AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Parvati Patil
Gryffondor
Gryffondor


Féminin Nombre de messages : 2484
Age : 23
Année : 6ème Année
Amour : Qu'est-ce ?
Passions : S'amuser avec Luna ^_^
Date d'inscription : 08/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Quelqu'un aurait vu mon ombre, mon amie de toujours ?
MessageSujet: Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]   Dim 22 Juil - 23:31

Au Royaume-Uni, plus précisément en Angleterre, du côté Sorcier, à Poudlard, là où résident tous ses occupants, le soleil était encore un peu cachotier. En une matinée peu commune, de la brume se laissait flotter sur une trentaine de centimètres au-dessus du sol. Certes, il n'était pas bien tôt lorsqu'un rayon de soleil flitra entre les nuages bas, pas plus tard que cinq heures du matin, mais ce n'était vraiment pas un temps d'été. Les plantations semblaient ne pas apprécier ce changement brutal de température à Poudlar,d la célèbre école de Sorcellerie Mondiale. Les fleurs semblaient se recroqueviller sur elles-mêmes, tandis que le saule Cogneur manifestait son mécontentement en brandissant ses branches, dès lors où une éclaircie l'aveuglait. Une journée bien plus fraîche que les précédentes s'annonçait à Poudlard, et les élèves n'allaient pas être beaucoup plus enthousiastes que les plantes sur ce changement de température.
Cependant, à l'intérieur du château règnait une chaleur, certainement du au fait que le temps soit si frais, et accompagné de temps à autre par quelques brises d'automne. Les Serpentard semblaient baigner dans la douceur fraîche de leur salle Commune, tandis que les Poufsouffle et les Serdaigle avait une température des plus raisonnables -en tout ca,s pour certains-. Cependant, lorsque l'on se dirigeait vers la Salle Commune des Gryffondor, bon nombre d'entre eux avaient ôté leurs couvertures qu'ils avaient drappé pour la nuit, sachant que le lendemain serait un jour particulièrement frais. Dormant à présent pour la plupart dans une position bien plus confortable, l'une d'entre elles semblait tout de même propice à la déformation des vertèbres. La tête dans ses oreillers, le postérieur relevé, et le ventre rabaissé, cette vision aurait donné la nausée à quiconque d'extérieur. Ne pouvant plus garder les yeux fermer une minute de plus, la jeune fille en question se releva brutalement et s'assit sur son lit, fixant le devant de son lit, ce dernier, poussé contre le mur. Celà faisait plus de deux heures qu'elle ne dormait pas, et ses paupières commençaient à sérieusement la gêner. Ce pourquoi, elle avait renoncé au sommeil. La jeune fille se retourna dans une cascade de cheveux noirs et fins mêlés en tous sens et observa le désastre. Sa grosse couette dont elle ne pouvait se séparer pour dormir sétalait sur le sol, formant une bosse, puis quelques instants plus tard, laissant apparaître un chaton rayé de gris et noir. Son draps n'en menait pas large non plus, débordant lui aussi du lit, il recouvrait les ouvrages que la jeune fille avait soigneusement empilé la veille. Quant à son oreiller, au moment de ce redressement brutal, il avait quelques peu volé et avait atterri sur sa table de chevet. Bien heureusement, il n'en avait pas fait tomber ses cadres et sa lampe, qui, par miracle, tenait en équilibre le gros patapouf. Sans plus attendre, la jeune Gryffondor posa les pieds à terre et attrappa à la va-vite sa brosse à cheveux. Ainsi, après quelques minutes d'accroche -ce fut le cas de le dire- avec ses cheveux emmêlés, elle réussi à les rendre plus lisses. La jeune fille en fit une natte, ce qu'elle n'avait pas fait depuis une éternité. Sa tresse descendait au bas de son dos. Très rapidement, sa chemise de nnuit fut troquée contre un débardeur et un pantacourt en jeans. Lorsque l'on voyait la jeune Indienne, on aurait pu penser qu'elle se rendait à une randonnée dans un pays bien chaud, mais ce n'était pas du tout le cas. Elle n'ignorait pas les conditions de vie qu'elle risquait d'endurer au dehors, mais d'un naturel un peu farouche, la jeune fille enfila des soquettes, puis des baskets blanches et bleues. Souriant à son chatn, elle glissa dans la poche arrière-droite de son jean, une photo dont on ne pu apercevoir qu'un bref éclat de lumière pâle.
Se fut alors que la jeune fille prit son sac à dos bleu ciel, qu'elle n'avait pas pris depuis près d'un mois. Elle voulait oublier l'ancienne Parvati, même si elle sentait que ce n'était pas une partie gagnée à l'avance. Elle y fourra quelques ouvrages fantastiques -comme elle les aimait-, ainsi que de slivrees sur la Défence Contre les Forces du Mal et la Divination. Sans oublier quelques feuilles de papier, une vieille plume de mouette et de l'encre. Sous le regard moitié exaspéré, moitié admiratif de son chaton Berlioz, la jeune fille quitta la pièce, ne se recouvrant que d'un simple "gilet" en soie lavande qui recouvrait son débardeur, couleur crème. Abandonnant ainsi son chet dortoir, elle laissa s'échapper Berlioz qui allait sinon, mourir de chaud. Descendue dans la Salle Commune de Gryffondor, la jeune fille comprit pourquoi tant de chaleur dans les dortoirs. Le feu avait été laissé allumé, et de grosses bûches flambaient sous ses yeux. Après avoir jeté le sortilège "Aguamenti" sur le feu qui s'éteigna, la jeune fille disparut, laissant son chaton se blottir sur un des fauteuils de la Salle Commune.
Arrivée à la porte d'Entrée, la jeune Indienne franchit cette dernière et elle ne fut guère surprise lorsque le vent frais lui s'engouffra dans son fin "gilet" de soie. Elle avança donc doucement, plus par précaution pour le moment, car elle ne voyait pas ses pieds sous la brume épaisse. Souriant tout de même à cette magnifique vue qui lui était offerte, dès lors où elle ne sentit plus de marches, elle se mit à courir dans le parc. Au bout de cinq minutes, elle s'arêtta, reprenant son souffle, bien qu'elle n'eut pas très chaud tout de même. Elle se mit alors à sifflotter un air d'une chanson moldue, lorsqu'elle aperçut un oisillon, certainement tombé du nid. Elle s'y précipita, le pauvre oiseau était sur un rocher, mais n'avait pas l'air agonisant. Elle le mit au creus de se smains jointes, puis s'approcha du Lac, s'asseyant sur un rocher qu'elle adorait. Voyant qu'une de ses ailes était tordue, elle commença à la lui replacer délicatement. Après avoir opéré pendant une quinzaine de minutes sur cette manoeuvre bien soignée, la jeune Gryffondor alla au Lac, son sac aux pieds du rocher. Elle trempa son doigt dans l'eau fraîche et la laissa tomber dans le petit gosier du petit oiseau. Ce dernier bougea légèrement, puis ouvrit les yeux. Souriant à ce tout petit nourisson, elle songea qu'il fallait le ramerner à sa mère. La jeune fille retourna donc à son rocher, puis tenta de voir si une maman oiseau ne cherchait pas son petit. Elle l'aperçut, lorsque soudain, elle vit une personne qui avait l'air humaine...

H.J : Désolée pour le retard. Ce sujet est pour le moment privé : Cho, Shysuka et Marla. L'odre que vous voulez, mais chacune notre tour ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shizuka Wakana
Doit se faire répartir


Féminin Nombre de messages : 299
Age : 22
Année : 5 ème
Date d'inscription : 16/07/2007

•Perso•
Niveau:
♣Message:
MessageSujet: Re: Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]   Lun 23 Juil - 0:34

Shizuka s’étira longuement et lentement, sur son lit, assise en tailleur. La jeune fille venait juste de se réveiller, et étant longue à avoir l’esprit en place le matin, elle mit une bonne quinzaine de minutes pour se lever. Vu les rayons de soleils qui traversaient les fenêtres pour éclairer la pièce, il devait être assez tard, de plus, la japonaise était toute seule dans le dortoir des filles de poufsouffle. Une fois levée, Shizuka se vêtue paresseusement d’un pantacourt blanc d’une toile fine, d’un t-shirt simple gris, et de sa veste rose pâle. Une fois qu’elle eue finie de mettre ses socquettes et qu’elle mit fin à ses interminables lacets de ses chaussures noires de ville, la japonaise se dirigea vers la salle commune, prenant son sac en bandoulière au passage qui contenait des cahiers de ses cours de la journée, de l’encre, deux trois plumes et plusieurs parchemins. Cependant elle fit vite demi tour, ses cheveux étaient encore en pétard et la sorcière ne voulait pas sortir comme ça. Elle prit alors une brosse dans sa valise, et brossa ses cheveux lentement et soigneusement. Depuis toute petite elle prenait soin de ses cheveux. Aujourd’hui, comme tous les jours en ce moment, ils étaient légèrement lisses et mi-longs. Quand ses cheveux furent enfin démêlés, elle partit du dortoir.
La salle commune, elle aussi, était vite, les élèves étaient sûrement tous à la grande salle entrain de prendre leur petit déjeuner et comme d’habitude, Shizuka était à la traîne à cause de sa mauvaise habitude à faire de longues grasses mâtinées.

Vu que Shizuka ne voulait pas déjeuner toute seule sous les regards froids de ses camarades ou sous les regards moqueurs de certains, elle avait décidé de prendre une pâtisserie dans son sac et de partir à la volière directement. Arrivée donc à la grande salle, elle prit un pain au chocolat et le mit dans son sac, elle repartit de suite en marchant rapidement sous quelques remarques idiotes des serpentards et sortit de la grande salle, qui été bondée d’élèves prenant leur petit déjeuner. Certains discuter, d’autres rigoler, et parfois se disputer, la japonaise, elle, enviait ceux qui s’amusaient, elle, était toute seule et s’ennuyait profondément quand elle n’avait rien à faire. Shizuka arriva dans le hall, et monta quatre à quatre les grands escaliers pour arriver la volière. Elle trouvait ça bizarre qu’aucun élève n’était dans les parages, surtout d’un temps pareil, après tout quand il ne fait pas beau, il était normal de rester à l’intérieur, et pourtant personne n’était dans les différents étages. A moins que tout le monde est prit l’habitude de se lever à une heure un peu précise pour aller déjeuner. En tout cas, Shizuka elle, même si elle se faisait des amis, elle n’allait pas se lever tôt un jour ou il n’y avait pas cour pour aller déjeuner avec ses amis. La japonaise aimait dormir longtemps et se reposer dans son lit douillet.

Quand elle fut arrivée à la tour sud, Shizuka passa devant la salle de cour de divination, et entra dans la volière, infestée de fientes d’oiseaux, de chouettes et hiboux et d’odeur malodorante. D’ailleurs, quand l’odeur arriva au nez de la jeune sorcière, une grimace se dessina sur son visage autre fois assez joli et fin. Cependant, s’habituant rapidement à l’odeur de fientes, son visage repris forme normale. Elle s’avança lentement au milieu de la volière et s’immobilisa une fois arrivée au centre. Elle chercha son Hiboux de tous les côtés, et ne le trouvant pas, Shizuka l’appela d’une voix assez forte :


« MIKUUUU, montre toi baka ! »

La jeune japonaise tendit le bras, et d’un coup, le prénommé « Miku » fit son apparition, se posant sur le bras de sa maîtresse, et « roucoula » un peu. Shizuka compris aussitôt et donna un peu de nourriture pour oiseaux à son hiboux, qui tout content augmenta son bruit. Un sourire se forma sur les lèvres de la japonaise et elle alla à la fenêtre. Elle posa l’hibou sur le bord de la fenêtre et fouilla dans son sac. Une fois sa lettre trouvée, elle la sortit avec un grand sourire qu’aucune personne n’avait vu depuis plusieurs années. Elle enroula son parchemin, reliant celui-ci à son hibou par un petit bout de ruban rouge. Shizuka caressa lentement l’animal et lui murmura ses quelques mots d’une voix calme et douce :

« Vole, vole dans le ciel, et apporte ça à mon frère, pas besoin de te communiquer l’adresse, tu à l’habitude maintenant »

En signe de réponse, l’hibou roucoula une dernière fois et déplia ses ailes pour commencer son long vol. Shizuka caressa une dernière fois l’animal et celui-ci commença à s’envoler dans le ciel remplis de nuages et brumeux. Elle ne s’inquiétait pas sur la trajectoire de l’animal et son arrivée, elle savait bien que son hibou était très intelligent et était toujours arrivé à bon port sans aucune égratinure. Quand celui-ci ne fit plus qu’un petit point au loin, Shizuka se retourna et se dirigea maintenant vers le lac.
C’est Les mains dans les poches qu’elle arriva là bas, la jeune japonaise se dirigea vers le grand point d’eau, s’assit au bord du lac, et caressa l’eau du bout des doigts, pour une fois, Shizuka n'avait pas pris sa peluche, non elle ne l'avait pas oubliée quelque part, c'était juste que selo elle, sans sa peluche, elle pouvait sûrement avoir moins de regards sur elle, de chuchotements sur elle, et elle pourrait sûrement faire plus de connaissances que si elle l'avait. La jeune japonaise regarda devant elle, vers la fôret interdite l’esprit ailleurs. Elle était si pressé sur son frère reçoive sa lettre... Quelques jours avant, celui-ci lui avait envoyé une première lettre, lui disant qu’il allait faire un tour en Angleterre, Shizuka avait alors par une première lettre donnée comme rendez vous, le chemin de traverse. Son frère avait alors acquiescer et donner le jour, l’heure et l’endroit exact. Dans la lettre, Shizuka lui avait alors répondu :


« Je suis tout à fait d’accord avec ces coordonnés, au plaisir de te voir ce jour là, je suis tellement pressée de pouvoir te revoir et te serrer dans mes bras.
Ta petite sœur chérie, Shizuka. »


Alors normalement, oui, la japonaise allait dans quelques jours revoir son frère et avoir enfin des contacts physiques avec lui, tel que bise, ou elle pourrait bientôt le serrer dans ses bras. Rien qu’en y pensant, elle était déjà toute chose à l’idée de le revoir, en chair et en os. Ce fut seulement quand elle reprit ses esprits que ses tremblements s’arrêtèrent et qu’elle alla au parc, se déplaçant jusqu' à l’ombre d’un arbre pour pouvoir manger son pain au chocolat. Elle s’assit alors, s’adossant contre l’arbre, prit son pain au chocolat de son sac, et l’apporta à ses lèvres. Tout en le dégustant, Shizuka remarqua une jeune fille, non loin, elle avait une silhouette fine et semblait l’observer. Aussitôt, la japonaise détourna le regard, gênée d’être regardée et continua de déguster sa pâtisserie.

Quand celle-ci fut finie, la poufsouffle n’alla pas aborder la jeune fille, trop timide de parler à celle-ci, au lieu de ça, de faire une connaissance, Shizuka posa sa tête contre l’arbre, et dirigea son regard vers le ciel sombre, commençant à se remettre dans ses pensées, l’air distraite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://recorded--butterflies.skyrock.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]   Lun 23 Juil - 22:22

Marla s'était lever tard ce matin, comme tout les matin, bien plus tard que sa cousine, et bien plus a l'ouest aussi...
Comme tout les matins elle avait mangé, du pain du beurre et du café au lait chaud. Dicutant avec quelques connaissance.
Marla avait une image de fille sociable, sympatique et appréciée mais au fond, elle était un peu seule, mis a part sa cousine elle ne connaissait pas grand monde.
Marla avait fait un saut dans la salle commune, mais comme il n'y avait personne, elle décida d'aller dans le parc se promener.
Elle regardait le ciel, elle avait une soudaine envie de nager, le lac ferais bien son affaire mais de ce temps, il ne fallait pas trop y compte.

Elle marchait toujours sans but, quand elle apperçu deux filles à coté d'un arbre, l'une était asiatique, une pouffsouffle et l'autre indienne, une gryffondor. Marla hésita un instant mais s'approcha des deux jeunes filles, qui visiblement ne discutaient pas...

Marla réalisa que l'indienne n'avait probablement pas encore remarqué de présence autour d'elle... Une drole d'atmosphère regnait, trois personnes qui ne se connaissent pas, de quoi peuvent-elles parler ?
Marla se risqua a débuter une conversation...


_Euh, Excusez moi, es-ce que vous savez quel sera l'affiche du prochain match de Quidditch ?

*J'aurais pas pu trouver encore plus nul...*

[Dsl, le post semble court par rapport a vous...mais j'ai du mal avec la longueur lol]
Revenir en haut Aller en bas
Parvati Patil
Gryffondor
Gryffondor


Féminin Nombre de messages : 2484
Age : 23
Année : 6ème Année
Amour : Qu'est-ce ?
Passions : S'amuser avec Luna ^_^
Date d'inscription : 08/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Quelqu'un aurait vu mon ombre, mon amie de toujours ?
MessageSujet: Re: Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]   Jeu 26 Juil - 14:54

La jeune Gryffondor se releva calmement de son rocher et aperçut une silhouette fine, et un visage fin, asiatique. Pendant un instant, elle se demanda si cette jeune fille n'était pas Cho, mais elle ne la reconnut pas au premier coup d'oeil. Cependant, vu que ce n'était pas une raison pour jouer à l'ignorante, la jeune fille garda l'oiseau soigné dans ses maisn jointes et s'avança doucement de la jeune fille, laissant son sac à son rocher. La jeune inconnue avait détourné le regard au moment où Parvati l'avait enfin remarqué. Elle s'approcha donc de la jeune fille qui dégustait un pain en chocolat, regardant le paysage à l'opposé. Esuissant un sourire amical, la jeune fille se tut, ne sachant que bien que parfois le silence pouvait être plus instructif que les paroles inutiles. Alors, elle s'assit à terre et se mit en tailleur, déposant sur le sol le petit oisillon tout joyeux de pouvoir retourner au nid. De sa baguette magique, elle fit apparaître un bol de chocolat et un grand verre de jus d'orange. Ignorant ce que la jeune fille appréciait, elle se releva alors doucement, en faisant bien attention au petit oisillon qu'elle reprit dans ses mains avec délicatesse, puis, de sa main droite qui était libre, elle tapota doucement l'épaule de la jeune fille, lui signalant sa présence. Elle lui demanda alors d'une voix calme et sereine, tout sourire.
- Dit, tu veux quoi pour accompagner ton pain au chocolat ? Un chocolat chaud ou un jus d'orange ?
La jeune Indienne savait bien qu'elle était d'un naturel un peu trop curieux, mais là, ce n'était plus la curiosité qui l'emportait mais son désir de savoir qui était la jeune inconnue. A l'instant où elle sentait que la jeune fille allait se retourner pour lui dévoiler plus de parcelles de son visage, la jeune Gryffondor entendit alors une petite voix derrière elle. La jeune fille se retourna et se retrouva nez à nez (c'était presque le cas) à une jeune fille qui lui paraissait familière. Souriant à la jeune fille qu'elle devait certainement avoir déjà vu auparavant, mais dont elle ne se souvenait plus, elle lui répondit calmement en souriant toujours aussi gentillement.
- Les équipes ne sont pas encore constituées, tu pourras t'y inscrire si tu t'y intéresses !
Elle lui fit un beau sourire, puis laissa son regard se poser sur le petit oisillon. Celui-ci recommençait à gigoter dans tous les sens. Sentant que le moment était propice, la jeune Gryffondor joigna de nouveau ses mains et les releva vers le ciel. Elle avait bel et bien raison, car le petit oiseau avait apparemment reprit de la "plume du volatile" (Dérivé du "poil de la bête" Razz), et voulait rejoindre son nid. Ne voulant pas le retenir, la jeune Indienne attendit un instant et l'oiseau se mit à voler gaiement, il pépia joyeusement remerciant ainsi la jeune Gryffondor, rejoignant par la suite son nid qui se trouvait à deux vols d'oiseau. Souriant à la vue de ce petit qui revit sa mère, la jeune Indienne reposa son regard sur la jeune fille qu'elle avait certainement vu quelque part et demanda joyeusement par une question assez saugrenue, n'ignorant pas du tout la jeune asiatique à qui elle tendait de sa main gauche le bol de chocolat chaud et de la main droite le verre de jus d'orange.
- Tu as pris ton petit déjeuner ?
H.J : Cho nous rejoindra après. Voici l'ordre : Parvati ---> Shizuka ---> Marla. >> Au fait Marla, comme je sais pas si nos persos se connaissent, j'ai laissé le suspens ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shizuka Wakana
Doit se faire répartir


Féminin Nombre de messages : 299
Age : 22
Année : 5 ème
Date d'inscription : 16/07/2007

•Perso•
Niveau:
♣Message:
MessageSujet: Re: Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]   Jeu 26 Juil - 15:42

Shizuka leva la tête vers le sommet de l’arbre. Un nid y était posé et plusieurs oiseaux piaillaient ford. Elle se leva alors, regardant le nid. La mère n’était pas là et les petits devaient sûrement attendre son retour pour manger. Attendrie, la jeune fille pris un petit dans sa main, celui-ci se laissant faire s’arrêta de piailler. Elle se rabaissa et reprit sa place, observant d’un air rêveur le petit oisillon. Il donnait de petits coups de becs dans la paume de main de la japonaise. Celle-ci prit un petit bout de son pain au chocolat, et en éparpilla des miettes pour l’oisillon. Celui-ci se jeta dessus et dégusta son petit déjeuner. Un sourire se déposa alors sur les lèvres de la poufsouffle. Contente que la pâtisserie plaise au petit oiseau, Shizuka déposa son doigt tout doucement sur le dos de celui-ci, caressant les plumes de l’oisillon, il ne se débattit pas donc la jeune fille continua un peu. Voyant que la mère des oisillons commençait à revenir vers son nid. Shizuka se leva, déposa un petit baiser sur les plumes du petit, et le déposa dans son nid. Elle resta un petit moment à observer les petits jusqu’à qu’une voix la fasse sursauter. La poufsouffle se retourna alors, regardant timidement la gryffondor qui lui avait parlé. Vu que celle-ci c’était assise après, Shizuka fit de même, regardant les deux boissons dans les mains de la jeune indienne.

« Euh... Je préfère un jus d’orange... » Répondit-elle d’une voix extrêmement faible et timide « S’il vous plait... » S'empressa t-elle de rajouter n'oubliant pas la politesse.

L’indienne avait l’air d’un naturel extraverti et allait facilement parler aux gens. Ce qui était tout le contraire de Shizuka qui était timide et complètement refermée sur elle-même. La japonaise releva la tête une nouvelle fois quand une autre jeune fille vint leur parler. Celle-ci demandait si les deux jeunes filles savaient quand le prochain match de Quidditch se déroulerait, enfin du moins où était l’affiche du prochain match. Shizuka n’en savait absolument rien. A vrai dire, elle ne connaissait vraiment rien au quidditch et aux équipes, que ça soit celles de Poudlard ou celles du monde des sorciers, elle n,’y connaissait strictement rien. Vu que ses parents ne s’y intéressait pas, Shizuka n’avait jamais vu de match ou n’avait jamais entendu parler vraiment d’une équipe. En fait, la seule fois où elle en avait entendu parler, c’était dans le poudlard express. En effet les gens qui y étaient parlé des « Canons » de quelque chose. Shizuka ne se souvenait plus vraiment du nom mais d’après ses personnes c’était absolument passionnant. La jeune poufsouffle était donc pressée de voir le premier match de la saison. Mais d’après ce que l’Indienne disait, les équipes n’étaient pas encore constituées. Shizuka n’étant pas forte en vol de balais, ça ne lui disait rien de s’inscrire dans une équipe, surtout que le sport et elle cela faisait bien deux. Cependant, elle avait entendu quelque chose sur les équipes, dans sa salle commune, qu’elle s’empressa de communiquer à la serdaigle, toujours d’une vois timide :

« Apparemment les équipes ne vont pas être constituées tout de suite... Peut être dans quelques semaines... »

Quand Marla déposa son regard sur elle pour l’écouter parler, celle-ci détourna le regard et le posa sur le sol. Jusqu’à que Parvati lui parle, Shizuka effectivement releva la tête vers elle, écoutant sa question, elle lui répondit en hésitant, dès que l’Indienne finit sa demande :

« Non j’ai pris une pâtisserie assez vite, je n’aime pas manger devant tous... les regards. »

Quand on voyait l’expression du visage de Shizuka, quand on entendait aussi le ton de sa voix et ses phrases, on voyait vite fait qu’elle était quelqu’un de très timide, et qu’elle ne parler jamais à personne, du moins, ne venait jamais engager une conversation avec quelqu’un. Même si une personne elle croisait ou voyait une personne de la même maison, Shizuka restait dans son coin, seule. Et tout ça, c’était depuis que ses amis l’avaient rejeté. La douleur avait était si forte que maintenant Shizuka avait peur de ses refaire rejetée, et puis petit à petit, sa timidité avait prit le dessus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://recorded--butterflies.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]   Aujourd'hui à 18:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Par une Journée Particulière [Privé pour l'instant]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Propriété privée ? Foutaises ! [PV Llyod]
» 17 0ctOBRE JOURNÉE DE REFFLEXION POUR LES HAITIENS
» Garde près de toi tes amis ... » with Camila
» Une journée de repos pour deux futurs parents
» Rien que pour un instant [PV Merlin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: OUTDOOR :: le parc-
Sauter vers: