Aussi, si l’un de ses amis se fait taper, elle n’hésitera pas une seconde pour se mettre tranquillement en plein milieu de la bagarre afin de tirer son ami loin cet endroit où ils se trouvent. En effet, on peut dire qu’elle n’a pas vraiment peur de se faire gifler ou de se prendre une pêche *BAF*. Advienne ce qui adviendra. Malgré cette apparence dure, qui paraît souvent infranchissable, Chinatsu est une étudiante sensible. Elle a beau ne pas avoir peur des coups, elle a horriblement mal au cœur et mal au ventre quand elle voit quelqu’un qui a des problèmes. Altruiste… Beaucoup trop altruiste pour son propre bien. Et pourtant, elle agira avec comme si des kilomètres vous séparaient sûrement à cause d’une vieille phobie, celle de l’attachement. Bien entendu, la jeune fille a des amis…Mais ceux-ci datent depuis déjà sa première année. Par la suite, on découvre réellement les personnes et on apprend à être déçu. Chinatsu, elle, ne veut plus être déçue par qui que se soit. Bien qu’en réalité, elle s’accuse d’être trop faible – comme la sermonne souvent son grand-père- prenant la responsabilité des autres sur ses épaules. Le tout le plus calmement possible. Cette dernière ne sourit pas beaucoup, en vérité… Non, son regard parle pour elle. Ne sont pas rares les fois où la joie voir l’incompréhension se lisent dans son regard ! Un regard noisette bien trop expressif pour sa famille où les sentiments ne doivent pas interférer dans une vie. Et pourtant, elle ne serait sans doute pas là si les sentiments n’existaient pas, non ? Un petit brin de fille qui se lie difficile en profondeur mais apparaît comme ayant plusieurs amis. Un petit minois qui cache beaucoup de choses et de sentiments derrière une expression indéchiffrable et stoïque. Et pourtant, ce n’est pas parce qu’on souffre que l’on doit forcément le faire savoir à tout le monde, non ?


Dernière édition par le Jeu 30 Aoû - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: - Chinatsu Lenninghton -   Jeu 30 Aoû - 17:38

Au cours de son chemin
Quelques embûches elle rencontra…




Assise au pied d’un arbre, emmitouflée dans un châle, Chinatsu lisait un livre au gré du vent. Ce dernier semblait s’être un tant soit peu calmé bien que présent. Au loin, elle pouvait entendre les cris que poussait son frère alors qu’il tentait de diriger son balai miniature à quelques mètres dans les airs. Bien entendu, il retombait toujours au sol au bout de cinq minutes. C’est ainsi que la jeune fille ne bronchait pas, restant tranquillement dans son coin. Bien qu’elle soit de nature enjouée silencieusement et sympathique, Chinatsu était sans nul doute trop timide afin d’aller à l’encontre des autres. Trop timide pour l’instant. Âgée seulement de dix années, le soleil n’allait pas tarder à célébrer sa onzième année. C’est alors que son petit frère poussa un long cri. Qu’avait-il encore fait ? S’était-il fait mordre par un gnome sauvage alors qu’il se hissait vers le haut et tambourinant le sol de son pied ? S’était-il prit une branche en plein estomac que celui-ci ne savait pas abaisser ou lever un manche de balai ?
Tournant la tête en direction de la petite bouille de son frère, elle découvrit un hibou moyen duc se postant devant elle. Ne connaissant nullement l’animal, la jeune fille se dit alors que la lettre ne lui était pas destinée… jusqu’à ce qu’elle ne voit son nom. Aucunement pour le moins méfiante, elle prit la lettre en ses doigts et commença à la décacheter. La lettre était bien à son nom. Poudlard. Il s’agissait de son inscription à l’école de magie. Un sourire mutin commença alors à s’élargir sur ses lèvres qui se retroussèrent en un magnifique sourire. Prenant ses affaires d’une main, elle se dirigea en courant pour une fois vers la demeure des Lenninghton en direction du bureau de son père. En chemin, elle croisa sa mère qui lui indiqua que ce dernier était très occupé et donc injoignable pour le moment. Déçue car Chinatsu n’était guère proche de son père, elle ne verra jamais la joie dans les yeux de son paternel envers cette bonne nouvelle.
En effet, elle ne revit son père qu’à la nuit tombée alors qu’il raccompagnait une femme à la porte. Etrange d’ailleurs cette femme. Mais Chinatsu ne s’y attarda guère. Son père venait de se retourner vers elle. Pourtant, elle pensait être bien cachée derrière cet arbre avec les ténèbres qui l’entouraient. S’avançant calmement avec une certaine crainte que son père ne se mette en colère contre sa curiosité, elle s’arrêta à ses pieds, le regard obstinément baissé au sol. Mais aucune remontrance, gifle ou autre signe perturbateur n’intervinrent. Il s’agissait d’un signe d’un tout autre genre. Pour tout encouragement, elle reçut une main qui se voulait chaleureuse sur son épaule avec une simple phrase. Phrase qui resta accrochée à la mémoire de la fillette telle une sangsue qu’elle se répète à chaque fois qu’elle croise un nouveau visage.

- « N’oublie pas ma fille, L’enfer c’est les autres. Pas toi. »

Qu’est-ce que cette phrase voulait-elle bien dire ? Chinatsu n’en avait aucune idée. Strictement aucune idée. Néanmoins, elle releva la tête vers son père à la tombée de la nuit et lui sourit. Sourire qui fut masqué par le peu de luminosité qui se trouvait sur le perron de la porte d’entrée. Sourire qui fut à jamais caché et masqué, comme s’il n’était destiné qu’à une seule personne. Une personne qui se faisait bien mystérieuse.


Sa première entrée à Poudlard. Chinatsu s’en souviendra sûrement durant toute sa vie. Sa première liberté d’accordée. De toute façon, ses parents n’avaient pas le choix. Poudlard était un internat pur et dur. Sur le quai neuf trois quarts, la jeune fille paraissait distante. Comme si elle avait attendu ce moment toute sa vie et que lorsque l’occasion de la vivre apparaissait, elle était partie ailleurs. Debout auprès de ses parents qui discouraient avec une autre famille dont elle n’avait pas retenu le nom, elle laissait son regard vagabondait de droite à gauche avec un visage fermé hermétiquement. Plusieurs enfants pleuraient, d’autres serraient leurs parents très forts dans leurs bras tandis que certains semblaient s’amuser comme des petits fous. Des plus grands apparaissaient sans leurs parents mais avec une bande d’amis. Il y en avait pour tous les goûts et toutes les couleurs. Laissant son regard se posait sur chaque personnes présentes, la jeune fille était comme déconnectée ou alors dans ses pensées. Ce ne fut que lorsqu’un jeune qui semblait avoir son âge se mit à lui tirer la langue qu’elle cligna des yeux en le regardant. Mais… Pourquoi ? Quel goujat. Pourquoi venait-il de lui tirer la langue, elle ne lui avait rien fait elle. Sans réellement le savoir, ce fut le début d’une longue aventure frôlant à la fois haine, amitié et amour. Andrew Hunster qu’il s’appelait. Mais cela, elle ne le sût que bien plus tard.
La voix d’un homme se fit entendre au-dessus de toutes les autres. Le contrôleur ordonnait aux enfants de monter au bord du Poudlard Express qui n’allait pas tarder à partir. Regardant toujours ce mystérieux inconnu à la langue bien pendue –mais dans un autre sens xD- elle se sentit alors happée par un bras. Il s’agissait de son père qui la tournait vers lui afin de lui adresser un dernier regard en compensation d’une bise ou d’une embrassade. Sa mère la prit néanmoins dans ses bras et son petit frère… lui tira la langue à son tour. Mais c’était quoi ce monde ? Pourquoi tout le monde avait-il besoin de tirer sa langue ? ôO Ils voulaient qu’elle la leur prenne pour en faire un collier avec ? Bien entendu, la jeune fille ne comprenait pas beaucoup tous ses sentiments qui venaient interférer dans sa vie. Taquinerie, amitié, curiosité altruiste… Et pourtant, elle en était elle-même lotit. Incompréhensible. Incompréhension totale… le temps qu’elle grandisse.

Le voyage dura bien longtemps à être installé sur la même banquette durant d’innombrables heures. Bien qu’elle ne voulait pas se plaindre à voix haute, Chinatsu sentait bien… quoi ? Non, en réalité, elle ne sentait plus du tout ses fesses tellement elles étaient endolories TT. Ne voulant guère passer pour une chochotte ou autre, elle se leva silencieusement en dérangeant le moins possible les autres occupants du wagon afin d’aller se dégourdir les jambes dans les allées. En chemin, elle s’arrêta devant l’une des vitres et s’accouda au léger rebord afin de regarder le paysage défiler sous ses yeux à une vitesse vertigineuse.

- « Tiens. Mais, c’est mon admiratrice. »

Etonnée, Chinatsu releva la tête en se décalant du rebord, se retournant vers la voix un tant soit peu grave qu’elle venait d’entendre. Lui ?! Il s’agissait du tireur de langue malpoli qu’elle avait vu sur le quai. Admiratrice ? Qu’est-ce que c’était que cette histoire ? N’accordant aucun crédit à se que racontait le jeune garçon, elle détourna la tête afin de recommencer à contempler le paysage.

- « Hey, dis. Fait pas ta petite timide. C’est vrai que c’est craquant mais ça ne marchera pas… Je t’ai vu me dévorerrr du regard tout à l’heure. »
- « Dis Andrew, tu ne ferais pas erreur sur la personne par hasard ? Elle n’a pas l’air convaincu. » Rire.

Au moins, son ami semblait un tant soit peu plus intelligent que lui. Continuant à l’ignorer, Chinatsu sentait ses narines se noyer sous l’effet d’une colère inattendue et enfouie en elle. Quel petit prétentieux tout de même. Comme si le monde tournait autour de lui. Finalement, elle commença à faire quelques pas en direction inverse des deux garçons pour revenir à son compartiment. Certes, là-bas, ils n’étaient guère bavards mais au moins, cela l’empêcherait d’écouter des bêtises. C’était sans compter sur la ténacité du garçon nommé Andrew qui la happa par le bras.

- « Hey. Où tu vas comme çà ? Je t’ai fais peur ? »

Il semblait peiné ou alors apeuré. Comme s'il avait peur qu'elle ne parte sans rien dire. Etrange. Lui faire peur ? Il était comique en plus. Enfin, de façon ironique. Soit ce dernier avait un pois chiche à la place du cerveau, soit… il se prenait vraiment pour le centre de la Terre. Ecoeurant. Le forçant à lui lâcher le bras, Chinatsu ne se défie pas pour autant de son implacable visage neutre. « La neutralité de tes sentiments ma fille, c’est la clé de la réussite. » Elle n’avait pas tout compris en cet instant mais une chose était certaine : son père en savait sûrement plus qu’elle-même.

- « Je ne crains que tu te méprends sur la personne. »

Après ses quelques mots prononcés néanmoins d’une voix douce – n’étant pas assez énervée pour que cela devienne tranchant et… n’ayant pas d’autre voix que celle-ci- la jeune Lenninghton le salua rapidement d’un micro signe de tête avant de repartir, croyant fervemment qu’ils en resteraient tous là. Si seulement elle savait.
Quelques heures après cet incident, le train se stoppa enfin à la gare de Pré-au-Lard. Angoissant légèrement, Chinatsu se tenait sur le marche-pied du wagon et regardait au loin un vieux château restauré. Alors c’était cela Poudlard. Par les barbiches de Merlin que cela pouvait être grand. Très grand. Peut-être même trop grand. Elle qui avait la sainte manie de se perdre. Néanmoins, cette perspective ne fit aucunement peur à la petite et s’est avec un léger sourire mutin qu’elle descendit du train pour se rendre aux calèches qui les attendaient afin de les amener vers leurs destins de sorciers.



Mais aujourd’hui, elle est enfin certaine d’une chose
Elle est Elle-même…




Plongée dans un profond sommeil, Chinatsu se sentait légèrement secouée au niveau de l’épaule. Néanmoins, ce n’était pas pour autant qu’elle daignait ouvrir les yeux. Elle avait tellement sommeil. Elle n’aurait peut-être pas dû lire autant la nuit dernière. Néanmoins, il était rare qu’elle ne ferme un livre afin d’en savoir la fin. L’envie, la curiosité et l’impatience d’une solution – tragique ou non- se faisaient trop ressentir. Cependant, l’insistance sur son épaule se faisait ressentir et quelques voix commencèrent à parvenir à son oreille.

- « Ne la secouez pas autant enfin. Ce n’est pas un prunier. »
- « Hannah, arrête de faire ta fragile. Il ne va pas la casser en deux non plus. »
- « Tommy, je ne t’ai pas adressé la parole il me semble, non ?! Alors met-la en veilleuse, tu veux. Même si tu veux pas. » Reprise de respiration. « Et puis… »

Mais Hannah n’eut guère le temps de poursuivre que Chinatsu venait d’ouvrir les yeux. Quelle ne fut pas sa surprise de voir aller deux prunelles inconnues en face d’elle. Mais c’était quoi çà ? Paniquant sur le coup du réveil, la jeune fille se recula fervemment et rapidement au fond du siège parfaitement réveillé. Andrew Hunster. Trop près. Définitivement et relativement trop près. Tentant de reprendre le contrôle de sa respiration et de son rythme cardiaque, elle regarda le garçon qui était hilare devant sa réaction. Pauvre type. Cela l’amusait en plus. Après tout, elle ne le dérangeait pas à dormir, non ? Et depuis quand était-il là ? Avec son compère de toujours Tommy Jackson. Elle n’avait quand même pas dormi si longtemps et ils n’étaient pas dans le compartiment à ses derniers souvenirs ? Pff, ne pouvait-il pas passer son chemin comme tous bons étudiants ? Apparemment non. Désespérant. Tournant légèrement la tête en direction de son amie, China’ la trouva en pleine conversation houleuse avec le jeune blond nommé Tommy. Comme quoi, les tensions ne provenaient pas que de nos deux jeunes protagonistes.

- « Et bien petite Chinatsu, je t’ai fais peur ? Pourtant je ne t’aurai pas mangé… Même si tu es à croquer. »

Pathétique. Désespérant. Répétitif. Intriguant. Chiant. Rébarbatif. Hein… Comment cela intriguant ? Ma pauvre fille, tu ne sais plus ce que tu dis enfin ? Se secouant mentalement, la jeune eurasienne jeta un coup d’œil rapide vers l’extérieur. Tiens, il n’y avait aucun mouvement. Mais oui, ils étaient arrivés à Pré-au-Lard. Bien, au moins le voyage était terminé. Il ne restait plus que les calèches. Se relevant du mieux qu’elle ne le pût tandis que ses muscles se plaignirent des mouvements qu’ils devaient fournir après tant d’heures de repos et de léthargie, la jeune fille ignora comme à son habitude le jeune homme et tendit les bras en direction de sa valise située dans le compartiment au-dessus de sa tête. Cependant, une main sur son bras l’arrêta momentanément dans son élan et une voix – au combien habituelle avec le temps- parvient à son oreille.

- « Et bien petite Chinatsu… On ne remercie pas le prince charmant qui réveille la Belle au bois dormant ? » Bam « Aïe. »
- « Oups… Désolée. »

Aussi étonnant soit-il le pardon de la jeune fille était à la fois ironique et moqueur mais aussi sincère et profond. TT. En effet, alors qu’il lui parlait, la valise de la jeune fille –dans son élan- venait de tomber du compartiment des bagages afin de rejoindre les orteils du dit garçon. Le pauvre, tout de même. Chinatsu n’aimait pas faire de mal intentionnellement. Cela ne se faisait pas de souhaiter le malheur des autres, non ? Néanmoins, elle était bien contente en même temps que sa valise est coupée l’élan du jeune homme. S’excusant une fois de plus, elle prit sa valise comme un fleur et sortit du compartiment accompagné de son amie qui ne se remettait pas de son fou rire. Après tout, Hannah l’aurait réveillé elle s’il n’avait pas été là. Comme un retour de cinq ans en arrière, on pût voir la petite Chinatsu – car elle n’était pas bien grande comparée aux autres étudiants de son âge mais surtout comparé à Andrew où trente centimètres les séparaient (Stupide gars TT)- hissé sur le marchepied et regardait avec des yeux émus le château qui berçait la colline. Aujourd’hui, elle entamait sa sixième année. Déjà ?! Cela passait si vite ? L’an dernier, elle avait réussi ses BUSES comme il se devait, avec seulement deux matières ayant obtenu un Acceptable. Et cette année ? Qu’est-ce qu’elle lui réservait ? Pour le savoir, il fallait avancer. Pas forcément tête baissé mais avancer dans la masse des étudiants se séparant de nouveau dans des calèches avant de rejoindre tous ensemble la Grande Salle où une fois de plus la répartition des nouveaux étudiants seraient consacrée. Une nouvelle chaque année. Comme il y a cinq ans, où c’était elle qui se faisait répartir, comme tous bons étudiants qu’ils se doivent. Son prénom retentit au loin. Son amie l’attendait en secouant la main dans les airs. Un sourire plus vraiment mutin sur les lèvres apparus. Oui, en cet instant, elle sentait un halo de chaleur l’entourait. Etrangement, il ne s’agissait pas de la même lorsqu’elle se trouvait en contact avec Hunster. Non, là, c’était plus doux : la joie d’être de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: - Chinatsu Lenninghton -   Jeu 30 Aoû - 17:43

3. Informations Supplémentaires


:: Comment avez-vous connu le forum : Par un Top-Site
:: Pourquoi vous êtes vous inscrit : Ben parce que le contexte plait, quelle question :head: Sinon on ne viendrait pas xD
:: Comment trouvez vous le design : Très joli... Bien qu'un peu enfantin (Faut pas chercher, Eternelle insatisfaite :bravebete: )
:: Personnalité sur l'avatar : Keiko Kitagawa
Pensez à vérifier si il n'est pas prît dans la liste des avatars.
Revenir en haut Aller en bas
Cedric Diggory
Poufsouffle
Poufsouffle


Masculin Nombre de messages : 3454
Age : 24
Année : 6ème
Date d'inscription : 05/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Proud to be Yellow.
MessageSujet: Re: - Chinatsu Lenninghton -   Jeu 30 Aoû - 17:56

Bonjour Chinatsu Lenninghton,

Ta fiche est très bien, j'ai eu beaucoup de plaisir à la lire !

Amuse toi bien surtout !

Voici un lien qui te permettera de réserver ton avatar.


Poufsouffle ! :02: :applause:

...............................................
Girl, you really got me now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: - Chinatsu Lenninghton -   Jeu 30 Aoû - 18:02

Merci beaucoup, c'est gentil.
Je ne savais pas trop si elle convenait mais ravie de voir que c'est le cas =D.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: - Chinatsu Lenninghton -   Aujourd'hui à 5:22

Revenir en haut Aller en bas
 
- Chinatsu Lenninghton -
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: FIRST :: oh, c'est ici les présentations ? :: LES ELEVES :: REPARTIONS TERMINEES-
Sauter vers: