AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ô monde cruel... [libre ><]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cedric Diggory
Poufsouffle
Poufsouffle


Masculin Nombre de messages : 3454
Age : 24
Année : 6ème
Date d'inscription : 05/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Proud to be Yellow.
MessageSujet: Ô monde cruel... [libre ><]   Mar 26 Juin - 19:57

Cédric désirait voir le soleil se coucher une nouvelle fois, le voir mourir derrière les hautes montagnes et laisser derrière lui un ciel orangé. Habillé d’un sweet avec le blason de sa maison et une capuche sur la tête, il descendit paisiblement un petit chemin de terre, suivit de près par un petit chaton gris aux yeux verrons, trottant silencieusement derrière lui. Cedric se rendit en direction du lac, là où le soleil offrait ses derniers rayons à ceux qui eurent le plaisir de le voir s’endormir… Il s’assit sur l’herbe et contempla le ciel orangé d’un air rêveur. Le chat se posa près de lui et commença à se lécher les pattes, tandis que le garçon admirait un spectacle des plus grandioses. Ce fut à ce moment qu’il pensa à ses seuls amis qui croyait encore en lui et qu’il n’avait pas revu depuis un bon long moment…
Il attendit que les derniers rayons disparaissent complètement derrière les montagnes pour se redresser. N’ayant pas remarqué le chat qui ronronnait dans l’herbe, il le prît délicatement et caressa son poil tout en avançant vers l’école. La plupart des élèves, à cette heure là, mangeaient dans la grande salle ou étaient dans la bibliothèque. Le jeune homme décida premièrement de rejoindre un salon situé dans un coin sombre d’un étage. Il posa le chat dans les grands escaliers et s’aventura dans les couloirs du château. Après un court moment, Cedric s’assit sur un des fauteuils de cuir, jettant un regard sur cet endroit dérobé : Ce salon était situé dans un angle, entre un escalier et un couloir. Beaucoup de gens passaient devant mais ne faisait pas attention à cet endroit, bien trop preoccupés à rejoindre les salles de classe… Il soupira puis s’accouda au bras du fauteuil, la paume de la main contre sa joue, l’air boudeur, déçu de n’avoir aperçu quelqu’un depuis son entrée. Ce fut alors qu’un groupe d’élèves qui revenait de la grande salle remontait les escaliers. Il se leva d’un bond et accouru pour peut être reconnaître quelqu’un. « Deux Serdaigles apparemment malade d’avoir trop mangé » pensa Cedric, entendant un pousser un sifflement en se tenant le ventre. Il y avait également une Gryffondor, portant une part de pudding dans une assiette en porcelaine. Mais aucun ami. Cedric serait-il seul ? Sans épaule pour pouvoir pleurer si besoin est ? Quel triste desastre pour ce jeune homme, tellement sollicité auparavant, et maintenant seul comme un fantôme déambulant dans les couloirs sans but. Ce fut alors qu’il s’y attendait le moins qu’une âme charitable eu pitié de lui et posa sa main sur son épaule…

[Oui je sais c’est court, mais j’ai besoin de me réhabituer ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalie Cullen
Doit se faire répartir


Féminin Nombre de messages : 416
Age : 24
Année : 7ème année
Amour : XxX
Passions : XxX
Date d'inscription : 07/01/2007

•Perso•
Niveau: 2
♣Message:
MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Mar 26 Juin - 21:42

[ J'étais surement pas la personne souhaitée, mais tant pis ... ]
Rose ne savait pas vraiment quoi faire de ces dernières heures avant le couvre-feu. Beaucoup d'élèves les passaient dans la grande salle, mais la jeune fille trouvait cet endroit bien trop bruyant, et après avoir diner en vitesse, elle s'eclipsa... Elle déboucha dans le vaste hall de Poudlard. Elle se tourna à demi vers le droite où se trouvait le grand escalier, et le regarda d'un air songeur. Elle pouvait rentrer dans sa salle commune, mais en même temps, il ne faisait pas encore nuit. Elle décida de passer encore quelques minutes dehors, et franchit donc les portes de Poudlars d'un pas léger. Arrivée dehors, elle put se réchauffer avec les derniers rayons de soleil qui jouait dans ses cheveux blonds. Elle sourit en pensant à cette image. Elle était vêtue très sobrement comme toujours. Elle portait ce soir-là, un jean, et un t-shirt noir, légèrement décolté. Pas de veste, Rose voulait profiter à fond des dernières parcelles de chaleurs. Elle descendit donc les marches, et se retrouva sur le chemin principal, d'où arrivaient les diligences venant de la gare. Elle fit quelques pas, puis decida d'opter pour le parc. Elle sortit du chemin, et prit la pelouse. Elle marcha quelques temps, les mains dans les poches. Elle se sentait minuscule. Le parc était gigentesque, et elle se trouvait dans une parcelle, où toute forme de végétation à part l'herbe était absente. Elle s'assit par terre, et vit au loin le soleil se refléter sur le lac... Cette vue, lui fit revivre pleins de moments passés, quand qu'elle sache pourquoi dailleurs. Elle s'allongea et ferma les yeux. Et Rose s'endormit. Elle se réveilla alors, en sursaut, par le bruit d'une chouette. La nuit était tombée. Depuis combien de temps dormait-elle ? Quelques minutes ? Un mois ? Elle décida de ne pas s'attarder plus longtemps, et revint en courant au château. Heuresement, en arrivant dans le hall, elle vit que l'heure n'avait pas tellement tournée, car des retardataires sortaient encore de la grande salle. Elle souffla. Des échos de vois lui parvinrent, et elle tourna la tête dans leur direction. Un groupe de serpentards étaient en train de discuter âprement. Elle n'aurait pas voulu en être le sujet... Elle s'avança et commença à monter les marches, sa main sur la rampe. Elle montait lentenement, soudain prise d'une mélancolie sans objet précis. En haut des marches, elle s'assit, et regarda d'en haut, le fourmillement des élèves, repartant dans leurs salles respectives. Mais, elle n'avait pas envie ce soir de se méler à la foule. Elle désirait seulement la paix, et la tranquilité... Le silence... Elle avait les mains sur les genoux, et maintenant, sa tête était tournée vers le plafond. Elle n'avait jamais pris la peine de le regarder, et elle fut surprise en constatant la hauteur. Poudlard devait être plus grand qu'une catédrale. Et ce n'était qu'une école... Rose se leva enfin, mais avant de se coucher, elle voulait s'arrêter dans le premier coin sympa qu'elle trouverait. Elle marcha encore lentement le long des couloirs. Même les occupants des tableaux se préparaient à dormir, et plusieurs lui lancèrent des regards sévères. Oui, elle ne devait plus tarder ou sinon, elle aurait des ennuis... Alors qu'elle voulait aller dans la tour des serdaigles, elle fut consternée de constater qu'elle s'était perdue. Elle n'en revenait pas ! Elle était tellement perdue dans ses pensées, qu'elle n'avait pas fait attention à son chemin. Elle soupira, il lui faudrait encore un peu de patience. Elle marcha encore quelques temps, espérant se retrouver, mais rien n'y faisait, cette parcelle du château lui était inconnue. C'est alors qu'elle vit un jeune homme seul. Elle posa sa main sur son épaule, car il lui tournait le dos. Il était dans un coin entre un escalier et un mur. Bien sûr cet endroit lui était également inconnu...
- Excuse-moi, je cherche la tour des serdaigles...

...............................................





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Mar 26 Juin - 22:53

[J'ESPERE QUE J'PEUX VENIR!^^]

Comme tous les soirs, Gryffon faisait son habituelle promenade au coucher du soleil qui passait par le parc, le lac et la Forêt Interdite, dans laquelle il passait les deux tiers du temps de sa sortie. En effet, il allait souvent là bas, histoire de trouver un peu de sensations fortes avant de se coucher, car il aimait se sentir en danger. Bon, c'était bête à dire, c'est vrai, mais pour lui, se retrouver poursuivit par un vampire ou un loup garou, c'était plus excitant qu'apeurant, enfin, à son goût, qui n'était pas forcément celui de tout le monde malheureusement! D'ailleurs, dans la Forêt Interdite, il avait entendu dire que Rusard faisait de plus en plus de rondes, donc il devrait être vigilant. Mais pendant sa promenade, il regardait aussi si des léèves ne traînaient pas dehors, donc ilf aisait son travail de préfêt, et le vieux Cracmol n'avait absolument rien à lui reprocher, tant que Gryff' ne passait pas son temps à se promener juste pour son petit plaisir personnel! En tout cas, Alex était content d'être à Poudlard, car il sentait qu'après ce grand passage plein d'ennuis, une nouvelle ère allait commencer à l'école de magie. Il sentait que quelque chose de grandiose, bien ou mal, s'y préparait, et donc il y allait avoir de l'animation, ce qui plairait au jeune homme car il commençait un peu à s'ennuyer derrière les grandes fenêtres du château! Il fut un temps où Poudlard était animé par les trahisons, les histoires d'amours et les Forces du Mal, mais ce temps était révolu malheureusement, et maintenant, c'était le grand calme plat, au plus grand dam de la plupart des élèves qui préfèrait leur école quand elle était agitée. Il falalit bien un peu de calme de temps en temps, mais là, ça faisait un peu trop au goût de Gryffon, et pas qu'a son goût d'ailleurs! Beaucoup d'élèves se plaignaient que Poudlard faisait de plus en plus vieille école, ce qui était la triste vérité. L'école de Magie la plus réputée d'Europe, et peu-être même du monde devait à tout prix retrouver son légendaire dynamisme qui faisait d'elle une école om beaucoup de monde voulait aller, histoire d'avoir des cours de qualité, ce qui était le cas ici. Il falalit à tout prix que l'école redevienne comme avant, c'était tellement bien de se lever en pensant "Tiens, aujourd'hui avec un peu de chance on va s'faire attaquer par les Mangemorts" (-__-")! Mais après tout, Gryffon en demandait peut-être à l'école de Magie qui avait du mal à se remettre de ses blessures passées! Le jeune Gryffondor s'assit quelques minutes sur un banc du parc, au milieu de grands parterres de fleurs mélangées au gazon. Il regarda l'horizon, rien à signaler! Il se leva et continua donc de marcher, cette fois-ci en direction du lac sur lequel le soleil se reflètait délicieusement. Presque arrivé à destination, il vit au loin deux silhouettes. Il se mit à marcher plus rapidement, espèrant que ces deux là avaient une bonne raison d'être ici! Soudain, il s'aperçut qu'il les connaissait! Il sourit et se rapprocha d'eux en leur lançant d'une voix joyeuse::

-Eh, Cédric, Rose! Ca faisait longtemps!

En effet, il n'avait pas vu Rose depuis plus de trois semaines et Cédric avait mystérieusement disparu de Poudlard quelques jours, pour ne pas dire quelques longues semaines! En effet, il ne venait plus en cours, et aucun Poufsouffle ne semblait l'avoir aperçu dans la salle commune. Mais bon, il y avait certainement une bonne raison à celà! Il serra la main de Cédric puis fit la bise à Rose ne les regardant.
Revenir en haut Aller en bas
Parvati Patil
Gryffondor
Gryffondor


Féminin Nombre de messages : 2484
Age : 23
Année : 6ème Année
Amour : Qu'est-ce ?
Passions : S'amuser avec Luna ^_^
Date d'inscription : 08/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Quelqu'un aurait vu mon ombre, mon amie de toujours ?
MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Dim 1 Juil - 16:18

Le soleil mourrait derrière les hautes montagnes qui cachaient Poudlard, la célèbre école de sorcellerie, où tous les enfants désiraient se rendre, arrivés à l'adolescence. Le chant des oiseaux s'évanouissait, prouvant ainsi qu'ils allaient se coucher. Les couleurs qui se reflétaient dans l'eau du Lac étaient tout simplement magnifique. On aurait dit un tableau peint à l'aquarelle, par un artiste. Le château gris vivace, devenait de plus en plus lugubre à la vue des autres, et surtout de ceux qui étaient censés y vivre. Toutes les lumières du château étaient éteintes. Toutes, sauf une. Elle se trouvait en haut de la Tour des Gryffondor, au niveau des dortoirs des filles, dans le dortoir des Cinquième Année. Deux yeux couleurs noisettes se posaient sur ce magnifique tableau. Acoudés sur le rebord de la fenêtre du dortoir, une jeune Indienne contemplait ce paysage qui allait s'éteindre. Vêtue d'une simple chemise de nuit, rose pâle, très simple. Elle se plongea dans ses pensées. Songeuse aux garçons qu'elle avait aimé auparavant. La jeune Gryffondor ne pouvait même plus les compter sur ses doigts. Il y avait eu Cedric, Ron, Drashal, Erwan, Jimm, Dorian, Zack, Graham, Thomas, Jordan, Seth et quelques autres petits faibles pour plusieurs autres jeunes hommes. La jeune fille s'assit sur les genoux, auparavant en tailleur, laissant glisser ses coudes, de manière à avoir un bras sur l'autre. En y repensant, la moitié des garçons n'avaient jamais su les sentiments qu'avait éprouvée la jeune Indienne. Tels que Cedric, peut-être Ron à la rigueur, Erwan non plus, ainsi que Zack, Graham et Seth.
Se lassant quelque peu de la vue qu'elle avait sur le lac qui commençait à reprendre sa couleur habituelle, la jeune filel s'appreta à aller au lit. Son chaton, Berlioz, lui en fut reconnaissant : Il allait enfin pouvoir se reposer. Elle descendit alors de la chaise sur laquelle elle était montée pour s'assoir et observer la vue, losque le vent s'éleva et ouvrit en grand la fenêtre qui venait d'être refermée. Surprise, la jeune fille laissa de côté la chaise, se rapprocha de la fenêtre et la referma. Etrange tout de même. Le vent n'avait pas soufflé depuis des lustres et tout à coup, il se manifestait. Peut-être était-elle un peu folle, mais elle prit ça pour un signe. Parvati n'était pas de nature surperstitieuse, mais l'espoir était trop grand. La routine, elle s'en lassait, et ce pourquoi elle était prête à prendre un coup de vent comme un signe venu des cieux pour lui prouver qu'il ne fallait pas perdre espoir. C'est alors que laissant son coeur agir, plus que sa raison, elle retira sa chemise de nuit, se retrouvant en petite tenue. Puis, elle troqua la nuisette contre un jean bleu et un débardeur turquoise. Elle se noua les cheveux avec un élastique, évita de percuter la chaise, mit sa baguette dans son jean, ses baskets à la main. Elle sortit alors de la chambre, nus pieds, sous le regard de son chaton, moitié exaspéré, moitié admiratif. Sa maîtresse était bien la seule à croire en un espoir si puissant. Le chaton esquissa un sourire entre ses moustaches, sortant du dortoir qui avait été envahi par la pénombre dès que la jeune fille l'eut quitté. Parvati descendit donc les escaliers, fit pivoter le portrait de la Grosse Dame et se laissa errer dans les couloirs. Mais à présent, elle se trouvait bien idiote dans les Grands Escaliers. Une basket blanche à la main gauche, l'autre à peine lacée à son pied droit, nu. Un débardeur qui n'était pas repassé et elle remarqua aussi que son jean était tâché de jus de pomme au niveau du genou gauche. Enfin, à présent qu'elle était là, elle n'allait pas tout laisser en plan. Elle enfila donc sa deuxième basket, puis descendit les escaliers, mais avec moins d'entrain. Tous les couloirs étaient déserts, lugubres. Rien d'étonnant. Cependant, une lueur d'espoir envahit son coeur lorsqu'elle remarqua qu'à l'embrasure du fond d'un couloir -qu'elle n'avait jusqu'alors jamais remarqué- elle reconnut les cheveux blonds d'une jeune Serdaigle.
*Rose ! Impossible ! Et à côté, était-ce Gryffon ?*
Ses pensées la submergeaient. Totalement éperdue de voir son amie et un garçon qu'elle appréciait dans une salle de classe, elle se laissa entraîné vers eux. Mais elle se figea soudain. Si ça se trouve, c'était un rancard et elle allait encore tout gâcher. C'est alors, que triste, elle tourna les talons, sans un bruit. Mais à l'instant où elle tourna les talons, elle remarqua un fauteuil, et une tignasse blonde-châtain. Elle r^évait, Cedric Diggory avait disparu comme les autres. Après tout, était-ce peut-être une imagination tout ça. Rose et Gryffon dans un même couloir, elle devait rêver. Elle allait bientôt se réveiller dans son lit, enroulée dans les couvertures, triste de revoir une journée qui ressemblerait aux autres. Mais pourquoi ne pas tenter le coup ? Après tout, qu'y perdait-elle ? Alors, elle prit une profonde et silencieuse inspiration et s'approcha du petit groupe. Plus près, la scène paraissait bien plus réaliste. Bien que l'on pouvait douter d'un numéro de cirque, vu la tenue de la jeune Gryffondor. Lorsqu'elle fut arrivée en silenc,e sans que personne ne la remarque, derrière le fauteuil, elle reconnut la taille de Cedric, et juste devant elle se trouvait bel et bien Gryffon, ainsi qu'un peu plus devant, Rose. Elle se pinça alors, pour se prouver qu'elle ne rêvait pas. Elle laissa alors échapper un hoquet de douleur, lorsque ses doigts se refermèrent sur un petit morceau de peau sensible, au niveau du bras. Elle venait d'étouffer un cri, mais dans le silence, il n'allait pas passer inaperçu...
H.J : Cedric --> Rose --> Gryffon --> Parvati.


Dernière édition par le Dim 1 Juil - 17:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cedric Diggory
Poufsouffle
Poufsouffle


Masculin Nombre de messages : 3454
Age : 24
Année : 6ème
Date d'inscription : 05/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Proud to be Yellow.
MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Dim 1 Juil - 17:30

Alors qu’il s’y attendait le moins, il sentit la douceur d’une main se poser délicatement sur son épaule droite. Qui était-ce ? Il ne m’y pas longtemps pour le découvrir. Une jeune fille aux cheveux blonds magnifiques lui tombant sur les épaules, et des yeux d’une clarté, brillants sous la lumière des torches du couloir à côté… Il reconnut cette jeune fille, qu’il avait eu le plaisir de croiser dans un couloir, mais leur rencontre fut très brève. Elle lui demanda d’une voix douce le chemin pour rejoindre la salle commune des Serdaigle. C’est vrai que ce coin du château n’était connu que par les plus anciens élèves du château. Il y eut une attaque de bomba bouses à cette endroit une fois, à la première année de Cedric, provoquée par le plus farceur des fantômes du château Peeves. Il se mit face à la jeune fille et eut un sourire complice puis dit à voix basse en passant sa main dans ses boucles.

« Salut, et bien tu prends ce chemin et… »

En montrant du doigt un couloir, il crût apercevoir Gryffon Weager, un élève dans la même année que lui à Gryffondor. Il avait l’ai changé depuis la dernière fois qu’il l’avait vu, peut-être avait-il bonne mine… Le garçon avait l’air enjoué de revoir les deux élèves. Grâce à Gryffon, Cedric put se rappeler du prénom de la jeune Serdaigle devant lui. Lui demander aurait été impoli, alors qu’ils s’étaient déjà rencontrés. Son sourire s’élargit puis il s’avança vers lui, contournant la jeune fille en lui donnant un léger coup d’épaule au passage. Il s’excusa en posant sa main là où il avait donné un coup, et serra chaleureusement la main du Gryffondor. Il se tourna vers Rose et dit :

« Excuse moi… Comment vas-tu Griffon ? Ça fait tellement longtemps que… »

Encore ? Était-ce une hallucination ? Comme si tout ceux que Cedric connaissait venaient se rejoindre ici, pour peut-être un jour le revoir déambuler, comme à son habitude. Parvati Patil venait vers eux, assez étonnée de me revoir, d’après Cedric. Il s’avança vers elle en ignorant un moment Gryffon et Rose, puis il la prît dans ses bras en serrant son corps contre lui. Il se détacha lentement et remit une des mèches de cheveux de la jeune fille tombant sur son visage.

« Parvatoch… Je veux dire Parvati, comment vas-tu ? Je suis très content de te revoir… »


Il s’avança accompagné de Parvati vers Rose et Gryffon. Il soupira de bonheur et rangea ses mains dans les poches. Il se pinça les lèvres, redoutant qu’on lui demande ce qu’il faisait depuis tout ce temps. Il se contenta d’observer chacun d’eux. A chaque fois qu’il entendait le nom de Parvati, il pensait au jour où Nina avait fait son entrée, et qu’un duel s’était préparé. Parvati en avait beaucoup fait les frais. Son regard se posa sur celui serein de Gryffon. Il repensa à la fois où ils se sont retrouvés dans les plaines. Puis Rose, qu’il ne vit qu’une fois, et donc étant son seul souvenir… Ils étaient tous les quatre en ronde, chacun regardant à son tour les personnes présentes. Il avait tellement de choses à rattraper avec eux, des souvenirs complices, des anecdotes et des liens. Il comptait bien sûr rattraper tout ce temps perdu très vite.

[voili voilou ! A toi Rose Wink ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rosalie Cullen
Doit se faire répartir


Féminin Nombre de messages : 416
Age : 24
Année : 7ème année
Amour : XxX
Passions : XxX
Date d'inscription : 07/01/2007

•Perso•
Niveau: 2
♣Message:
MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Lun 2 Juil - 17:45

Rose tournait le ods au couloir en faisant face à Cedric, elle ne pouvait donc voir les gens qui venait à leur rencontre. Elle fut soulagée de voir que le jeune homme qui lui faisait face ne lui était pas complètement inconnu. Elle lui rendit son sourire, et sut heureuse de pouvoir bientpot regagner son lit. Mais alors que Cedric commençait à lui dire dire le chemin, il s'interrompit. Puis une vois, l'interppela. Elle se retourna vivement et aperçut Gryffon. Elle en fut très heureuse, elle ne l'avait pas vu, il était vrai, depuis un bon bout de temps. Il semblait en pleine forme et tout aussi heureux de la revoir, ainsi que Cedric. Elle excusa Cedric d'un bref signe de tête, et elle resta à sa place, en attendant que Gryffon arrive. Les jeunes hommes se connaissaient très bien, et elle n'avait aucune envie d'interrompre les retrouvailles. Elle fit un sourire complice à Gryff', pour lui montrait qu'elle allait mieux depuis le dernière fois. Il était de près plus beau que dans ses souvenirs. C'était une assez bonne chose, bien qu'il était déjà très séduisant avant. Alors qu'elle les observaient tout les deux, ayant complètement oublié qu'elle devait rentrer à sa salle commune, Cedric s'interrompit pour le deuxième fois. Rose, amusée, se retourna encore une fois, et cette fois-ci, elle eut un réel choc, en voyant la personne qui arrivait. Elle parraissait dailleurs ne pas en croire ses yeux, et elle se pinça ! Rose pouffa, c'était bien sa Parvati ! Elle vint les rejoindre, et Rose prit alors conscience de toute l'amitié qu'elle portait vers Parvati. Elle l'adorait, depuis les multiples incidents avec Nina, bien que Rose avait abandonné, mais elle était sure que Parvati lui avait pardonnée. Elle était tellement heureuse de revoir sa peau sombre, ses cheveux noirs, et ses yeux bruns. Pour elle, elle était la preuve même d'un passé agité, qui même s'il n'était pas toujours heureux avait été important. C'est pour cela que lorsqu'elle arriva, après Cedric, elle la serra à son tour sans ses bras, fermant les yeux, et lui colla deux baisers sur les deux joues. Elle avait un grand sourire aux lèvres, qui ne l'avait plus lachée depuis l'arrivée de Gryffon, et qui maintenant se renforçait. Elle les observait tous, Rose n'aurait à cet instant donné sa place pour rien au monde, tant elle se sentait vivante ! Elle était contente, et presque euphorique sentiment qui ne l'avait plus habitée depuis la mort de son frère. On s'observait tous, ne sachant par où commecer. Tout le monde attendait dabors que leur émotion se calme et que leur coeur s'appaise. Rose décida de lancer quelque chose, de commencer la conversation, même si cela devait être stupide.
- On dirait presque une réunion de famille !
Elle leur fit un sourire, ne sachant vraiment pas quoi dire. Tant de choses se bousculaient dans sa tête, elle n'arrivait pas à faire la part des choses. Dès qu'elle pensait à quelque chose, une autre pensée prenait le dessus. Elle pensait en tout premier lieu à Parvati. Elle n'avait pas changé depuis tout ce temps. Toujours aussi... Et bien Rose n'arrivait pas à trouver de mots assez forts pouvant décrire Parvati, car à elle seule, elle incarnait les mots. Elle lui fit un sourire, et repensa à leurs aventures, malgrè elle. Elle repensa au hall lorsque Rose avait commi l'erreur de douter, et de baisser les bras. Puis, son regard se posa sur Gryffon, et elle repensa cette fois-ci à son frère. Il l'avait vraiment aidé la première fois, à surmonter la douleur de la mort, et elle lui serait eternellement reconnaissante. Elle se revoyait à la volière, pleurant son frère, et pleurant sa douleur. Et puis il était arrivé, il l'avait consolé. Rose eut encore un sourire pour lui. Puis, ses pensées se tournèrent à Cedric. Elle ne le connaissait que très peu, mais elle le reconnaissait. Il parraissait légèrement plus âgée que Rose. Elle se rappela qu'il était préfet, et en effet, elle vit son insigne brillant sur sa poitrine. Elle ne pouvait pas supporter le silence, alors qu'elle avait tant de choses à dire !
- Parvati, tu sais, pour Nina, je suis désolée de vous avoir abandonnée. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais je ne pouvais plus. J'était tellement fatiguée et si sure d'échouer...
Elle ne savait pas comment exprimer ce sentiment, mais elle baissa la tête d'un air coupable. A cet instant, son geste lui apparut comme une trahison et elle s'en mordit les lèvres. Elle ne voulaitpas s'étancher sur le problème car elle n'était pas seules. Cependant elle avait tenu à lui dire pour qu'elle comprenne, et qu'elle regagne son estime. Elle releva la tête, et lui fit petit sourire désolé. Elle regardait Parvati anxieuse, mais elle ne décela aucune hostilité sur son visage et fut donc un peu rassurée. Elle se tourna vers Gryffon le détaillant avec plus de précisions. Il lui parraissait plus bronzé, mais peut être n'était-ce qu'une impression. Elle voulait lui dire quelque chose pour lui dire à quel point elle le remercier mais rien ne sortait, elle se contenta de le regarder et d'essayer de lui transmettre tout ce qu'elle ne pouvait dire à voix haute, par la pensée... Ce qui était probablement impossible... Elle s'en fichait il fallait au moins essayer ! Quant à Cedric... Il lui faisait un peu peur avec son insigne. C'était idiot, mais l'autorité ne lui plaisait pas trop même si c'était un élève comme elle. Cependant, elle lui pardonna tout pour sa gentillesse.

...............................................





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Mar 3 Juil - 15:26

Gryffon sourit largement, content de voir que Cédric avait l'air vraiment heureux d'être ici, et que visiblement, Rose avait meilleure mine que lors de leur dernière rencontre à la Volière où celle-ci venait de perdre son frère. Cela faisait un bon bout de temps que Gryff' n'avait pas vu Cédric, et il commençait bien à se demander où ce dernier était! Il devait bien avouer que Ced' lui manquait, et ses supers cours de Défense Contre les Forces du Mal aussi! Le Gryffondor était assez surprise que Cédric l'accueille avec autant de gentillesse, car les deux jeunes hommes n'avaient jamais été particulièrement proches. La plupart du temps, ils ne pouvaient s'empêcher de se disputer bruyament lorsqu'ils se croisaient, et à cause de choses complètement banales. Il se souvint aussi dans leur petite altercation dans les plaines, où Cédric avait réprimé Gryffon car ce dernier l'avait humilié devant tous ses élèves, et ce geste, le Gryffondor le regrettait à présent, car il avait de la sympathie pour le Poufsouffle. Il se souvint aussi qu'a la fin de leur rencontre, Cédric était tombé de son hyppogriffe et que Gryffon l'avait soigné, pour ne pas trop s'en vouloir après^^. Mais bon, depuis celà, les deux jeunes avaient mûris et ils s'étaient reparlés après, et avaient décidés qu'il en servait à rien de se détester pour ça, et donc pour comme ça que Gryffon fit de Cédric un de ses amis. Maintenant qu'il le connaissait assez bien, il avait découvert en Cédric un jeune homme d'une grand sympathie et d'une grande intelligence bien sûr^^. Enfin bref, il avait découvert en Cédric un jeune homme qu'il ne soupçonnait pas, mais il était bien content de connaîtr eun peu mieux le Poufsouffle! Il le regarda droit dans les yeux en lui souriant puis il lui serra la main avant de lui répondre gentiement::

- Je vais très bien depuis la dernière fois que l'on s'est vu, enfin, on est en vacances c'est normal!^^ Et toi, comment vas-tu?

Le regard de Gryffon vint ensuite se poser sur Rose, qui était souriante aujourd'hui. Il se souvint de leur moment dans la Volière, où elle lui avait annoncé que son frère venait de mourir. Il avait eut beaucoup de peine pour elle, et avait fait ce qu'il avait pu pour la consoler, c'est a dire lui parler en la prenant dans ses bras. Ce n'était pas grand chose, mais c'était la seule chose qu'il pouvait faire pour elle, car ramener les morts à la vie, il ne savait pas le faire malheureusement. Quoiqu'il en soit, c'était la vie, et qu'elle soit heureuse ou triste, il fallait accepter son destin, car aucun ne pouvait être changé, que ce soit celui d'un pauvre mendiant, ou d'une noble riche! Si la vie lui avait enseigner quelque chose, c'était bien celà! Il regarda donc la jeune fille un long moment la détaillant de son regard bleu-gris (à lui^^) et lui souriant légèrement. Alors qu'il allait ouvrir la bouche, il entendit un petit cri étouffé non loin de lui et il se retourna, avec Cédric et Rose, et vit Parvati à l'angle du couloir, visiblement étaonné de voir un petit attroupement comme celui-ci en période de vacances car beaucoup d'élèves étaient repartis chez eux, préfèrant le confort de leur maison à Poudlard. Gryffon, lui, préfèrait rester ici, et de toute façon il n'avait pas vraiment le choix non plus, donc c'était tout décidé! De plus, il se plaisait ici, alors pourquoi partir? Il préfèrait autant passer deux bons mois dans le monde magique avec ses amis plutôt que de rentrer chez les Moldus! En tout cas, c'était son point de vue! Il aimait de plus en plus la Magie, et ne s'en séparerait pour rien au monde! Il regarda donc Parvati, lui aussi étonné qu'elle ne soit pas rentrée à son domicile, puis sourit de nouveau, en allant vers elle, comme l'avaient fait Cédric et Rose quelques secondes avant lui. Il lui fit un petit bisou sur chaque joue et la regarda dans les yeux. Elle avait légèrement changé depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus, c'est à dire en cours. Elle avait l'air transformée intérieurement, et physiquement aussi: elle avait un peu grandi apparement^^". Il l'accueillit avec joie en disant::

- Salut Parvati! Alors, la forme?

C'était pas tous les jours qu'il y avait un petit rassemblement comme celà entre plusieurs maisons! Deux Gryffondors, un Poufsouffle, et une Serdaigle, il ne manquait plus qu'un reprèsentant de Serpentard! Enfin, il en fallait un sympathique bien sûr, et ça, c'était un peu dur à trouver par moment, car les Serpentards, la majorité était détestable, mais il y avait quand même quelques petites exceptions. Mais bon, ce n'était pas le moment pour parler des qualités et des défauts de toutes les maisons car sinon la discution n'était pas prête d'être finie! Le Gryffondor sourit à la remarque de Rose avant de dire::

- Ouais, c'est rare d'avoir de tels attroupements durant les vacances, étant donné que beaucoup de monde rentre chez soit! En tout cas, chui content d'être avec vous trois!
Revenir en haut Aller en bas
Parvati Patil
Gryffondor
Gryffondor


Féminin Nombre de messages : 2484
Age : 23
Année : 6ème Année
Amour : Qu'est-ce ?
Passions : S'amuser avec Luna ^_^
Date d'inscription : 08/06/2006

•Perso•
Niveau: 3
♣Message: Quelqu'un aurait vu mon ombre, mon amie de toujours ?
MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Mer 4 Juil - 20:08

La jeune Indienne s’était pincée avec férocité, et à présent elle regrétait un peu son geste. Bien qu’il lui ait permis de se faire remarquer par le trio, elle s’était fait assez mal. Se tenant le bras de son autre main, elle n’avait pas l’air vraiment intelligente. En fait, c’était plutôt changeant de ses habitudes. Elle était toujours fascinée par cette scène si attendrissante, cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas vu Cedric. Gryffon et Rose aussi d’ailleurs, maintenant qu’elle y repensait. Toute chamboulée, elle courut vers le petit trio et se fut Cedric qui la prit en premier dans ses bras. Elle se sentit quelque peu soulevée de terre et elle retint un fou rire, de peur de réveiller le reste du château. Oh et puis après tout, personne ne lui en voudrait ! Elle laissa alors échapper un petit rire de bonheur, un sourire se dessinant sur ses belles lèvres fines. Ce rire, personne ne l’avait plus entendu depuis si longtemps, elle sursauta même en s’entendant rire ! Cedric la portait presque dans ses bras en l’enlaçant contre lui, et Parvati ne put se retenir de penser encore une fois que le jeune Poufsouffle était bien bâti. Pendant cette étreinte, sa seconde pensée –après celle de cette journée qui aurait pu mal finir, avec Nina- fut attribuée à Ashley. La jeune Poufsouffle avait rompu avec Cedric, ou lui avait rompu avec elle, elle ne s’en souvenait plus. Et puis après tout, elle ne lui en voudrait pas, et même si c’était le cas, leur amitié était si lointaine qu’elle se demandait si les paroles qu’elles s’offraient étaient bien sincères. Car après tout, depuis le temps qu’elle n’avait plus revu Ashley alors qu’elles s’étaient juré fidélité. Puis, Cedric dessera son étreinte, et la jeune Gryffondor ne put s’empêcher de constater qu’elle avait l’air vraiment idiote en basket, sans chaussettes, un simple débardeur tout froissé et un jean tâché. A la pensée d’une vue extérieure sur elle-même, elle se mit à rire. [color:bcd2=red:bcd2]
[color=red][size=12]Elle n’eut pas le temps de reprendre son souffle, que déjà Rose l’enlaçait à son tour. Cette fois-ci, au lieu de se laisser câliner, elle l’enlasca à son tour. Bien entendu, la jeune Gryffondor savait bien que Rose voulait se faire pardonner pour son comportement, que la jeune Serdaigle avait elle-même jugé odieux. Mais la jeune Indienne ne lui en voulait pas du tout. C’était normal, elle avait renoncé, et avec Nina, c’était si facile de lâcher prise et d’abandonner, qu’elle comprenait parfaitement sa réaction. Elle-même aurait fait pire. Lorsqu’elle repensait au fait que Nina et elle n’étaient plus amies, ça lui brisait le cœur. Mais elle décida d’en faire part à un autre instant, pour le moment, l’allégresse était à son comble et il ne fallait surtout pas la gâcher. C’est alors que Rosalie lui demanda de la pardonner pour son comportement que Parvati comprenait totalement. Elle la regarda alors, de ses petits yeux pétillants de joie et de bonheur intense.
- Je te pardonne ! D’ailleurs, il n’y a rien à pardonner, j’aurais fait pareil à ta place, ou peut-être même pire.
Elle lui adressa alors un de ses plus beaux sourires. Apparemment, elle avait fait le tour. Elle se suvenait de petits moments, comme sa rencontre avec Cedric, elle était tombée sous le charme, mais n’avait pas voulu lui révéler. Au départ, elle avait pensé qu’il était avec Cho, mais il n’était plus avec la jeune Asiatique et avait rencontré Ashley. Puis, elle se souvint d’une dispute, une broutille. D’ailleurs, elle se rappela que le jour où Cedric avait su qu’elle était d’un sang « impûr », c’était le dernier jour où elle avait vu sa sœur jumelle, Padma. Puis, elle se rappelait de Rose, mais étrangement, elle ne se souvenait que vaguement leur première rencontre. Cependant, elle se souvenait très bien de très bons moments qu’elle avait passé aec la jeune Serdaigle. De bons, mais aussi de mauvais, il fallait dire que Nina avait un peu aidé pour les circonstances. Ah Nina ! Il fallait qu’elle lui dise, bien entendu, mais pour l’instant, elle profitait encore un peu de l’euphorie qui régnait. Alors qu’elle pensait avoir terminé les embrassades et les retrouvailes, Gryffon, tout souriant lui fit la bise sur la joue. Elle n’en croyait pas ses yeux, le jeune Gryffondor lui avait fait la bise ? Impossible, c’était encore un de ses mauvais rêves qui la tourmentait. Mais pourtant, elle s’était bien pincé… Alors, discrètement, elle mit les mains derrière son dos, reproduisant son geste. Non, elle ne rêvait pas, et là son bras pouvait en montrer la preuve. Le sourire jusqu’aux oreilles, Parvati se décida à elle aussi lui faire la bise, deux fois sur chaque joue, comme elle l’avait toujours fait. C’était tout de même étrange, Gryffon et elle n’avait jamais réussi à vraiment s’entendre. Ils ne se détestaient pas, mais jamais ils n’avaient fait le moindre effort pour s’apprécier, chacun de leur côté d’ailleurs. Mais il fallait un début à tout. Elle remarqua que le jeune homme en question la dévisageait, elle souria et lui dit, comprenant très bien où il voulait en venir avec ce petit regard.
- Non, j’ai pas grandi, c’est peut-être les baskets qui font ça, mais je t’assure que non !
Et elle se remit à rire de bon cœur. Il était vrai qu’elle faisait un peu plus grande, mais ses chaussures y était bel et bien pour quelque chose. Car elle se mesurait toute les semaines, et elle pouvait affirmé qu’elle n’avait pas grandi un millimètre. De toute façon, elle s’en fichait pas mal, ne pas grandir n’était pas du tout gênant. C’est alors qu’elle releva un peu plus les yeux, et tout à coup, elle se sentit légèrement plus petite. Rose, Cedric et Gryffon faisaient tous les trois dans les 1m60, et elle paraissait vraiment petite. Enfin bon, elle n’allait pas parler taille, parce que sinon, ils n’étaient pas couchés ! Quoique, ce n’était pas non plus le but. Rose rompit le silence, juste après Cedric. Elle n’avait même pas prêté attention à ce que disait le jeune Poufsouffle tellement elle était heureuse. Oh la mal élevée. Elle dit alors de nouveau à Rose.
- Oui, ça fait plaisir de se revoir, manque plus qu’un Serpentard. Vous m’avez tous beaucoup manqué.
Alors, elle se souvint de la question que lui avaient posé Cedric, puis Gryffon par la suite. Si elle allait bien ? Fallait-il vraiment qu’elle réponde à cette question ? Bien entendu qu’elle allait bien. Cedric l’avait même appelée par son surnom lorsqu’il l’avait vu. Elle sourit en se rappelant qu’il l’avait souvent appelé ainsi auparavant. Ce surnom l’avait toujours faite rire, il était sympa et c’était le seul qu’elle appréciait il semblait. Alors, elle répondit à Gryffon et Cedric, toujours souriante.
- Oui, ça va très bien ! Et puis je vous avoue que ça fait longtemps que j’ai pas été aussi heureuse.
Il fallait dire qu’entre la mort de Jordan, la fois où il était revenu, le départ des élèves, ceux de Fashia, Cedric, Gryffon de temps à autre, et Rose, elle avait eu beaucoup de mal. Il lui arrivait même très souvent de se réveiller le matin, toute pleine de sueur après avoir fait un affreux cauchemar. La jeune Indienne sortit de ses pensées et se rappela que personne n’était partit en vacances dans ce petit groupe. Elle sourit alors à cette pensée. Elle ne risquait pas de rejoindre sa famille en tout cas. Elle ne savait même pas où se trouvait sa mère et sa sœur, et maintenant qu’ell y pensait, en fin Juillet, ça ferait un an qu’elle ne les aurait pas vu. La jeune fille demanda alors, tout en souriant.
- Alors, vous ne partez pas en Vacances ?
Il fallait dire que c’était la dernière année de Cedric et de Gryffon. Sa gorge se noua, ainsi que son estomac. Oh non ! Elle n’allait plus jamais les revoir, et bientôt ça serait son tour de partir. L’année prochaine elle serait en Sixième Année, mais Gryffondor avait encore gagné la coupe, ça faisait déjà deux de suite, ce qui était satisfaisant. Il fallait dire qu’il n’y avait pas eu beaucoup d’action durant cette année scolaire et qu’il y avait pas mal de Gryffondor, donc ça n’avait pas été trop difficile. Il fallait dire que les Serpentard avaient aussi le don de s’attirer les ennuis, comme Nina. Maintenant qu’elle pensait à la jeune Serpentarde, elle ne pouvait plus éviter le sujet. Elle dit alors à Rose, son sourire tombant, bien qu’elle fut toujours heureuse de tous les revoir.
- Nina et moi on s’est disputé, enfin elle a mal pris quelque chose que j’ai dit à une nouvelle et… on n’est plus amies.
Cette pensée l’attristait, mais il ne fallait pas qu’elle s’arrête de vivre pour autant, alors elle fit un petit sourire d’excuses à Rose. Comme quoi, elle avait fait bien pire que d’abandonner. Ce jour-là, elle aurait du se taire, mais à présent, elle ne pouvait plus revenir en arrière et ce qui était fait l’était. On ne peut pas changer le passé, et elle n’avait aucunement envie de le changer. Elle aimait ce présent, même si Nina et elle ne s’entendaient plus. Elle aurait voulu arrêter le temps, pour profiter de cet instant. Elle prit la place qu’avait occupé Cedric dans le faueuil et dit doucement, en esquissant un sourire, bien que venant de transmettre une mauvaise nouvelle.
- Cedric, ça fait longtemps que tu es là ? Parce que le fauteuil est plutôt chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ô monde cruel... [libre ><]   Aujourd'hui à 7:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Ô monde cruel... [libre ><]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je ris devant ce monde ♪ [ Libre ]
» Une nuit irréelle dans un monde trop cruel. '' Lyleïa&Swann "
» Je suis libre comme l'air
» L'institut du monde arabe
» Le monde semblait renaitre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMDP  :: OUTDOOR :: le lac noir-
Sauter vers: